Seduced in the dark - Pour lecteurs avertis

10/10/2016

110476004_o

Titre: Seduced in the Dark

Auteur: C.J. Roberts 

Éditeur: Pygmalion 

Prix: 16.00€

Parution: Juin 2016 

Nombre de pages: 494 

Genre: Romance / Drame 

Résumé: « Je sais que l’on m’observe. Il y a toujours quelqu’un. Quelqu’un qui essaie de me faire manger. C’est une femme. Elle me dit son nom, mais ça m’est égal. Elle ne m’intéresse pas. Rien ni personne ne m’intéresse vraiment. Il y a toujours quelqu’un qui m’observe. Toujours. Je veux partir d’ici, Je ne suis pas malade. Si Caleb était là, je sortirais sur mes deux pieds, heureuse, souriante, complète. Mais il est parti. Et ils ne me laissent pas le pleurer. »

 

 

 

 

Je tiens à remercier les éditions Pygmalion pour m’avoir permis de découvrir ce second tome de la saga « The Dark duet ». 

Je commencerais avec deux avertissements :

Premièrement, il s’agit d’un second tome donc je vais m’efforcer de ne pas trop en dévoiler et de ne pas vous spoiler, mais je ne peux que vous recommander de vous renseigner d’abord sur le tome précédent.

Deuxièmement, c’est un roman à ne pas mettre entre toutes les mains. En effet, on aborde ici des thèmes tels que l’enlèvement, le viol, la détresse psychologique ou encore l’esclavage sexuel, qui pourraient heurter des lecteurs peu avertis. 


Au début de ce second tome, nous retrouvons Olivia après qu’elle soit parvenue à s’enfuir de l’enfer dans lequel elle vivait depuis plusieurs mois. Hospitalisée et sous étroite surveillance, son quotidien est partagé entre les entretiens avec une psychiatre et un agent du FBI dont la mission est de comprendre le réseau duquel elle vient de s’échapper. Ce deuxième volet alterne entre moments présents et incursions dans le passé lorsque Olivia raconte son histoire avec Caleb, son ravisseur. 

J’ai entamé la lecture de ce second tome dès que je l’ai reçu, c’est-à-dire en juin, et pourtant je ne l’ai fini que le week-end dernier. Il y a deux raisons à cela. Premièrement, je m’étais procuré le premier tome afin de pouvoir aborder celui-là en ayant tous les éléments et sa lecture m’avait déjà beaucoup secouée (ce n’est clairement pas une histoire qui laisse indifférent). Ensuite, l’ambiance de ce roman est clairement étouffante et pour l’été j’avais besoin d’une lecture qui soit moralement moins lourde. Honnêtement, je doutais fortement d’aller au-delà des cent premières pages qui décrivent uniquement la détresse psychologique d’Olivia que j’interprétais alors comme une forme de folie. Mais la curiosité a été plus forte et j’ai repris ma lecture pour au final finir ce second tome en un après midi.

Une fois passé le premier quart du roman, on se retrouve plusieurs mois en arrière alors que la relation de Caleb et Olivia prend un nouveau tournant. Alors que dans le premier tome Olivia n’agissait que dans le but de survivre, espérant toujours pouvoir s’échapper, dans celui-ci elle commence à ressentir des sentiments pour l’homme qui lui a enlevé sa liberté. Ainsi, elle ne lutte plus pour elle-même mais pour demeurer auprès de lui. Cette attitude est incompréhensible aux yeux de ceux qui tentent de l’aider à se reconstruire. En effet, il est impossible de ne pas émettre un jugement sur la relation de Caleb et d’Olivia, cela fait d’ailleurs partie du travail de lecteur de se faire une opinion et de ne pas être un simple spectateur face à une telle histoire. 

Ce que j’ai apprécié dans cette lecture, c’est la forme de puzzle qu’a choisie l’auteur, on reconstitue peu à peu l’histoire d’Olivia et on progresse également dans l’enquête qui tourne autour de l’organisation dont Caleb faisait partie. Cela permet de reprendre sa respiration entre les passages qui décrivent la captivité et les horreurs subies par le personnage. Dans la continuité du premier tome, Seduced in the Dark apporte de nouveaux éléments sur le passé de Caleb qui nous permet de mieux le cerner et, à défaut de l’excuser, de lui apporter une part d’humanité. Si je devais mentionner quelques points négatifs, je dirais que l’on peut reprocher à l’auteur d’aller très loin, peut-être trop loin. Il s’agit véritablement de « dark romance » et je peux même comprendre que l’étiquette de « romance » soit gênante tant la relation des deux personnages est loin du politiquement correct. 

Comme je le fais souvent, je vous invite à vous faire votre propre avis et venir le partager ici avec nous. J’insiste une dernière fois sur le fait que ce n’est pas un livre à mettre entre toutes les mains et que l’expérience peut être dérangeante (pour ceux et celles qui l’auraient déjà éventuellement lu, sachez qu’un troisième tome centré sur le point de vue de Caleb devrait sortir au mois de novembre).

Je suis un renard perdu dans le vaste univers qu’est internet. Grâce aux films et à la lecture je vis plusieurs vies en unes mais dans celle de tous les jours je suis une jeune étudiante en lettres modernes qui se destine à être professeur. J’aime les aventures qui se vivent du fond de son fauteuil ou devant un écran mais ça ne m’empêche pas d’être avide de découvertes.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *