D'après une histoire vraie : Brillant.

01/06/2016

41Bya7stsoL._SX315_BO1,204,203,200_

Titre : D’après une histoire vraie

Auteur : Delphine de Vigan

Éditeur : J.C. Lattès

Prix : 20,00 €

Parution : 26 août 2015

Nombre de pages : 484 pages

Genre : Contemporain / Autobiographie / Thriller

Résumé : « Ce livre est le récit de ma rencontre avec L.
L. est le cauchemar de tout écrivain. Ou plutôt le genre de personne qu’un écrivain ne devrait jamais croiser.»

 

 

 

 

 

 

 

Avant tout, je souhaiterais remercier la maison d’édition J.C. Lattès pour m’avoir fait découvrir cette pépite. Je n’ai jamais lu aucun livre de Delphine de Vigan (chose à laquelle je vais remédier) et je dois avouer que je serais certainement passé à côté de celui-ci s’il n’avait pas obtenu le prix Renaudot 2015. Poussé par une envie formulée par l’omniprésence du roman dans nos librairies, je me suis penché d’avantage sur ce livre qui a suscité tant d’intérêt. 

Vous l’aurez constaté, le résumé est pauvre en révélations. Et c’est tant mieux ! Je ne sais pas si vous suivez Margaud Liseuse sur YouTube, mais elle a signalé que malgré le fait que ce fut un coup de coeur, elle ne voulait rien en dire de plus. Je suis complètement d’accord ! Si je devais donc vous donner un conseil, je dirais de vous arrêter à ce paragraphe, fermer cette chronique et courir vous procurer cet ouvrage brillant que nous a livré une auteure (plus que) talentueuse. Néanmoins, pour les plus curieux, je vais tout de même m’épancher sur mes sentiments et mon ressenti.

Tout d’abord, sachez que ce roman, sous des airs de thriller psychologique mêlant autobiographie et récit de fiction, nous plonge au coeur de la tourmente d’un écrivain dont une rencontre vient bouleverser le quotidien. Écrit du point de vue d’une auteure dont le dernier roman a fait un tabac auprès des lecteurs, nous comprenons mieux avec ce bouquin ce que peut ressentir un écrivain face au succès qu’il rencontre subitement, auquel il ne s’attendait pas. Je pense que les habitués des salons littéraires ont déjà tous eu des mésaventures avec des auteurs qu’ils étaient venus voir : « désagréable », « expéditif », « froid », etc. A ce moment là, on en veut à la personne pour qui nous avons fait une queue de deux heures, pour qui nous nous sommes déplacés, parfois même, on refuse de lire d’autres livres, lassés par une expérience malheureuse. Delphine de Vigan aborde ce sujet (parmi tant d’autres) et nous permet de mieux comprendre certains comportements, de mettre de la distance entre ce qu’on croit interpréter et la réalité (souvent différente)

D’autre part, je l’ai brièvement évoqué, ce roman oscille entre plusieurs genres. Et c’est pour moi là le point fort du livre, celui de Delphine de Vigan même, cette modernité qui vise à mélanger fiction et réalité, sans jamais révéler ce qui appartient à la première catégorie ou à la seconde. Dès les premières lignes, nous sommes happés par l’écriture, fluide et agréable, qui construit au fur et à mesure une intrigue addictive. On ne peut tout simplement pas lâcher le livre, constamment en train de se demander : « tout ça c’est vrai ? ». J’ai adoré cette façon qu’a l’auteure de se baser sur des faits réels (prénom Delphine pour la protagoniste principale, vie privée : enfants, amant, statut d’écrivain à succès dont le dernier roman a fait un carton, absence de deux ans, etc.) et d’ajouter des éléments fictifs au fur et à mesure, dont finalement on ne connaitra jamais l’ampleur. En constante hésitation, frustration même, on dévore les cinq cent pages d’une traite, sans jamais voir une once de longueur susceptible de nous freiner.

Enfin, parlons de L., ce personnage mystérieux qui rythme le récit avec ses interventions plus surprenantes les unes que les autres. C’est véritablement le protagoniste clef du roman, puisque c’est ce fameux L. qui va pousser Delphine dans une descente aux enfers sous des airs faussement enjoliveurs. Je préfère rester vague sur L. qui, je pense, mérite d’être découvert par chacun d’entre vous sans trop en savoir. Une chose est sûre, ce protagoniste ne va pas vous laisser indifférent, loin de là… 
L’aspect psychologique est très présent à travers Delphine et L.. On plonge véritablement au coeur de deux esprits tourmentés, meurtris par des expériences propres et en proie aux angoisses face à l’émergence de secrets lourds à porter. D’ailleurs, nous avons un aperçu du monde de l’édition (pas aussi innocent qu’on le pense), meublé de magouilles et de subterfuges, souvent tus. 

Voilà, j’espère que ces quelques mots, loin d’être à la hauteur du roman, vous ont donné envie d’y jeter un oeil, ce qui serait suffisant pour vous happer ! 

Et vous, avez-vous lu D’après une histoire vraie ? Avez-vous été autant emballés que moi ?

Contrairement à beaucoup de gens, j’ai eu la chance de recevoir ma lettre d’admission à Poudlard et j’ai obtenu mon diplôme de sorcellerie il y a quelques années déjà. Depuis, je me suis spécialisé dans l’étude de la littérature des moldus et je prend un grand plaisir à découvrir une nouvelle forme de magie : celle des mots.
0 I like it
0 I don't like it

6 Comments

  1. C'est justement Margzux Liseuse qui m'avait donné envie mais malheureusement je n'ai pas accroché, j'ai lu environ 1/3 et je me suis ennuyée, je n'ai pas réussi à rentrer dedans et j'ai arrêté ma lecture car je me forçais.

    • Je suis navré que tu n'aie pas apprécié ta lecture... Mais t'as raison, il ne faut pas se forcer !

  2. Je ne l'ai pas lu mais je suis convaincue. Je vais ajouter ce roman à ma PAL car il m'intrigue énormément !

    • Je suis content de t'avoir donné envie de découvrir ce livre ! N'hésite pas à revenir dire ce que tu en as pensé une fois que tu l'auras lu ;)
      Bonne lecture !

  3. Comme convenu, je n'ai pas lu la suite de ta chronique, et je pense lire ce livre très prochainement :)

    • Haha ! Bon choix ! Je te souhaite une bonne découverte en espérant que le livre te plaise ! :)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *