Pour un an avec toi : A la rencontre du bel inconnu.

17/07/2016

pour_un_an_avec_toi

Titre : Pour un an avec toi

Auteur : Gayle Forman

Editeur : Pocket France

Prix : 7,30 €

Parution : 07 Janvier 2016

Nombre de pages : 408 pages

Genre :  Romance, Voyage, Passion

Résumé: Willem ne tient pas en place. De ville en ville et de fille en fille : il fuit, sans cesse. Jusqu’à cette journée-là, à Paris – et cette fille coiffée à la garçonne, dont il ne connaît que le surnom : Loulou… Entre eux, une étincelle. Séparé d’elle par un fâcheux concours de circonstances, il passera l’année à la chercher. Partout. De Cancún à Bollywood, l’éternel voyageur remonte, sur les traces de sa belle inconnue, le chemin du bonheur…

 

 

 

 

 

 

C’était il y a deux ans, mais c’est comme si c’était hier. Je tombais par pur hasard sur un petit livre de poche à la couverture plutôt fade mais au résumé plus que séduisant et à l’interrogation suivante :

Peut-on tomber amoureux en une journée ?

A première vue, du moins pour moi, la réponse est négative : une journée aussi belle soit-elle n’est pas suffisante pour développer des sentiments aussi profonds. Ça manque de réalisme. Et pourtant, avec notre héroïne Alysson alias Loulou et son évasion parisienne en compagnie du mystérieux et intriguant Willem, on y croit. Alors quand l’auteur Gayle Forman reprend la plume pour un deuxième tome, on se demande encore quel voyage elle va nous proposer.

Si pour « Pour un jour avec toi » l’auteur s’était intéressée exclusivement à la rencontre de l’américaine et de son bel Hollandais puis sur le désarroi de cette dernière, « Pour un an avec toi », lui, se concentre sur Willem. Willem le bel hollandais, acteur à ses heures perdues et accessoirement guide touristique dans Paris, se livre enfin à nous. L’histoire débute là où nous l’avions laissée, ou plutôt là où on l’avait perdu : dans Paris. Le jeune homme se réveille mal en point dans un hôpital parisien avec une perte partielle de ses souvenirs. Il reprend pied peu à peu mais l’énigme de la mystérieuse jeune fille à la coupe garçonne dont il n’a retenu que le surnom l’obsède. Commence alors une course poursuite pour Willem, pour la trouver. Mais comment faire quand on a qu’un surnom et quelques vagues détails ?

« Il y a une chose que je sais : la prochaine fois que je tomberai sur elle, je ne la lâcherai pas. » P.316

C’est déjà ma troisième expérience littéraire avec Gayle Forman. Si la première était plutôt décevante, la seconde fut un vrai coup de cœur. « Pour une année avec toi » ne déroge pas à la règle.

Si Willem fut une révélation pour la petite Loulou et que ce fut une évidence pour le lecteur, du côté du jeune homme c’est moins visible, d’où l’intérêt de ce livre qui nous le montre sous un autre jour. Son héros Willem est tout aussi touchant que Loulou. Lui qui paraissait confiant et insaisissable est complètement mis à nu. C’est un jeune homme tourmenté et à la croisée des mondes que l’on suit au fil des pages. Éternel voyageur, Willem ne cesse de fuir, ne voulant pas affronter une situation familiale et personnelle trop pesante. Alors de pays en pays, de fille en fille et de rencontre en rencontre, le jeune homme se dévoile à travers les souvenirs et les expériences.

Comme pour Loulou, Willem est entouré de personnages secondaires, mais ils sont beaucoup plus nombreux et peu développés, ce qui n’est pas vraiment un défaut, bien au contraire. Chaque personnage apporte une réponse, chaque voyage est moteur d’une révélation, d’une découverte sur la vie du hollandais.

Ce que je peux reprocher à l’intrigue, c’est qu’elle traîne en longueur à certains moments. Le récit met du temps à démarrer et s’essouffle ponctuellement avant de vraiment décoller. Le style de l’écrivain reste plaisant et abordable pour tous. Elle nous fait voyager, on sent une véritable recherche, mais moins séduisante que pour le premier tome dans lequel elle montrait une autre image de Paris. Il y a moins de contemplation de l’environnement parce qu’on est vraiment concentré soit sur la recherche de la Belle inconnue, soit sur l’état d’esprit du jeune homme. La structure du récit est en quelque sorte en miroir avec celle d’Alysson, coupée elle aussi en deux parties inégales et aborde les mêmes thèmes : la découverte de soi, la relation avec les autres, la famille, les peurs, les souffrances et bien sûr la rédemption de nos héros mais à différents degrés.

Le vrai plus, c’est le passif familial du héros qui est richement agrémenté, en particulier la relation mère-fils. Bien sûr, Shakespeare est toujours au rendez-vous, il est d’ailleurs le leitmotiv des deux livres. Willem s’appuie beaucoup sur les œuvres shakespeariennes pour exprimer ses sentiments ou l’évolution de ces derniers.

« Les mots sortent différemment maintenant. Avec une compréhension nouvelle. Sébastien n’est plus seulement un personnage qui erre sans but au gré du vent. C’est un être qui se remet à peine, dont les blessures sont encore à vif, ébranlé par l’infortune qui n’a cessé de l’accabler, par un sort malveillant. » p300

Mais malheureusement, je trouve dommage que les quelques citations du dramaturge anglais ne soient pas à la fois en version originale et traduite en français à côté. S’il se fait plus discret au début, le théâtre tient une place importante dans l’intrigue, il a même une évolution surprenante en explorant un autre média : le cinéma.

On regrettera une fin similaire au premier livre et qui nous laisse certes avec quelques réponses et un final, mais on n’a pas LE final tant attendu. Il y a un goût d’inachevé, c’est une fin ouverte qui ne satisfait pas la curiosité du lecteur et c’est bien dommage. Mais elle reste malgré tout très jolie, je dirais même digne d’un bon film romantique.

En conclusion, « Pour un an avec toi » est une belle suite qui nous dévoile une autre facette de Willem avec un parcours sur une année bien remplie. On regrettera les longueurs, les parties inégales et une fin pas assez développée mais pour le reste, c’est une véritable découverte sur la quête de soi et d’identité. Je suis tombée sous le charme de l’acteur, de l’homme et de l’amoureux mais surtout de Gayle Forman, qui confirme qu’elle a un don pour nous faire voyager de continent en continent d’un univers à l’autre sans nous perdre, un vrai plus pour moi.  

Si pour Loulou il « était  courageux d’aller vers l’inconnu », pour Willem cela se résumerait à la citation suivante :

« Parce que je comprends qu’on essaie tous les moyens qui existent lorsqu’on tente de s’évader, mais aussi que, parfois, on ne s’évade d’une prison que pour constater que l’on s’en est construit une autre, différente. » P 366

Une vraie leçon de vie.

Hello !!! Moi c’est Greycie alias Satshy. Comme la plupart de mes camarades, je n’ai pas reçu non plus de lettre pour Poudlard mais les Vacances au Camps des sangs-mêlés dans le bungalow d’Athéna me semblaient plus attrayantes ^^
Enfant des années 90, née sous le signe du taureau et du mouton (calendrier lunaire), je suis du genre déterminée et espiègle. Etudiante en Master cinéma, je me définis comme une enthousiaste. Dès que j’ai une passion, je m’y livre à fond (cheval, cuisine, manga, Japon, voyage, danse classique, etc.), tout y passe depuis deux décennies. Je suis donc une touche à tout mais la passion qui accapare tout mon temps actuellement (et pour longtemps), c’est la littérature. Romance, fantasy, BD, contemporain, manga, historique, science-fiction, … Je lis, que dis-je, dévore de tout ; avec une nette préférence pour le genre dystopie et le young adult. Couplé avec le cinéma, c’est le combo gagnant pour s’évader vers d’autres horizons.
Mes bouquins préférés sont la saga « Percy Jackson » avec les « Héros de l’Olympe » de Rick Riordan ainsi que « Orgueil & préjugés » de Jane Austen. Côté séries, ce sont Once Upon a Time et Outlander et pour le 7ème art la Saga Star Wars et l’adaptation encore une fois de Orgueil et préjugés de 2005.
0 I like it
0 I don't like it

One Comment

  1. Cae donne bien envie ce livre :)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *