Les Dolce #1 - Une trilogie qui commence bien

25/04/2016

dolce

Titre : Les Dolce #1 – La route des magiciens

Auteur : Frédéric Petitjean

Editeur : Pocket Jeunesse

Prix : 15,90€

Parution : 21 avril 2016

Nombre de pages : 480 pages

Genre : Fantastique, jeunesse

Résumé : Chez les Dolce, rien ne semble fonctionner comme ailleurs : pas d’électricité, pas de téléphone portable, pas d’internet et une maison fabriquée exclusivement à partir de matériaux naturels… Une volonté de se couper d’un monde sur-médiatisé ? Pas tout à fait : en réalité, la famille Dolce est la dernière d’une longue lignée de magiciens qui tirent leur puissance des éléments naturels. Si les parents s’accommodent très bien de la situation, leurs deux enfants ont nettement plus de mal à s’adapter à cette vie. Mais le mot d’ordre quand on est l’un des derniers magiciens au monde est de ne pas faire de vague, sous peine d’être repéré et détruit…

 

 

 

 

 

J’ai eu l’opportunité de lire ce roman grâce aux éditions PKJ qui ont eu la gentillesse de m’envoyer un exemplaire et je dois bien avouer qu’il m’a surprise à plusieurs égards !

J’ai mis un peu de temps à me plonger dans le roman : la quatrième de couverture ne me semblait finalement pas être vraiment fidèle au contenu de l’ouvrage, l’écriture du début du livre m’a paru souvent assez maladroite et enfin, j’ai eu beaucoup de mal à m’attacher à certains personnages…

Et pourtant, passé les premiers chapitres, je me suis rendu compte que l’auteur avait quand même réussi à me convaincre et c’est simple, je n’avais plus envie de lâcher le livre !

Si j’ai trouvé les personnages principaux un peu dans l’excès à mon goût : trop parfaits, trop représentatifs d’une sagesse ancestrale, trop proches de l’image de l’adolescente rebelle qui prend des risques démesurés… J’ai vraiment beaucoup aimé de nombreux personnages secondaires que j’ai trouvés beaucoup plus creusés et plus intéressants à suivre. Cependant, La route des magiciens n’étant que le premier tome d’une trilogie, l’auteur nous réserve peut-être quelques surprises par rapport aux personnages principaux.

J’ai trouvé la magie que Frédéric Petitjean nous présente intéressante et originale : pas évident en effet de proposer une forme de magie qui ne soit ni dans l’exagération, ni dans le déjà-vu après l’énorme succès des séries littéraires comme Harry Potter. Et pourtant, le défi est relevé avec beaucoup d’intelligence en liant la magie à la nature, aux éléments et aussi aux corps des magiciens eux-mêmes. L’auteur introduit les enjeux et les limites de cette magie tout au long de l’histoire, sans scène d’exposition trop longue (ce qui a en général tendance à me faire décrocher immédiatement du roman)

L’un de mes principaux regrets par rapport à l’ouvrage pourra surprendre : il réside dans les noms des Dolce que je trouve vraiment trop tirés par les cheveux, et qui tranchent un peu avec l’idée de cette magie naturelle, intégrée au monde depuis des générations… Je n’ai pas du tout été conquise par ces noms un peu tortueux de Melkaridion ou encore Léamédia, ce qui a -je pense- beaucoup contribué à mes difficultés à m’investir dans le roman au départ.

Néanmoins, il faut bien reconnaître le choix du prénom des personnages n’a pas réussi à me gâcher le plaisir de leur aventure comme je le pensais au départ, et je me réjouis déjà de lire la suite de cette trilogie puisque l’auteur termine ce premier tome en plein suspens !

Passionnée de lecture et de cuisine, j’adore voyager main dans la main avec les héros d’un roman. J’ai toujours un livre dans mon sac et mon téléphone à la main. Mon éternel compagnon d’aventure dans toutes mes lectures ? Une grande tasse de thé fumante !
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *