L'investiture de Donald Trump relance les ventes de George Orwell

26/01/2017

Dans un discours prononcé pour la récente investiture de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis, sa porte-parole Sean Spicer prend note de la forte audience présente pour l’occasion. Elle estime même qu’elle n’a jamais été aussi importante. Cette foule qui, dans les faits, s’est révélée être nettement moins grande que celle présente pour l’investiture de Barack Obama.

 

 

Rappelons également qu’il a été très difficile de trouver un artiste volontaire pour jouer à la cérémonie officielle à Washington, si bien qu’elle a été inaugurée musicalement par une jeune inconnue de seize ans, sans doute sortie d’un concours télévisé de chant.

La conseillère de Donald Trump, Kellyanne Conway, reprend les propos excessifs de la porte-parole en les qualifiant de « faits alternatifs ». Souvenez-vous de « 1984 », ce livre phare de la littérature anglaise : son auteur, George Orwell, y décrit une société contrôlée par un gouvernement qui s’établit comme seul détenteur de l’information. Il s’appuie sur des faits réels et les retourne pour construire sa propre vérité, imposée à la population.

 

 

Nombreux sont les journalistes et férus de littérature à relever le terme de la conseillère, tout droit sorti du roman de George Orwell. Suite à cet incident, les ventes de « 1984 » ont décuplé, obligeant l’éditeur à réimprimer plus de 100 000 exemplaires. Mercredi, le livre se positionnait en tête des ventes sur Amazon. Signe que cette société imaginée par l’auteur britannique il y a des années est encore criante d’actualité…

 

Chroniqueuse littéraire, je suis tombée dans la marmite de livres étant petite. Libraire dans l’âme, attachée de presse dans la vraie vie, je m’attache à transmettre le grand secret de la vie éternelle : la lecture (et la pierre philosophale pour les plus chanceux) !
2 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *