Les filles de Brick Lane, Tome 1 : Ambre - un sympathique livre qui met de bonne humeur

26/01/2017

Titre : Les filles de Brick Lane, Tome 1 : Ambre

Auteur : Siobhan Curham

Editeur : Flammarion

Prix : 14€

Parution : 4 janvier 2017

Nombre de pages : 379 pages

Genre : Young Adult

Résumé : A Brick Lane, un quartier de Londres, Amber, Rose, Sky et Maali sont des adolescentes très différentes les unes des autres. Mais leur désir de liberté et d’aventure les conduit à se réunir pour créer un club secret, les Moonlight Dreamers. Une grande amitié naît alors entre les quatre jeunes filles.

 

L’adolescence est définitivement la période la plus surprenante de l’existence. Plus vraiment un enfant mais pas tout à fait un adulte accompli, c’est un no man’s land, un moment transitif qui est loin d’être un long fleuve tranquille que ce soit pour l’ado lui-même ou son entourage. Remplie de doutes, de conflits et de questionnements, c’est une période fondatrice où l’on prend conscience de ce qu’on n’est pas, de celle ou celui qu’on désire être, pour finir par comprendre qui on est vraiment. Tout un programme !!! Alors vous imaginez bien que côté littérature, c’est la période idéale. L’adolescence a l’avantage d’être pour un auteur une source inépuisable de sujets à traiter. Que ce soit léger ou sérieux, tout le monde y trouve son compte.

 

Avec Les filles de Brick Lane, Siobhan Curham prend le parti de parler de cette période à travers le regard de 4 londoniennes reliées à un lieu qu’elles semblent affectionner : le quartier de Brick Lane. C’est le début d’une aventure où vos rêves deviennent le moteur de la vie.

Les Filles de Brick Lane, c’est avant tout le portrait de 4 demoiselles d’horizons et de milieux différents qui décident de s’allier dans le simple but de réaliser leur rêve. Et quand on parle de souhait, il ne faut pas chercher bien loin. Certains ont la classe, d’autres semblent enfantins mais tous sont révélateurs sur chaque personnage de l’intrigue. J’ai beaucoup apprécié la diversité des rêves des filles, cela rend leur identification plus facile, on se sent rapidement proche des membres du groupe.

Ce club très sélecte (mdr) est composé de Ambre, la dandy chic, leader du groupe. Elle est à l’initiative de cette société secrète. Venant d’une famille atypique (deux papas), Ambre est blogueuse mais n’est pas à l’aise dans son petit microcosme où les apparences prennent trop de place.

Sky, la hippie-bohème, est une poétesse en devenir mais manque de courage pour partager ses créations en public. Orpheline de mère, la nouvelle relation de son père sonne le glas dans son petit monde.

Rose, l’américaine du groupe, a tout pour elle : la beauté, l’assurance et la popularité. Mais derrière cette façade, la jeune fille cache des blessures profondes. En conflit permanent avec sa top-modèle de mère, elle n’a pour ainsi dire pas d’objectif dans la vie.

Maali, l’indienne, est plutôt heureuse en famille. Très croyante (elle vénère la déesse Lakshmi), elle adore la photographie et se perdre dans la lune. Son seul souci, oser discuter avec un garçon. Mais pas facile de franchir le pas quand on est timide.

Le groupe, au départ bancal puisque les filles n’ont rien avoir les unes avec les autres, finit par s’équilibrer. Leur besoin d’évasion et surtout leurs aspirations secrètes vont les réunir au sein de ce projet, dans lequel chacune apportera sa pierre à l’édifice et jouera sa partition auprès de ses consœurs. J’ai énormément apprécié le côté rituel et société secrète que le groupe instaure au club, et leur rencontre hebdomadaire. Le fait de ritualiser leur entrevue rend leur association beaucoup plus authentique et mystérieuse pour un œil extérieur et les lie encore plus. Il y a beaucoup de symboles avec les rêves, la lune, la poésie ou la croyance. C’est quasi religieusement qu’elles récitent le poème d’Oscar Wilde.

Ce livre, c’est aussi un bon moyen de parler de la tolérance à travers plusieurs thèmes ou situations. Comme le dit la maxime l’habit ne fait pas le moine, et pour pouvoir s’aider et se comprendre, les filles vont devoir dépasser certains préjugés.

L’auteur aborde les thèmes habituellement liés à la jeunesse. Celui des premiers émois, les conflits avec les parents, la sexualité, le regard des autres ou de soi mais aussi d’autres plus éloignés comme les violences faites aux femmes, le harcèlement scolaire ou la religion. Tous ces sujets mettent en lumière un élément primordial qui est trop souvent mis de côté chez les jeunes et les adultes : le besoin de communication.

Là où je souhaite féliciter l’auteur, c’est pour le regard qu’elle pose sur la religion. Souvent malmenée par les auteurs qui la critiquent beaucoup, j’ai aimé que l’auteur confronte deux points de vue et sans émettre d’opinion. Bien au contraire, elle pose les bonnes questions. Le dialogue de Maali et Rose m’a fait beaucoup plaisir et si tout le monde pouvait en faire autant, le monde s’en porterait mieux. Le regard sur l’homoparentalité aussi est abordé avec intelligence à travers Ambre.

Le lieu de l’intrigue a aussi son importance. Brick Lane semble être un quartier populaire et cosmopolite où plusieurs cultures cohabitent. C’est un personnage à part entière du livre qui n’a pas encore livré toutes ses merveilles.

Même si l’intrigue prend le temps de présenter chaque fille et chaque situation pendant une centaine de pages avant la formation du groupe, on ne s’ennuie pas vraiment. C’est en partie grâce à l’utilisation du point de vue multiple des quatre filles, qui donne une vision globale des situations et croise les réactions. Là où je pourrais mettre un bémol, c’est la rapidité avec laquelle l’auteur résout les problèmes.

« Sois toi-même :

Le reste est déjà pris »

Oscar Wilde

Autre gros point positif : la mise en valeur du patrimoine littéraire avec les œuvres d’Oscar Wilde. C’est l’occasion de découvrir cet auteur de renommée mondiale dont les citations font aujourd’hui encore mouche. Pour se remonter le moral, rien de mieux que du Wilde. C’est motivant, drôle voire sarcastique.

« La mode est une forme de laideur si intolérable qu’on est obligé de la changer tous les six mois »

Oscar Wilde

Le produit livre en lui-même est fun, pétillant et girly, j’ai vraiment adoré le côté photo et graphisme. Du côté de la structure du texte, c’est une lecture addictive et pédagogique qui se lit vraiment vite et avec plaisir tant l’écriture de Siobhan Curham est simple et intuitive. C’est aussi très interactif car le tout est ponctué de poèmes, d’emails, d’un blog et même d’une recette de gâteaux. Il y a même une carte de Londres pour mieux se situer dans le récit, ce qui rend l’histoire crédible. Le style est simple mais sonne terriblement anglais, à mon grand plaisir. Malheureusement, la simplicité n’est pas toujours gage de perfection. Le vocabulaire est selon moi trop axé « jeune ado ». Même si c’est la cible visée par l’auteur, c’est un peu facile. Un lecteur plus mature pourrait rapidement s’ennuyer.

En conclusion, Les Filles de Brick Lane est un sympathique récit choral. Il présente des héroïnes aux personnalités variées et les place dans des situations qui feront écho à chacun de nous. Les thèmes traités sont intelligemment abordés. On passe un agréablement moment en leur compagnie. Le style est fluide mais le vocabulaire est trop simple.

Pour un premier tome, j’ai trouvé que c’était très complet, tellement que je me pose la question suivante : qu’est-ce qu’il peut bien avoir à raconter d’autre ? Est-ce que ce sera le même groupe ou un autre ? Y aurait-il de nouvelles venues dans le groupe ? Affaire à suivre. Alors je terminerai cette chronique par la citation qui cette année guidera peut-être vos vies :

Oui : je suis un rêveur. Car le rêveur est celui

qui ne trouve son chemin qu’au clair de lune,

et son châtiment est de voir l’aube bien avant le reste du monde.

Oscar Wilde

Hello !!! Moi c’est Greycie alias Satshy. Comme la plupart de mes camarades, je n’ai pas reçu non plus de lettre pour Poudlard mais les Vacances au Camps des sangs-mêlés dans le bungalow d’Athéna me semblaient plus attrayantes ^^
Enfant des années 90, née sous le signe du taureau et du mouton (calendrier lunaire), je suis du genre déterminée et espiègle. Etudiante en Master cinéma, je me définis comme une enthousiaste. Dès que j’ai une passion, je m’y livre à fond (cheval, cuisine, manga, Japon, voyage, danse classique, etc.), tout y passe depuis deux décennies. Je suis donc une touche à tout mais la passion qui accapare tout mon temps actuellement (et pour longtemps), c’est la littérature. Romance, fantasy, BD, contemporain, manga, historique, science-fiction, … Je lis, que dis-je, dévore de tout ; avec une nette préférence pour le genre dystopie et le young adult. Couplé avec le cinéma, c’est le combo gagnant pour s’évader vers d’autres horizons.
Mes bouquins préférés sont la saga « Percy Jackson » avec les « Héros de l’Olympe » de Rick Riordan ainsi que « Orgueil & préjugés » de Jane Austen. Côté séries, ce sont Once Upon a Time et Outlander et pour le 7ème art la Saga Star Wars et l’adaptation encore une fois de Orgueil et préjugés de 2005.
3 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *