Le Philosophe qui n'était pas sage - Une grosse déception

04/08/2016

le-philosophe-qui-n-etait-pas-sage-ebook

  

Titre : Le philosophe qui n’était pas sage

Auteur : Laurent Gounelle

Editeur : Pocket

Prix : 6,95 €

Parution : 2014

Nombre de pages : 320 pages

Genre : Contemporain

Résumé : Dévasté après le décès de son épouse, Sandro, professeur de philosophie à l’université, ressent le besoin de marcher une dernière fois sur ses pas en se rendant en Amazonie, auprès d’une tribu que sa femme, journaliste, a rencontré juste avant son décès.

 

 

 

 

 

 

 

 

Comme vous l’aurez vu à la note que j’ai donnée à ce roman, je n’ai pas du tout aimé ! Il faut dire que ce n’est pas, en premier lieu, le type d’ouvrage vers lequel je me tourne, mais on me l’avait offert et la couverture était si jolie que je me suis laissée tenter !

Et quelle déception !

J’ai trouvé les personnage sans épaisseur psychologique – les indigènes « gentils » et profitant de ce que leur offre la nature, les autres assoiffés de pouvoir, d’enrichissement et de vengeance. Au-delà de ce manichéisme que je trouve toujours dérangeant, j’ai détesté l’interprétation philosophico-développement personnel de l’ouvrage, qui est selon moi prendre le lecteur pour un imbécile.

Pour étoffer un peu ma critique, je vais devoir dévoiler une partie de l’intrigue, donc pour ceux qui souhaitent lire l’ouvrage en se réservant la surprise, rendez-vous un peu plus bas !

 

——– SPOILERS ——–

 

L’intrigue de l’ouvrage est assez simple et aurait pu, selon moi, offrir un bon roman malgré tout : l’épouse de Sandro, journaliste, a été tuée par une peuplade amazonienne alors qu’elle effectuait un reportage sur celle-ci. Le meurtre de la jeune femme a tout l’air d’un sacrifice rituel et Sandro ne parvient pas à s’en remettre, d’autant plus que la peuplade en question est réputée pour être le peuple le plus heureux du monde. Il décide donc, ivre de chagrin, d’aller venger son épouse en apportant le malheur à ce peuple perpétuellement heureux.

A partir de cette intrigue de base, l’auteur aurait vraiment pu permettre aux lecteurs une réelle réflexion sur la vie, le bonheur et le besoin de vengeance. Pourtant, ce n’est pas le choix que l’auteur a fait puisque le roman n’est axé que sur un aspect : comment faire pour rendre ce peuple malheureux ?

La réponse donnée par Laurent Gounelle est la suivante : lui offrir tout ce que le monde occidental propose en terme de médias. Les personnages mettent donc en place un ersatz de télévision, une espèce de journal quotidien, un système s’approchant des réseaux sociaux, … Qui vont permettre de rendre tous les membres de cette tribu malheureux comme les pierres.

Cette idée, qui n’est pas sans intérêt au départ, a été selon moi extrêmement mal traitée : on ne comprend pas ce qui motive les personnages, à part Sandro – mais ce dernier devient presque invisible au lecteur dès son arrivée dans la tribu, puisqu’il refuse de quitter la hutte dans laquelle il loge.

Sans surprise, la fin du roman est faite d’un repentir mal amené, et d’un pardon incompréhensible. Les méchants restent méchants, les gentils restent gentils et Sandro retrouve le droit chemin.

 

——– FIN DES SPOILERS ——– 

 

En définitive, j’ai trouvé le roman très mièvre et peu digne d’intérêt, mais aussi dangereux à certains égards puisque l’auteur porte un regard très acide sur le monde actuel et la place des médias d’une part mais aussi sur l’école. Présenter l’école comme un outil de coercition physique et mentale pour les élèves me semble peu subtil et très maladroit.

Une grosse déception pour ce roman qui passe, selon moi, à côté de tous les enjeux d’un bon roman, mais aussi à côté de toutes les questions qu’il aurait pu traiter avec intelligence et finesse !

 

Si toutefois certains d’entre vous ont lu et aimé ce roman, je serais ravie d’avoir votre avis !

Passionnée de lecture et de cuisine, j’adore voyager main dans la main avec les héros d’un roman. J’ai toujours un livre dans mon sac et mon téléphone à la main. Mon éternel compagnon d’aventure dans toutes mes lectures ? Une grande tasse de thé fumante !
0 I like it
0 I don't like it

2 Comments

  1. Hello ! Et bien ta description ma totalement refroidi sur cet ouvrage je suis actuellement entrain de lire les dieux voyagent toujours incognito et juste avant j'ai lu l'homme qui voulait être heureux du même auteur et pour le moment j'apprécie assez. J'ai trouvé que "l'homme qui voulait être heureux" amenait à réfléchir sur certaines choses avec bon sens. Mais Laurent Gounelle a une plume particulière parfois et n'oublions pas qu'il est beaucoup dans le développement personnel, la psychologie, la philosophie etc.. ça change de mes lectures habituelles ! En tout cas ton article m'a dissuadé pour ce titre la et je préfère rester sur une bonne note de cet auteur.
    J'adore ce que tu fais tu es top ne t'arrête surtout pas :)

    • Merci pour ton commentaire si gentil Laura :)
      Je n'ai lu que "Le Philosophe qui n'était pas Sage" de Laurent Gounelle, mais on m'a dit que ses autres romans étaient mieux donc peut-être que ça vaut le coup de perséverer ^^
      Ce n'est pas tant l'aspect développement personnel et philosophique qui m'a dérangé (au contraire, je suis plutôt du genre à aimer me triturer les méninges!) mais c'est surtout que j'ai trouvé que c'était prendre les lecteurs pour... des demeurés! La critique du monde actuel qu'il fait pourrait vraiment être intéressante et tout à fait justifiée mais c'est si peu subtil que pour moi ça ne marche pas du tout! J'ai un peu regardé sur GoodReads, visiblement les lecteurs ont soit complètement adoré le roman, soit l'ont vraiment trouvé sans subtilité, ce doit donc être une question de point de vue ;)

      N'hésite pas à me dire si tu te lances quand même dans cette lecture :)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *