Sutures – Des nouvelles horrifiques mais prévisibles

26/12/2016

81r4vjd2nkl

Titre : Sutures

Auteur : Frédéric Livyns

Éditeur : Lune-Ecarlate

Prix : 16,99 €

Parution : 30 juin 2015

Nombre de pages : 237 pages

Genre : Horreur, fantastique

Résumé : Qu’est-ce qu’une vie?

Des fragments de temps que l’on essaie d’agencer à notre convenance ?

On a beau essayer d’agir au mieux, on ne dispose jamais de toutes les cartes.

Tout ce qu’on a créé peut être balayé d’un revers de main du Destin.

Quoi que l’on fasse, la souffrance et la mort ne sont jamais bien loin.

Elles guettent le moindre de nos faux-pas afin d’imprimer dans notre chair et notre esprit des cicatrice indélébiles.

Des sutures que nous nous efforçons de cacher…

 

Avant toute chose, je tiens à remercier l’auteur pour l’envoi et la dédicace de son recueil de nouvelles. En voyant que « Sutures » avait reçu le Prix Masterton en 2015 et en lisant son résumé somme toute très mystérieux, j’avais hâte de le lire. Malheureusement, bien que ce moment de lecture ne fut pas désagréable, aucune nouvelle ne m’a fait tressaillir le moins du monde. J’ai trouvé dans l’ensemble toutes ces nouvelles assez prévisibles, et je me doutais assez rapidement du dénouement de chacune.

Dans la préface du recueil, rédigée par Marc Bailly, on nous annonce une écriture « classique » mais tout à la fois des nouvelles qui nous feront « frémir, trembler, suer, monter aux rideaux ». Je suis on ne peut plus d’accord pour le style d’écriture classique, mais pour le reste, en ce qui me concerne, à aucun moment je ne me suis rapprochée de tout cela. Les nouvelles sont très certainement axées vers un style horrifique, mais je suis décidément habituée à lire bien pire que cela.

J’ai vraiment trouvé qu’il y avait parfois de trop nombreuses similitudes entre certaines nouvelles. Je pense par exemple aux trois premières histoires du recueil : la chute est quasi la même pour chacune d’entre elles ! Ce qui m’a un peu fait peur, car je craignais de vraiment m’ennuyer si le dénouement de chaque nouvelle ressemblait au dénouement de la précédente… Heureusement, ce ne fut pas le cas ! Mais certaines histoires se ressemblaient tout de même sur certains points, c’était un peu flagrant et ça les a rendues assez prévisibles à mes yeux.

Ce n’est pas pour autant que ce recueil n’est pas agréable à lire. Les nouvelles qu’il renferme sont courtes, parfois même très courtes (les nouvelles font entre 3 et 24 pages chacune), ce qui « oblige » l’auteur à aller droit au but et à nous dire le strict minimum nécessaire à la mise en place de chaque histoire. Les pages et les nouvelles s’enchaînent donc très vite, pas le temps de s’ennuyer avec des détails inutiles ou des descriptions interminables ! J’ai également été séduite par le fait que presque toutes les histoires partent d’une situation qu’on pourrait clairement décrire comme « rationnelle » et banale et que crescendo, ces mêmes histoires prenaient toujours au final un tournant plutôt surnaturel et fantastique.

J’ai également aimé l’idée de ne pas savoir où la plupart des nouvelles se déroulaient. En effet, étant donné que l’auteur de ce recueil est belge, je craignais que toutes les histoires prennent place en Belgique, en France ou dans les environs, et c’est quelque chose qui me rebute énormément dans une lecture. J’ai apprécié pouvoir imaginer librement par moi-même le paysage de fond de la plupart des nouvelles. Pour certaines nouvelles, un lieu est tout de même donné mais il s’agit heureusement plus de l’exception que de la règle.

Pour le reste, la narration est parfois interne, parfois externe, parfois omnisciente. Les personnages sont parfois masculins, parfois féminins, parfois adultes, parfois enfants, parfois adolescents. Tantôt ils travaillent (policier, détective privé, …), tantôt non (héritage d’argent important, pause carrière, …). J’ai par contre trouvé que beaucoup de personnages étaient assez détestables (ce n’est pas vraiment un reproche, je trouve ça assez cohérent avec le style du recueil), et puis de toute façon les histoires sont bien trop courtes pour pouvoir s’attacher à n’importe lequel d’entre eux. Tout ça pour dire que de ce point de vue-là, on ne s’ennuie pas puisque l’auteur se renouvelle à chaque histoire du recueil.

Pour conclure, je vous dirai que mes nouvelles préférées dans ce recueil sont les suivantes : La voix, Lilu et Lilitu, Post mortem et Poupée d’amour. Et sinon, je conseille la totalité des nouvelles de « Sutures » aux personnes qui aiment se faire peur… mais pas trop !

Petite universitaire belge âgée de 23 ans, je passe plus de temps à lire, aller au cinéma et regarder des séries qu’à bosser mes cours. Egalement fan de Disney, je suis une enfant coincée dans un corps d’ado. Grande fan de l’art de Tim Burton et accro aux tatouages, j’aime tout ce qui sort de l’ordinaire. Je passe également les 3/4 de ma vie sur mon ordi, j’ai un petit tempérament de geek.
3 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *