PRIEST : LA CRITIQUE

07/06/2011

Thriller de science-fiction post-apocalyptique, Priest se déroule dans un monde alternatif, ravagé par des siècles de guerre entre les hommes et les vampires. L’histoire s’intéresse au légendaire guerrier Prêtre (Paul Bettany) qui a pris part au dernier grand conflit contre les vampires, il vit maintenant loin de ces derniers, dans une ville administrée par l’Église, véritable prison. Mais quand sa nièce (Lily Collins) est enlevée par une bande de vampires meurtriers, Priest rompt ses voeux sacrés pour se lancer dans une quête maladive afin de retrouver la fille. Se joignent à lui le petit ami de sa nièce (Cam Gigandet), un jeune shériff rapide de la gâchette et une ancienne prêtresse guerrière (Maggie Q) qui possède d’incroyables habiletés pour se battre.

 

 

CRITIQUE DE HANK

 

Ok je m’attendais à un truc de vampires à la con comme on en voit de partout depuis un moment. Et là surprise ! il n’en est rien, les vampires ne sont pas les play boys aux cheveux gominés, dents blanches et costume cravate de Twilight, True blood, ou Vampire diaries. Dans ce film les méchants vampires ont vraiment une tête de méchant, ils sont un mélange d’Alien et de Predator tout gris, luisant de machins gluants en putréfactions et on aime ça.

 

critique film priest

 

Le scénario tient la route, la religion a la main mise sur la population, on pourrait apparenter ça à l’époque du clergé, époque ou il été très peu prudent de s’opposer à l’église . D’ailleurs ont y entend tout un tas de belles phrases à caractère propagandistes telle que « s’opposer à l’église, c’est s’opposer à dieu ». le réalisateur nous plonge dans une ambiance obscur, et c’est un régal.

 

critique film priest

 

J‘ai trouvé le jeu des acteurs assez superficiel, sauf pour le personnage principal qu’est Paul Bettany (le Prètre). Pourquoi mais pourquoi ! avoir foutu Cam Gigandet en second rôle mais sans déconner ! Ce dernier est le maillon faible du film, il incarne un brave shérif dans un beau costume, maniant fusil et couteau en surjouant ces répliques toutes aussi niaises les unes que les autres, son visage ne colle pas avec son personnage et notre inconscient l’imagine en short en train de se battre sur un ring contre des adolescents comme dans NeverBackDown, un film de combat dont il était l’un des protagonistes. Il y a des gens comme ça qui ne pourront plus jamais sortir d’un registre cinématographique, imaginez Pamela Anderson dans « Les experts à Miami », ou Eric et Ramzy dans  « Il faut sauver le soldat Ryan »… Sans oublier le boss des méchants avec son look à la Clint Eastwood et ces bottes de cow-boy, d’accord le mélange du genre Western et Science fiction est génial mais la sa fait un peu trop…

 

critique film priest

 

Parlons du décor, rien à dire, sobrement crédible. Une ville fortifiée avec ces buildings, un peu comme dans le « 5éme élement » mais sans les voitures volantes. En périphérique, le désert, c’est principalement ici que l’histoire va se dérouler. Un désert, des bandits, un saloon, des ruches de vampires (qu’est ce que ça fout là ???), on se croirait au Far West et cela se déroule dans le futur. Ceux qui ont vu et aimé « Le livre d’Eli » apprécieront.

 

critique film priest

 

Pour la bande son alors la je dis bravo ! que l’ingénieur du son qui à décidé pour la bande originale soit pendu par les couilles ! non mais n’importe quoi, de part ça médiocrité, celle ci passe inaperçu tout le long du film, mais si par malheur elle nous interpelle, s’en est finit pour nos tympans. pourquoi ne pas passé du Beethoven dans « Matrix » ou du Celine Dion dans « American Pie » tant que nous y sommes  Bref musique inappropriée, stressante et de mauvais gout.

 

critique film priest

 

Conclusion : J’ai apprécié ce film, ce n’est pas un chef d’oeuvre car il a quelques petites imperfections au niveau du cast de la BO et des dialogues, cependant j’ai beaucoup aimé l’idée d’un futur westernisé, asservi par l’église avec les petits méchants vampires qui vont bien et le héro surhumain guidé par sa foie ! J’ai aimé le contraste entre les adeptes bien protégés dans leur ville ultra-sécurisée et les culs terreux retranchés dans leur bidon-ville au fin fond du désert. Film que je conseille malgré tout, mais n’en faites pas une priorité.

 

NOTE : 6.5/10
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *