And Then There Were None - Troublant huis clos en Trois actes

03/01/2017

Titre : Then There Were None (Dix Petits Nègres) 

Créée par : Sara Phelps d’après l’oeuvre d’Agatha Christie 

Avec : Charle Dance, Aidan Turner, Maeve Dermody …

Format : Mini série de 3×55 mn 

Diffusion : BBC / TF1

Genre : Drame/Thriller 

Synopsis : En 1939, l’Europe est au bord de la guerre. Dix personnes qui ne se connaissent pas (huit invités et deux domestiques) se retrouvent sur « Soldier Island » (l’Île du Soldat), une île le long de la côte du Devon en Angleterre. Isolés du continent, leur hôte A. N. O’Nyme mystérieusement absent, ils se retrouvent tour à tour accusés de crime. Après que deux personnes trouvent la mort, les autres comprennent qu’un meurtrier est parmi eux.

 

 

BBC est toujours une valeur sûre de l’adaptation de la littérature Britannique. Les adaptations d’Agatha Christie sont légion, et les aventures d’Hercule Poirot ravissent encore de très nombreux fans. 

Produite à l’occasion du 125ème anniversaire de la naissance de Christie, And Then There Were None était plutôt une surprise car même si c’est un des meilleurs romans de l’auteure, il n’est pas celui dont on entend parler en entier.

J’ai lu le livre quelques jours avant de regarder la mini-série, et je dois dire que j’ai été impressionnée par la fidélité de l’adaptation. C’est assez rare pour être souligné pour ce genre d’adaptation, mais la BBC a vraiment fait un très beau travail, même si quelques petites infimes choses ont été modifiées. 

Je suis tout de même blasée, et même horrifiée de voir que TF1, comme les maisons d’édition qui publient le livre, ont décidé de garder le titre de base. En effet, « Dix Petits Nègres » était bel et bien le titre de base du roman, mais il a été très vite changé aux USA, puis au Royaume-Uni et dans le reste du monde, par « And Then There Were None ». Cela pour la simple raison que le titre et sa signification sont racistes. J’espère donc qu’un jour ceux-ci décideront de changer enfin ce titre !

L’ingéniosité du récit est de nous plonger dans un huis clos (une île) particulier, où nous devinons assez vite que les personnages sont coupables des crimes dont ils sont accusés. Une façon ingénieuse de nous faire vivre intensément l’intrigue. La mort un à un des personnages va rendre l’atmosphère complètement suffocante pour les personnages, qui vont commencer à s’accuser tour à tour. Mais même si le spectateur sait les personnages coupables, il ne peut deviner qui est derrière tout ça. C’est là que le talent de Christie ressort et nous prouve encore une fois qu’elle est la reine du genre ! 

J’ai donc énormément aimé tant le roman, que cette mini-série. La réalisation est très belle et recherchée, mais c’est finalement le casting qui donne tout son sens à l’intrigue. Charles Dance, vu dans Game of Thrones, y est particulièrement bon. J’ai aussi adoré Aidan Turner (Poldark) qui joue littéralement un homme cynique mais qu’on finit par aimer. Maeve Dermody, qui joue Vera, est pour moi la révélation de cette mini-série. Elle est toute en nuances et nous donne envie de l’aimer malgré son personnage qu’on sait pas blanc comme neige. 

Si vous aimez les intrigues qui ont de la saveur, vous ne pourrez qu’être séduit. Le plot twist arrivera seulement à la toute fin, de façon à finir parfaitement « bien » le récit ! 

Pauline, j’ai toujours voulu étudier à Poudlard, mais n’ayant jamais reçu ma lettre, je me suis contentée de vivre par procuration d’incroyables aventures à travers les livres, les films et séries tv. J’aime tout, de la sci-fi, aux comédies romantiques, en passant par les drames ou thrillers. Qu’importe le format ou la manière, le plus important est que l’histoire me touche.
2 I like it
0 I don't like it

4 Comments

  1. J'ai adoré cette petite série. Par contre j'ai du mal avec l'idée de changer le titre d'une oeuvre, autant raciste soit-elle. Elle s'inscrit dans un univers particulier, à l'époque "nègre" était un terme courant.
    J'ai l'impression qu'en allant dans ce sens c'est un peu la liberté d'expression qui en prend un coup : les "vieux" livres qui parlent d'esclavage (sans le condamner mais comme étant quelque chose de "normal" dans leur époque) doivent-ils être censurés pour autant ?

    • Ce titre me choque, voilà tout. Si le titre a été changé complètement à sa sortie aux USA un an après sa sortie sur le sol anglais, ce n'est pas pour rien.
      Oui, l'époque était différente mais la signification du mot était la même et avait bel et bien ce caractère péjoratif et raciste.
      Ce n'est que mon avis et merci à la "liberté d'expression" de me le permettre.

  2. J'ai vraiment adoré cette adaptation, et ayant lu le livre il y a longtemps j'avais complètement oublié le dénouement et j'ai donc de nouveau été surprise !

    Par contre je ne suis pas d'accord pour le titre, une oeuvre doit toujours être replacée dans son contexte d'origine et si Agatha Christie a nommé son histoire Dix petits nègres je trouve qu'il faut le respecter. Bien sûr c'est un terme raciste que nous n'utilisons plus de nos jours, mais si on commence à modifier les titres des oeuvres ne finirons-nous pas par modifier l'Histoire ? Pour moi, tant que l'adaptation ne se passe pas dans notre monde contemporain, la modification du titre n'est pas indispensable.

    • Le titre fait référence à l'île qui dans le livre se nomme "l'île des nègres" parce qu'elle a une forme qui a rappel le visage d'une personne africaine. Donc ce n'est pas le mot, mais bel et bien la signification qui est raciste. Le titre a été changé partout ailleurs, de même que le nom de l'île et cela n'a en rien dénaturé le livre et le récit !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *