CRITIQUE DU FILM SUPER 8

27/08/2011

affiche.Super-8.43679

Titre : Super 8

Réalisateur : J.J. Abrams

Avec : Kyle Chandler, Joel Courtney, Elle Fanning, …

Genre : Science-Fiction

Durée : 1h50

Nationalité : Américain

Sortie : 3 août 2011

Synopsis : Été 1979, une petite ville de l’Ohio. Alors qu’ils tournent un film en super 8, un groupe d’adolescents est témoin d’une spectaculaire catastrophe ferroviaire. Ils ne tardent pas à comprendre qu’il ne s’agit pas d’un accident. Peu après, des disparitions étonnantes et des événements inexplicables se produisent en ville, et la police tente de découvrir la vérité… Une vérité qu’aucun d’entre eux n’aurait pu imaginer.

 
 
 
Super 8, le film tant attendu de JJ Abrams et Spielberg à fait son apparition sur le grand écran, certains vont le voir car le nom de Spielberg apparaît sur l’affiche tandis que d’autres y vont par curiosité. Le film a été présenté comme le nouveau E.T, voyons ce qu’il en est…
 
 
Comme avec n’importe quel film, il est important d’aborder Super 8 sans oublier le genre de films dont il fait partie, ce film est un mélange de nostalgie, de frissons, et la magie du cinéma old school se fait sentir.    Super 8 est remarquablement interprété par un casting de jeunes acteurs charmants, drôles et talentueux.

 

Malgré les promesses, le scénario n’est ni plus ni moins qu’un classique drame Spielbergien : en 1970 dans la petite ville d’Ohio, le petit Joe Lamb (Joel Courtner) perd sa mère dans un tragique accident de voiture. Jackson le père de Joe, brisé par la perte de sa femme, se refugi dans son travail de shériff de la ville. Seul et délaissé, le jeune Joe cache son chagrin derrière le médaillon de sa mère qu’il serre dans sa main quand il a peur. Le petit garçon se met en tête d’aider son ami Charles (Riley Griffiths) à réaliser son film amateur dans l’espoir de le présenter à un festival de films locaux.

 

Une nuit, Joe, Charles, et le reste de leur équipe décident de se rendre à la gare pour filmer une scène de leur film . Les garçons sont rejoints par une jeune fille Alice Dainard (Elle Fanning), qui se trouve être la plus belle fille de la ville … j’ai trouvé Super 8 un peu cucu… un peu niais… jusqu’à ce qu’une camionnette se déporte sur la voie ferrée et percute un train. Celui-ci vole en éclat et on se demande d’ailleurs comment cela est possible… surtout que le mec de la camionette, s’en sort…non là j’ai trouvé ça un peu capilotracté.

 

photo.Super-8.106510

Soyons clairs : Super 8 n’est pas le genre de film de science-fiction avec tous les monstres et les décors qui vont avec. Ne vous attendez pas à un truc du genre « la guerre des mondes » ou « Transformers ».  Il y a néanmoins une étrange créature qui terrorise la ville, mais cet élément est principalement utilisé pour la dynamique narrative, la créature est rarement montrée dans le film . Le réalisateur à choisi de se concentrer sur les péripéties du groupe de jeunes, surtout concernant Joe et Alice, dont le romantisme naissant est plus un « Roméo & Juliette » qu’un film de science-fiction, ça commence à m’énerver au bout d’un moment… je suis pas venu voir Spy Kid ou le Monde de Narnia merde !

 

Les décors, la bande son les costumes, bon c’est du Spielberg il ne faut pas l’oublier. Les effets spéciaux sont magnifique, surtout lors de la scène avec le train qui déraille. Super 8 est un film à grand budget, un film à part qu’il faut voir même si le genre ne vous attire pas, ça ne sera pas une perte de temps en tout cas.

 

Certains d’entre vous ont comme moi, vu l’affiche ou la bande annonce mais ce n’est pas ce que vous croyez. Ce film traite d’un tout autre sujet, il est clair que l’intention des cinéastes (Abrams et dans une moindre mesure Spielberg) est de rendre hommage aux films des années 80 comme les Goonies ou E.T, mettant en scène des enfants dans un univers fantastique souvent issu de contes. Le problème c’est que moi ça me saoule, OK c’est un bon film mais y’en a marre des enfants supers malins qui font des trucs d’adultes. Comme avec tous les films avec des enfants, les chances de succès se reposes en grande partie sur les épaules du casting des jeunes.

 

photo.Super-8.106512

 

Les rôles des gosses sont assez finement interprétés, l’enfant triste, le gamin fou, le gosse égoïste, le petit froussard, etc… Leur jeu d’acteur est assez solide. Les enfants sont à la fois vintage et moderne, ils utilisent un argot ancien avec une touche moderne (certaines grossièretés, mais rien de trop offensant). Plusieurs de ces enfants sont vachement charismatiques, les deux enfants (Courtney et Fanning) sont carrément funky. Leur romance à l’eau de rose se mêle avec le chagrin, la culpabilité, la solitude, la nostalgie et les meilleurs moments du film sont ceux montrant Joe et Alice unis dans la souffrance. Je vous le recommande, mais pas si vous cherchez un bon film de science-fiction.
 
Le mot de NiNe : Quoi ?! Comment ça tu l’as regardé sans moi, on avait dit qu’on le verrait ensemble !!

 

 

0 I like it
0 I don't like it

6 Comments

  1. Je suis déjà allé le voir et j'ai adoré, j'ai beaucoup apprécié tout les clins d'oeil aux films de Spielberg !  

  2. Ce film à l'air vraiment super, et surprenant. Je regrette d'avoir préféré aller voir Cowboys et Envahisseurs qui m'a complètement déçue.

    Dommage...

  3. Je l'est vue hier et certes je m'attendez a un gros truc mais j'ai aimer l'ambiance Odl School j'avais vraiment l'impression d'avoir vu un film des années 90. Mais j'avoue que le coup de la voiture qui fait éclater le train en mille morceau et dont le conducteur réchappe a la mort...c'est vraiment pas crédible !!!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *