Celle dont j’ai toujours rêvé – Un livre indispensable

07/01/2017

celle-dont-j-ai-toujours-reve-853493

Titre : Celle dont j’ai toujours rêvé

Auteur : Meredith Russo

Éditeur : Pocket Jeunesse

Prix : 17,90 €

Parution : 2 février 2017

Nombre de pages : 320 pages

Genre : Romance, transsexualité

Résumé : POUR DEVENIR ELLE-MÊME, AMANDA A TRAVERSÉ BIEN DES ÉPREUVES, MAIS LA PLUS TERRIFIANTE RESTE À VENIR : SA PREMIÈRE HISTOIRE D’AMOUR.
Amanda Hardy arrive dans un nouveau lycée. Comme beaucoup, elle souhaite avant tout s’intégrer. Mais malgré sa popularité, un secret l’empêche de s’ouvrir aux autres. Sa rencontre avec Grant remet tout en question. Il est le premier garçon qui parvient à lui faire baisser sa garde. Amanda comprend que pour être heureuse, elle doit se révéler, au risque de tout perdre. Car le secret d’Amanda, c’est qu’avant, elle s’appelait Andrew.

 

Il y a peu, on nous a proposé de recevoir en service presse un roman tout à fait singulier, à savoir « Celle dont j’ai toujours rêvé ». Après l’avoir lu, je remercie énormément les éditions Pocket Jeunesse de m’avoir fait parvenir les épreuves non corrigées de ce livre que j’ai beaucoup apprécié, et que je rêve de mettre entre les mains de quiconque croisera ma route à partir de ce jour, parce que pour moi une chose est claire : « Celle dont j’ai toujours rêvé » fait partie de ces livres qui se DOIVENT d’être lus, et se révèle renfermer une histoire face à laquelle on ne peut rester indifférent.

Rapidement et concrètement, je vous poserai les bases en disant juste que l’auteur s’attarde ici sur un thème bien précis : la transsexualité. Pour ceux qui ne sauraient pas de quoi il s’agit, une personne transgenre possède une identité de genre qui ne correspond pas au genre avec lequel elle est venue au monde. Dans le cas présent on suivra le quotidien assez banal mais en réalité tout sauf facile d’Amanda, née Andrew, qui repart en quelque sorte à zéro en partant habiter chez son père suite à un incident survenu il y a peu.

Première chose à savoir : l’auteur du livre, Meredith Russo, est elle-même transgenre. Et à partir du moment où on a conscience de cela, on comprend pourquoi les choses sont si bien décrites et semblent si réalistes dans cette histoire : on ressent qu’il y a un vécu derrière ces mots, même si comme précisé par l’auteur à la fin du livre, ce vécu n’est pas totalement similaire. Avec en plus de cela une narration interne et l’alternance des chapitres se déroulant dans le présent et dans le passé, la lecture est très fluide et le livre vite lu. Je n’avais jamais lu de roman portant sur la transsexualité, et celui-ci est pour moi une franche réussite.

On ne se rend pas forcément compte de ce à quoi peut ressembler le quotidien des personnes transsexuelles, des épreuves et des difficultés auxquelles elles doivent bien trop souvent faire face alors que ce sont avant tout des personnes, des personnes aussi normales que vous et moi et qui méritent le même respect que n’importe quel être humain. Et pourtant, bien trop souvent les gens n’ont aucune tolérance, ne pensent qu’à leur petite personne et sont tout simplement méchants. Je ne vais pas vous mentir : ce livre est triste et dur, voire même très dur par moments, au point d’en avoir la boule dans la gorge et les larmes aux yeux lorsqu’on réalise que cette histoire, c’est bel et bien le lot quotidien de plein de personnes qui sont dans la même situation qu’Amanda.

L’histoire n’a à la fois rien de très original (on suit la vie de lycéens américains avec leurs amis, leurs amours, etc.), et pourtant, la présence de la transsexualité dans l’histoire vient tout chambouler. À travers les yeux d’Amanda, on découvre son histoire : ses rêves, ses désirs, ses peurs, les difficultés qu’elle éprouve par moments au niveau du regard et du jugement des autres, de la famille, des amis, de l’amour, de la religion, … On ressent le poids qui pèse sur les épaules d’Amanda, le poids de ce secret présent dans la quasi-totalité du roman et qui est presque aussi étouffant pour nous que pour le personnage principal.

En ce qui concerne les personnages justement, j’ai aimé qu’on se concentre manifestement sur Amanda, mais qu’on ne délaisse pas les autres. Ainsi, une grande majorité d’entre eux cache un secret, allant de l’homosexualité à la pauvreté en passant par le fanatisme religieux.

J’ai ressenti beaucoup de peine pour Amanda au vu de tout ce qui lui arrive, mais je n’ai pas réussi à m’attacher au personnage, et ce pour une bonne raison. C’est d’ailleurs l’une des seules choses que je reproche à l’auteur : le fait que tout au long du roman, Amanda soit décrite comme une fille très, très (trop) jolie physiquement, limite parfaite, que cette beauté soit soulevée à de trop nombreuses reprises. Difficile de s’identifier à ce genre de personnage ! Même si l’auteur explique ce choix en fin de roman, je n’ai pas adhéré. J’ai beaucoup compati à sa situation, mais j’ai surtout pensé aux personnes qui doivent réellement vivre cela tous les jours. Je place également les personnages de Grant et de Bee au même niveau qu’Amanda : je ne les ai pas détestés, mais je suis également loin de les avoir adorés.

J’ai par contre beaucoup apprécié Anna, Layla et Chloé, les amies d’Amanda (contre toute attente puisqu’au tout début, je pensais qu’on aurait affaire à une bande de pestes), qui lui apportent un soutien sans égal du début à la fin. Elles sont les rayons de soleil de ce roman et sont responsables, en dehors de Grant, de la plupart des scènes joyeuses.

Enfin, j’ai trouvé que l’auteur avait réellement su mettre les mots justes sur le déchirement qu’éprouvent les parents d’Amanda, la difficulté pour eux d’accepter les choses, et ce tout particulièrement pour son père.

Pour conclure, j’ai eu beaucoup de mal à mettre des mots sur mon ressenti et pour l’heure, je n’ai décidément plus qu’une seule chose à vous dire : foncez. Foncez acheter ce livre dès qu’il sera mis en vente, et lisez-le. Lisez-le le plus vite possible et portez un maximum d’attention au message qu’il fait passer, car cela ne vous rendra que plus ouvert et tolérant, et vous ouvrira les yeux. Il existe vraiment trop peu de livres traitant de la transsexualité, ce qui est bien dommage, mais celui-ci en parle de manière intelligente, intéressante et avec une justesse incroyable.

Petite universitaire belge âgée de 24 ans, je passe plus de temps à lire, aller au cinéma et regarder des séries qu’à bosser mes cours. Egalement fan de Disney, je suis une enfant coincée dans un corps d’ado. Grande fan de l’art de Tim Burton et accro aux tatouages, j’aime tout ce qui sort de l’ordinaire. Je passe également les 3/4 de ma vie sur mon ordi, j’ai un petit tempérament de geek.
5 I like it
0 I don't like it

One Comment

  1. Ça me donne vraiment envie de le lire, j'espère pouvoir me le procurer lorsqu'il sortira !
    Merci pour cette découverte :)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *