Rencontre avec Gally Lauteur, conteuse moderne

28/03/2016

cinderella__s_shoe___disney_sole_by_becsketch-d4j9icf

 

Nombre d’écrivains en herbe ont tenté l’aventure de la littérature 2.0 et Gally fait partie de ceux qui ont eu la chance de sortir du lot. Gagnante du concours lancé par Fyctia, un site français, dans la catégorie « univers alternatif », son premier livre est sorti le 17 mars en format numérique pour le plus grand plaisir de ses lecteurs (si vous n’en faites pas encore partie, j’espère réussir à vous convaincre d’ici la fin de cet article ! ). Elle sera par ailleurs la marraine du nouveau concours lancé par Fyctia, toujours dans la catégorie « univers alternatif, qui débute ce mardi 29 mars.

 

 

Wattpad est la première plate-forme où l’on a pu découvrir la plume de Gally Lauteur à travers une version moderne de Blanche Neige : Ne m’appelez pas Blanche Neige. Cette première histoire, malheureusement mise en pause, m’a beaucoup plu pour son humour et son univers un brin déjanté. Forte de ce premier succès, elle a jeté cette fois-ci son dévolu sur le personnage de Cendrillon dans un remake sans affreuses belles-sœurs ni belle-mère diabolique, mais avec un groupe de rockeurs déchaînés et un manager répondant au doux nom de Lucifer (je ne vous en dis pas plus car je compte vous présenter Les démons de Cendrillon très prochainement ! ).

J’avais envie d’en savoir un peu plus sur cette conteuse moderne, car c’est ainsi que Gally se définit, et c’est pourquoi je lui ai proposé de prendre part à cette interview un peu décalée. Si vous souhaitez en apprendre davantage sur son parcours d’auteur, je vous conseille d’aller jeter un coup d’œil sur « Ma vie de conteuse 2.0 » où elle vous racontera tout ça mieux que moi.

 

1) Quel célèbre conteur serais-tu ? Plutôt l’un des frères Grimm, Père Castor ou encore Beedle Le Barde ? Et pourquoi ? 

J’aime l’idée d’être une marraine qui raconterait une histoire au sein du foyer (sauf que je passe par le web, d’où mon surnom de « conteuse 2.0 »). J’admire les frères Grimm, ils ont retravaillé les contes de leur pays d’une manière que j’adore, même si parfois c’est assez sombre. Perrault a donné une dimension moraliste pour éduquer les enfants et se réaliser en tant que personne, ce que j’apprécie vraiment – même si l’époque et la morale ont un peu changé. J’aimerais vraiment devenir une conteuse moderne, c’est-à-dire quelqu’un qui s’adapte à l’art de « raconter » une histoire en s’adaptant à notre monde contemporain et connecté. Sinon, je chante faux… Je ne peux donc pas être un barde (on m’aurait virée du casting de « The Voice », je n’aurais jamais pu finir mon histoire…).

 

2) Pourquoi avoir choisi de reprendre les contes de Blanche Neige et de Cendrillon en particulier ? 

Blanche Neige était pour moi un travail sur les personnages. Comme il y a la princesse, les nains, la sorcière, l’image des parents, c’était un bon point de départ. Je voulais vraiment moderniser l’histoire et la rendre actuelle et réaliste. Il y a beaucoup plus de significations derrière ce conte que ce qu’on pense. Dans ma version, c’est avant tout l’histoire d’une jeune fille qui se bat pour s’accepter, quitter un cocon familial oppressant pour grandir et découvrir ce qu’est l’amour (le sien ou celui des autres).

Cendrillon est plus basé sur « comment trouver chaussure à son pied », alors je lui propose plein de chaussures (c’est-à-dire des garçons différents). Là encore, je voulais rendre ce conte plus adolescent et sexy que toutes les versions qui existaient. C’est pour ça qu’elle se retrouve assistante d’un groupe de rock aux membres ingérables. L’idée était aussi d’aborder le thème du harcèlement plus crédible et compréhensible pour des jeunes filles modernes, plutôt que d’en parler via des demi-sœurs caricaturales. Ici, on parle harcèlement scolaire et amitié, mais on ne vire pas dans la déprime. Le texte est très drôle, pourtant on peut tous comprendre ce qui se passe dans la tête de l’héroïne et ses hésitations amoureuses.

 

3) Quelle(s) valeur(s) et/ou quel(s) message(s) essaies-tu de faire passer dans Les Démons de Cendrillon ? 

L’amour est multiple, on doit l’accepter sous ses formes diverses dont l’amour de soi-même.

 

4) Si tu devais associer une friandise à « Ne m’appelez pas Blanche-Neige » et aux « Démons de Cendrillon », qu’est-ce que ce serait ? 

Blanche-Neige : une pomme d’amour, bien sûr (mes lectrices comprendront) ! Pour « Les démons de Cendrillon », du chocolat (que l’héroïne dévore dès que ça ne va pas).

 

5) A quel(le) héros ou héroïne piquerais-tu sa garde-robe ? 

Je piquerais la baguette magique de la marraine de Cendrillon de Disney ! Bon sang, pourquoi cette femme se balade en manteau à capuche quand elle peut s’habiller d’un simple coup de baguette ? Imagine le gain de temps au réveil si en une seconde tu avais l’air parfaite sans passer par la case coiffeur-relookeur.

 

6) Quel serait ton compagnon idéal (à quatre pattes, à plumes, à poils) de princesse-sorcière ? 

Ce serait un « bidule » à poils roses fuchsia ! Un jour je vous expliquerai ce que c’est, car c’est un animal que j’ai créé pour une histoire très drôle et qui a eu un succès énoooorme auprès de son unique lecteur (c’est-à-dire mon prince-chéri-d’amour).

 

7) Qui est ton « nain » préféré dans NMPBN et quelle chanson lui attribuerais-tu ? 

Je les aime tous ! Ils ont tous un « truc » spécial. Ils sont parfaitement imparfaits, ça les rend charismatiques (pour ceux qui n’ont jamais lu Ne m’appelez pas Blanche-Neige, les nains sont des personnes de la vie de tous les jours qui ne sont « nains » que par un côté particulier de leur personnalité). Je crois que j’adore Stella qui incarne Simplet. C’est le genre de personne que j’étais quand j’avais seize ans. Je lui attribuerais la chanson « Smells like teen spirit » de Nirvana.

 

8) Qu’est-ce qui t’a donné envie d’écrire pour la jeunesse ? 

Je n’ai pas choisi d’écrire pour la jeunesse, j’ai juste voulu raconter des histoires qui me trottaient dans la tête. J’aborde des thèmes complexes (deuil, harcèlement scolaire, estime de soi, famille recomposée, premier amour, entrée dans la vie adulte), mais je le fais toujours d’une manière légère et un peu poétique qui donne ce côté « conte de fées » à mon écriture. J’écris avec différents niveaux de lecture en fonction du thème et de l’âge de mes lecteurs. Par exemple, pour les 8-12 ans, j’ai une histoire de collégiens sur l’éreutophobie (peur de rougir en public) et je traite ça de manière très amusante. Cette histoire s’appelle « Je suis une Tomate ! » (en lecture gratuite sur wattpad).

 

9) Lis-tu de la fanfiction et si oui tirée de quel univers ? 

Je viens du milieu du fanzinat manga, alors j’en lis depuis longtemps. J’ai découvert récemment la fanfiction sur les histoires d’amour d’Hermione Granger. On appelle ça des hermionades et c’est super mignon !

 

10)  Quel est le grand classique que tu as honte de ne pas avoir lu ou vu (film ou roman) ?

Il y en a tellement ! C’est parce que je ne les ai pas encore lus que je me dis que ma vie sera comblée quand je les aurai enfin en main. Ma plus grande honte, c’est de ne jamais avoir pu finir « Belle du Seigneur », le livre est tellement énorme que je n’arrive pas à le mettre dans mon sac (je lis dans le train).

 

11) Quelle est la lecture qui t’a fait le plus rire/pleurer/rêver ? Et quelle est celle qui t’a aidée à grandir ? 

Je passe par toute une palette d’émotions quand je lis des mangas, par exemple avec « Nana », où on parle de l’entrée dans la vie adulte de deux jeunes femmes de vingt ans,  et « Le cœur de Thomas » qui parle d’homosexualité de manière très fine. J’adore la littérature contemporaine aussi : la dernière fois que j’ai pleuré, c’est en lisant la fin de « L’élégance du hérisson ». En général, j’aime beaucoup les classiques : Goethe, Oscar Wilde ou Stephan Zweig. A dix-sept ans, j’ai lu « Psychanalyse des Contes de fées » de Bruno Bettelheim, ça a changé ma vie. Je me suis dit que j’avais mieux compris les contes de fées et que certains messages, qui me semblaient parfois obscurs, devenaient plus clairs (mais je ne suis pas toujours d’accord avec son analyse).

 


A la suite de ce petit questions/réponses, j’ai proposé à Gally Lauteur un petit défi littéraire qu’elle a accepté de relever :

Écris un drabble sur un duo de personnages Disney improbable (un drabble est un jeu littéraire qui consiste à écrire une courte histoire en 100 mots, le but étant de faire une chute qui surprend le lecteur ! C’est un genre particulièrement apprécié dans le milieu de la fanfiction). 

« OK, défi accepté : voilà 100 mots pour une histoire d’amour Disney improbable ! »

« Ariel !«  crie le crabe Sébastien, sous l’océan. La sirène rousse est aux abonnés absents, certainement partie faire la fête avec Polochon, son BFF. Aucune considération pour le travail artistique du crustacé-mélomane qui organise le grand concours de chant annuel des Disney-fans. Quand soudain, on pousse la chansonnette ! Qui parle ainsi d’être « délivrée ? » C’est la Reine des Neiges ! Et soudain, quand elle se tourne vers lui et que leurs yeux se croisent, Sébastien comprend qu’une voix peut aussi bouleverser une âme esseulée et qu’un cœur de glace peut tout changer. Sous cet immense océan, l’amour est évident.


 

Je remercie vivement Gally pour sa disponibilité et pour avoir accepté aussi rapidement et gentiment de répondre à mes questions. Je laisse à votre disposition quelques liens utiles si vous souhaitez :

1) La contacter sur sa page Facebook

2) Lire ses autres histoires sur Wattpad

3) Vous procurer Les démons de Cendrillon  (disponible au format numérique sur Amazon, la Fnac, etc.) 

4) En savoir plus sur l’histoire et en découvrir les trois premiers chapitres

 

Je suis un renard perdu dans le vaste univers qu’est internet. Grâce aux films et à la lecture je vis plusieurs vies en unes mais dans celle de tous les jours je suis une jeune étudiante en lettres modernes qui se destine à être professeur. J’aime les aventures qui se vivent du fond de son fauteuil ou devant un écran mais ça ne m’empêche pas d’être avide de découvertes.
0 I like it
0 I don't like it

2 Comments

  1. Oh bah je ne connaissais pas du tout cette auteure 2.0 mais ce petit itw m'a convaincue d'en decouvrir + !!
    Merci pour cette superbe decouverte et merci à l'auteure pour sa disponibilité pour cet itw !!

    • Je suis ravie que l'interview t'ai plu! Je ne peux que t'encourager à foncer la découvrir! ;)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *