Ma vie de pingouin - Plongée rafraîchissante en Antarctique

09/01/2017

Titre: Ma vie de pingouin

Auteur: Katarina Mazetti

ÉditeurActes Sud

Prix: 8,70€

Parution: Novembre 2016 ( poche ) 

Nombre de pages: 314

Genre: Roman étranger 

Résumé: Une cinquantaine de croisiéristes adeptes de sensations fortes embarquent pour un voyage de plusieurs semaines en Antarctique. Sur le bateau, une globe-trotteuse septuagénaire répertorie les similitudes entre humains et animaux. Et elles ne manquent pas, parmi cette brochette d’explorateurs atypiques venus se frotter aux épaulards tueurs, albatros, pétrels et autres éléphants de mer. Tomas, lui, file vers son objectif ultime : en finir avec les tracasseries de la vie, seul sur la glace. Ça promet d’être difficile, avec les quelque quatre cent mille manchots royaux qui peuplent les lieux. D’autant que la douce Wilma, dont la bonne humeur inébranlable laisse croire que tout lui sourit, ne le quitte pas d’une semelle.

 

Cette année, je me suis lancé le défi de lire davantage de littérature étrangère. Je connaissais déjà Katarina Mazetti grâce à deux de ses précédents romans : Le mec de la tombe d’à côté et sa suite Le caveau de famille qui m’avaient beaucoup plu. J’ai choisi Ma vie de pingouin dans le cadre du Cold Winter Challenge car en effet, quoi de plus hivernal que les paysages glacés de l’Antarctique ? 

Ce roman propose un mode de narration plutôt particulier puisqu’il s’agit d’un roman chorale ; la narration se fait à la première personne et on change régulièrement de personnage. Je pense que c’est quelque chose qui peut plaire tout comme déplaire, mais qui offre en tout cas une expérience de lecture différente. Par ailleurs, l’auteur a placé certains passages qui peuvent être lus dans le désordre, ce qui apporte un côté ludique au roman. J’étais un peu sceptique au départ quant à cette pluralité des voix mais j’ai vraiment appris à apprécier chacun des personnages à travers le regard unique qu’ils portent sur ce qui les entoure Au final, ils apportent tous quelque chose de plus et permettent de regarder une même scène sous des angles multiples.

Les thèmes abordés sont plutôt durs : suicide, divorce, abandon ou encore maladie, mais l’auteur arrive on ne sait trop comment à donner une tonalité légère, humoristique au récit. C’est un roman qui contient énormément d’éléments qui semblent de prime abord ne pas avoir grand chose à faire ensemble et pourtant, Katarina Mazetti est parvenue à les lier de telle façon qu’on y croit vraiment à la fin. C’est un véritable tour d’équilibriste que je salue car peu de gens seraient capables de nous faire adhérer à une romance entre deux personnages qui ne pourraient pas être moins bien assortis, et tout ça sur fond de croisière en Antarctique où l’âge moyen des passagers tourne autour de la soixantaine. Et ce n’est pas tout : l’auteur livre également toute une réflexion philosophique sur la société et ses individus sans oublier d’aborder le sujet du réchauffement climatique qui est plus que jamais d’actualité.

En rédigeant mon avis, je me rends compte que c’est un roman extrêmement riche dans lequel il est facile de se perdre mais avec le bon état d’esprit, je vous garantis que l’on passe un très bon moment de lecture. Je me suis efforcée d’en dire le moins possible sur l’histoire car la lecture apporte son lot de surprises que je ne voulais pas gâcher. Il manquait trois fois rien pour que ça soit un coup de cœur, peut-être parce que c’est vraiment trop différent de ce que je lis d’habitude, mais je vous encourage vivement à tenter l’aventure.

Je suis un renard perdu dans le vaste univers qu’est internet. Grâce aux films et à la lecture je vis plusieurs vies en unes mais dans celle de tous les jours je suis une jeune étudiante en lettres modernes qui se destine à être professeur. J’aime les aventures qui se vivent du fond de son fauteuil ou devant un écran mais ça ne m’empêche pas d’être avide de découvertes.
4 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *