La série Irrésistible : Bienvenue chez les frères Fuentes

20/10/2016

irresistible

Titre : Irrésistible

Auteur : Simone Elkeles

Editeur : La Martinière

Genre : Young Adult

Prix : 13,90 €

Première parution : 10 février 2011

Nombre de pages : 400 

 

En cette période d’élection présidentielle made in USA, nos écrans de télé sont inondés des péripéties des candidats, et tout particulièrement d’un certain Donald Trump. Son cheval de bataille : redonner aux États-Unis leur splendeur d’antan. Son programme : une succession d’âneries sur les femmes et les minorités que je ne citerai pas (en même temps, on n’est pas là pour parler politique). Mais l’une des plus controversées, c’est ce fameux mur à la frontière mexicaine. La minorité Latino en prend vraiment pour son grade. Avec tout ce tapage médiatique, j’ai eu envie de me replonger dans un classique du Young Adult adapté à la situation. Quoi d’autre que la série Irrésistible pour relever le défi ?

La série Irrésistible est une trilogie qui raconte le parcours tumultueux d’une fratrie : les Fuentes. Fuentes signifie source en espagnol, et ces trois gars sont vraiment une source d’embrouilles.

irresistible-tome-1-irresistible-alchimie-655207

Tome 1: Irrésistible Alchimie 

Résumé : Brittany est belle, intelligente et douce. Elle sort avec le capitaine de l’équipe de football.

Alex, terriblement séduisant, est connu pour être un membre du dangereux gang des Latino Blood.

Tout les oppose jusqu’à ce cours de chimie et ce travail imposé en binôme. Au-delà des apparences, Alex et Brittany se rapprochent et se séduisent. Leur attirance, plus forte que les préjugés et les interdits, pourrait bien changer leur avenir… mais à quel prix ?

 

 

 

Tome 2 Irrésistible attractionirresistible-tome-2-irresistible-attraction-687852

Résumé : Carlos Fuentes fréquente des gangs, deal et sèche les cours. Kiara Westford, jeune fille sage et peu populaire, devient sa tutrice. Déjà tumultueuses, leurs relations s’enveniment lorsque le Bad boy est placé par la justice dans la famille Westford…

Contraints de se côtoyer tous les jours, Kiara et Carlos vont découvrir une loi physique immuable : les opposés s’attirent !

Leur amour sera-t-il assez fort pour atténuer leurs différences et remettre Carlos sur le droit chemin ?

 

irresistible-tome-3-irresistible-fusion-2556452Tome 3  Irrésistible fusion

Résumé : Nikki Cruz s’est juré de ne plus faire confiance aux garçons, surtout s’ils sont liés de près ou de loin avec le gang des Latino Blood.

Contrairement à ses frères Alex et Carlos, Luis Fuentes s’est toujours tenu à l’écart des problèmes. Brillant et ambitieux, il veut réussir sa vie honnêtement et séduire la jolie Nikki.

Mais quand on est un Fuentes, on a le danger dans le sang… Et les Latino Blood sont prêts à tout pour ne pas laisser Luis s’échapper.

Le plus jeune des frères Fuentes échappera-t-il au destin de sa famille ?

 

 

Dépasser les clivages sociaux

Le récit de Simone Elkeles débute à Chicago, une ville célèbre pour ses mythiques gangsters. Comme toutes les grandes villes du pays, Chicago est divisée entre les quartiers populaires et ceux privilégiés. Ces deux univers ne se fréquentent pas et ne se croisent pas. Le seul endroit où tout ce joyeux petit monde est susceptible de se rencontrer, c’est sur les bancs de l’école, et tout particulièrement au lycée. La différence sociale, c’est le thème principal de la trilogie. A travers les histoires de cette fratrie, l’auteur fait une sorte de démarche naturaliste pour dénoncer le déterminisme social qui gangrène la société américaine. Les enfants issus des minorités et/ou des quartiers défavorisés seraient voués à l’échec et donc leur seule chance de salut serait d’entrer dans un gang, alors que les autres privilégiés et aisés auraient un avenir tout tracé vers les études universitaires, ultime Graal avant la vie active.

 

C’est dans le premier tome, avec Alex, que l’on découvre le mécanisme des gangs à travers celui des Latinos Blood. Quand on entre dans ces organisations, on ne peut en sortir que les pieds devant. Alex, l’aîné, porte le poids de son héritage social et en bon grand frère, se bat pour la survie de sa famille. Son but dans la vie : éloigner ses cadets des gangs et cela passe par le sacrifice de soi. Les gangs sont un univers dur et cruel où il n’y a pas de seconde chance, certains y laissent leur peau. C’est une réalité qui est parfaitement bien décrite par l’auteur et adaptée à un public jeune. Mais bien évidemment, le poids de l’héritage social n’est pas réservé aux plus démunis. Les figures féminines de la saga font le contrepoint. A travers leur histoire, c’est celle des apparences que l’auteur critique, une prison toute aussi néfaste que celle des gangs.  Brittany est populaire et a une image à cultiver, Kiara n’est pas conforme aux canons de beauté que véhiculent les médias et s’interdit pas mal de choses et Nikki, d’origine hispanique, a perdu confiance en elle et se coltine une réputation pour avoir transgressé les règles.

 

 » Tout le monde sait que je suis parfaite. Ma tenue est parfaite. Ma vie est parfaite. Même ma famille est parfaite. Certes, tout cela n’est qu’un mensonge, mais tant pis, je me suis démenée pour qu’on y croie… Si la vérité venait à éclater, je pourrais dire adieu à mon image de perfection absolue. « 

 

A ces contraintes sociales, Simone Elkeles leur fait un pied de nez grâce aux romances qu’elle développe, à l’amour sous toutes ses formes mais aussi grâce à ce que je nomme les figures d’autorité ou/et salvatrices.

Il  y a toujours un personnage présent pour guider nos jeunes héros, que ce soit parmi le corps enseignant, la famille ou les forces de l’ordre. Chacun des personnages qui remplit ce rôle a toujours une personnalité forte et attachante. Vous connaissez tous cette personne qui, malgré vos provocations, croit en vous et en vos capacités. C’est dans le tome 2 avec Carlos, le fanfaron de la fratrie, que cette figure d’autorité est la mieux décrite.

 

Que serait un livre sans ses personnages !!!

Dans le tome 1, on fait la connaissance de Brittany et d’Alex. Alex est un américain d’origine Mexicaine. La vie ne l’a pas épargné : orphelin de père, il est devenu l’ « Hombre » de la maison. Il s’interdit toute projection dans l’avenir et vit chaque jour comme si c’était le dernier. Ténébreux et séduisant, c’est un véritable bad boy. Mais derrière ses airs de gros dur se cache un gamin plein d’ambition. Brittany est son opposé. Belle, intelligente et populaire, elle a tout pour être heureuse et fait des envieuses. Malgré un parcours tout tracé, le quotidien de la jeune fille n’est pas toujours rose. Le maître mot est « le contrôle ». Elle doit faire illusion et cacher celle qu’elle est vraiment.

Dans le tome 2, on s’intéresse à Kiara et Carlos. Carlos, cadet des Fuentes, est une tête brûlée qui n’a pas sa langue dans sa poche. Toujours en perpétuelle rébellion face à toute autorité, c’est un provocateur et un arrogant. Son ambition : faire carrière chez les gangsters. Mais c’est aussi un charmeur qui, face à Kiara, laisse apparaître un sens de la compétition inné. Kiara, quant à elle, est complexée par son handicap. C’est une fille sage, astucieuse et pleine de bon sens. Elle n’a rien à voir avec les autres filles, c’est d’ailleurs un garçon manqué. Le défi Carlos ne lui fait pas peur.

Pour le tome final, c’est à Luis et Nikki d’entrer dans la danse. Le benjamin des Fuentes, à la différence des autres, s’est tenu éloigné des gangs. C’est un grand charmeur conscient de ses atouts, il a du charisme et est très populaire. Face à lui, on trouve Nikki, une belle Hispanique au passé trouble. Les garçons ? Plus jamais. Cette demoiselle ne croit plus en l’amour. Elle a un tempérament de feu mais reste fragile et méfiante. Entre eux, les dialogues sont explosifs.

Tous ces couples vont faire face à l’adversité. C’est un peu une sorte de Roméo et Juliette des temps modernes. Chaque personnage est recherché et composé avec sa personnalité et ses propres démons à vaincre. Une complexité qui fait d’eux non pas des stéréotypes mais des personnes. Alex, Carlos et Luis ont le sens de la famille et se soutiennent les uns les autres, les liens du sang sont magnifiquement exploités. Autre point important, le sens de la répartie dont chaque personnage use et abuse à notre plus grand plaisir.

 

« Un roman d’amour à deux voix et bilingue. »

Le point fort de la série, ce sont ses personnages mais aussi sa narration. Chaque livre s’appuie sur l’alternance des points de vue. Chaque voix est complémentaire avec l’autre et apporte toujours des informations supplémentaires sur les situations ou les actions menées par les protagonistes. Il n’y a pas d’effet de répétition.

Le style d’écriture de Simone Elkeles est vraiment fluide et agréable à lire. On rentre totalement dans l’intrigue. L’auteur manie à la perfection l’humour, qui ponctue quasiment tous les dialogues. Quand le comique n’est pas au rendez-vous, ce sont les sentiments qui sont vraiment prenants, on a droit à de très jolies scènes. Contrairement à d’autres Young Adult, et même à certains New Adult, les tensions sexuelles qui émanent du récit sont beaucoup plus intéressantes à suivre, l’auteur y met ce qu’il faut sans trop en faire. Ça reste très hot.

Chaque livre peut se suffire à lui-même et peut être lu indépendamment (mais je vous conseille de ne pas le faire). Malgré les 400 pages, ils se lisent très vite, ce sont de véritable page turner, il n’y a pas de temps mort et les rebondissements s’enchaînent. Autre petit détail qui fait son effet : l’espagnol. Le texte est jalonné de jargon espagnol, et combiné au langage familier des Frères cela rend l’immersion dans leur milieu vraiment réaliste. Et pour finir, ses intrigues : l’auteur finit chaque récit par un petit un épilogue (ça satisfait notre petite curiosité).

Le point négatif de cette saga, c’est le côté répétitif des schémas dans la structure du récit. Malgré les personnalités diverses des Frères, on finit fatalement par deviner comment chaque histoire va avancer. Le côté happy end pourrait également en rebuter certains pour son côté conventionnel et attendu. Mais ce sont les seuls défauts que je peux reprocher à la saga.

 

En conclusion : La série Irrésistible est une trilogie à découvrir de toute urgence. Elle fait partie des classiques du Young Adult. C’est un témoignage poignant sur la société américaine, sur sa mixité et sa diversité, sur une jeunesse qui subit son héritage social et familial. C’est une Amérique que l’on connait bien mais qui n’est pas si éloignée de la nôtre. Elle nous présente des personnages drôles, attachants et plein de complexité.  La série est adaptée au public jeune qu’elle vise mais reste aussi passionnante à lire pour les moins jeunes. C’est surtout l’occasion de passer un bon moment littéraire. Alors au lieu de construire des murs toujours plus hauts pour diviser les gens, détruisons-les pour dépasser les préjugés.

Hello !!! Moi c’est Greycie alias Satshy. Comme la plupart de mes camarades, je n’ai pas reçu non plus de lettre pour Poudlard mais les Vacances au Camps des sangs-mêlés dans le bungalow d’Athéna me semblaient plus attrayantes ^^
Enfant des années 90, née sous le signe du taureau et du mouton (calendrier lunaire), je suis du genre déterminée et espiègle. Etudiante en Master cinéma, je me définis comme une enthousiaste. Dès que j’ai une passion, je m’y livre à fond (cheval, cuisine, manga, Japon, voyage, danse classique, etc.), tout y passe depuis deux décennies. Je suis donc une touche à tout mais la passion qui accapare tout mon temps actuellement (et pour longtemps), c’est la littérature. Romance, fantasy, BD, contemporain, manga, historique, science-fiction, … Je lis, que dis-je, dévore de tout ; avec une nette préférence pour le genre dystopie et le young adult. Couplé avec le cinéma, c’est le combo gagnant pour s’évader vers d’autres horizons.
Mes bouquins préférés sont la saga « Percy Jackson » avec les « Héros de l’Olympe » de Rick Riordan ainsi que « Orgueil & préjugés » de Jane Austen. Côté séries, ce sont Once Upon a Time et Outlander et pour le 7ème art la Saga Star Wars et l’adaptation encore une fois de Orgueil et préjugés de 2005.
1 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *