42ème cérémonie des César : Palmarès et temps forts de la grande messe du cinéma français

25/02/2017

Vendredi soir, la Salle Pleyel accueillait un parterre de stars et de techniciens du cinéma à l’occasion de la 42ème cérémonie des César.

Comme chaque année, le plus grand pari est d’être divertissant et de ne pas traîner en longueur. Cette année, le job revenait à l’humoriste Jérôme Commandeur qui pour une première s’en est très bien sorti. Le maître de cérémonie n’a pas hésité à donner de sa personne et à faire de l’autodérision : perruque, danse (clin œil à La La Land) et chamailleries avec les remettants, il était au taquet.

Beaucoup de moments émotion, en particulier pour le film Divine de Houda Benyamina qui est l’un des grands gagnants de la soirée. Elle repart avec 3 statuettes et des actrices, Oulaya Amamra et Déborah Lukumuena, émues aux larmes.

 

Dans le cinéma, la politique et le social ne sont jamais loin et on a eu droit à quelques coups de gueule. Le lauréat du meilleur film documentaire, François Ruffin, n’a pas mâché ses mots pour dénoncer la délocalisation d’une multitude d’usines, sujet qu’il traite dans Merci Patron ! 

“Pourquoi ça dure comme ça depuis 30 ans ? Parce que ce sont des ouvriers qui sont touchés et personne n’en a rien à foutre” (…) « Si c’était des acteurs qui étaient mis en concurrence avec des acteurs roumains, ça poserait problème immédiatement »

Les ex-aequo du César du meilleur court-métrage n’ont pas hésité à aborder le problème des banlieues et les violences policières, et à prôner la diversité dans le monde du cinéma. Quant au film d’animation long et court métrage, ils ont fait remarquer le manque de tact avec lequel l’académie remercie ses artisans, quand on sait qu’un film d’animation est 2 fois plus cher et long à produire qu’un film, on comprend l’agacement.

Autres gagnants de la soirée, les films Elle de Paul Verhoeven avec le César de la meilleure actrice pour Isabelle Huppert et du Meilleur film ainsi que Juste la fin du monde de Xavier Dolan qui fait son entrée dans le cercle très fermé des réalisateurs étrangers à avoir remporté le César de la meilleure réalisation. Le film rafle aussi le César du Meilleur acteur pour Gaspard Ulliel qui reçoit enfin la statuette face à son camarade Pierre Niney.

Pour le César d’Honneur, c’est le très chic George Clooney qui était à l’honneur, accompagné de son épouse. Sous une traduction approximative de son compère Jean Dujardin, il en a profité pour dénoncer sans citer l’intéressé les actes du président Donald Trump.

« Pendant que l’on est ici, le monde vit des changements historiques, pas tous pour le meilleur (…) L’amour triomphe sur la haine, le courage triomphe sur la peur, et la justice sur le mal »

La famille du cinéma célèbre des acteurs en devenir mais pleure aussi ses disparus ; sous la voix de la chanteuse Imany, les photos de ces derniers ont défilé en s’attardant sur certains comme Emmanuel Riva et Michelle Morgan. Et puis il y a eu aussi l’hommage tonitruant au grand Jean-Paul Belmondo qui, à 83 ans et entouré de ses proches sur la scène du Pleyel, fut applaudi longuement pour l’ensemble de sa carrière. « Bébel » est revenu sur ses débuts en déclarant :

« Je n’ai jamais manqué de courage et c’est ça qui fait que je suis là (…) Tout jeune, quand j’allais au théâtre, tout le monde trouvait que j’avais une sale gueule. Alors une fois ça va, deux fois ça va, trois fois, non ! »

 

En conclusion, c’est une soirée réussie durant laquelle il n’y a pas eu de film qui sorte concrètement du lot. Les grands gagnants sont Divine, Elle et Juste la fin du monde et les grands perdants Ma loute, Victoria et Mal de pierres qui, malgré de nombreuses nominations, repart bredouille. 

Voici le Palmarès complet :

César du meilleur espoir féminin :

Oulaya Amamra dans « DIVINES »

Paula Beer dans « FRANTZ »

Lily-Rose Depp dans « LA DANSEUSE »

Noémie Merlant dans « LE CIEL ATTENDRA »

Raph dans « MA LOUTE »

 

César du meilleur espoir masculin :

Jonas Blanquet dans « ELLE »

Niels Schneider  « DIAMANT NOIR »

Damien Bonnard dans « RESTER VERTICAL »

Corentin Fila dans « QUAND ON A 17 ANS »

Kacey Mottet Klein dans « QUAND ON A 17 ANS »

 

César du meilleur acteur dans un second rôle :

Gabriel Arcand dans « LE FILS DE JEAN »

Vincent Cassel dans « JUSTE LA FIN DU MONDE »

Vincent Lacoste dans « VICTORIA »

Laurent Lafite dans « ELLE »

Melvil Poupaud dans « VICTORIA »

James Thierrée dans « CHOCOLAT »

 

César des meilleurs costumes :

Anaïs Romand pour « LA DANSEUSE »

Pascaline Chavanne pour « FRANTZ »

Catherine Leterrier pour « MAL DE PIERRES »

Alexandra Charles pour « MA LOUTE »

Madeline Fontaine pour « UNE VIE »

 

César des meilleurs décors :

Jérémie D. Lignol pour « CHOCOLAT »

Carlos Conti pour « LA DANSEUSE »

Michel Barthélémy pour « FRANTZ »

Riton Dupire-Clément pour « MA LOUTE »

Katia WYSZKOP pour « PLANETARIUM »

 

César du meilleur film d’animation :

Pour le court métrage :

« CAFÉ FROID »

« CELUI QUI A DEUX ÂMES »

« JOURNAL ANIME »

« PERIPHERIA »

 

Pour le long métrage :

« LA JEUNE FILLE SANS MAINS »

« MA VIE DE COURGETTE »

« LA TORTUE ROUGE »

 

César de la meilleure photo :

Stéphane Fontaine pour « ELLE »

Pascal Marti pour « FRANTZ »

Caroline Champetier pour « LES INNOCENTES »

Guillaume Deffontaines pour « MA LOUTE »

 

César de la meilleure adaptation :

David Birke pour « ELLE »

Séverine Bosschem, Emmanuelle Bercot pour « LA FILLE DE BREST »

François Ozon pour « FRANTZ »

Céline Sciamma pour « MA VIE DE COURGETTE »

Nicole Garcia, Jacques Fieschi pour « MAL DE PIERRES »

Katell Quillévéré, Gilles Taurand pour « RÉPARER LES VIVANTS »

 

César du meilleur montage :

Loic Lallemand, Vincent Tricon pour « DIVINES »

Job Ter Burg pour « ELLE »

Laure Gardette pour « FRANTZ »

Xavier Dolan pour « JUSTE LA FIN DU MONDE »

Simon Jacquet pour « MAL DE PIERRES »

 

César du meilleur son :

« CHOCOLAT »

« ELLE »

« FRANTZ »

« MAL DE PIERRES »

« L’ODYSSÉE »

 

César du meilleur film de court-métrage :

« APRES SUZANNE »

« AU BRUIT DES CLOCHETTES »

« CHASSE ROYALE »

« MAMAN(S) »

« VERS LA TENDRESSE »

 

César de la meilleure actrice dans un second rôle :

Nathalie Baye dans « JUSTE LA FIN DU MONDE »

Valeria Bruni Tedeschi dans « MA LOUTE »

Anne Consigny dans « ELLE »

Déborah Lukumuena dans « DIVINES »

Mélanie Thierry dans « LA DANSEUSE »

 

César du meilleur premier film :

« CIGARETTES ET CHOCOLAT CHAUD »

« LA DANSEUSE »

« DIAMANT NOIR »

« DIVINES »

« ROSALIE BLUM »

 

César du meilleur film documentaire :

« DERNIÈRES NOUVELLES DU COSMOS »

« FUOCOAMMARE, PAR-DELÀ LAMPEDUSA »

« MERCI PATRON ! »

« SWAGGER »

« VOYAGE A TRAVERS LE CINÉMA FRANÇAIS »

 

César de la meilleure musique originale :

Gabriel Yared pour « CHOCOLAT »

Ibrahim Maalouf pour « DANS LES FORÊTS DE SIBÉRIE »

Anne Dudley pour « ELLE »

Philippe Rombi pour « FRANTZ »

Sophie Hunger pour « MA VIE DE COURGETTE »

 

César du meilleur scénario original :

« DIVINES »

« L’EFFET AQUATIQUE »

« LES INNOCENTES »

« MA LOUTE »

« VICTORIA »

 

César du meilleur film étranger :

« AQUARIUS »

« BACCALAUREAT »

« LA FILLE INCONNUE »

« JUSTE LA FIN DU MONDE »

« MANCHESTER BY THE SEA »

« MOI, DANIEL BLAKE »

« TONI ERDMANN »

 

César de la meilleure réalisation :

Houda Benyamina pour « DIVINES »

Paul Verhoeven pour « ELLE »

François Ozon pour « FRANTZ »

Anne Fontaine pour « LES INNOCENTES »

Xavier Dolan pour « JUSTE LA FIN DU MONDE »

Brunot Dumont pour « MA LOUTE »

Nicole Garcia pour « MAL DE PIERRES »

 

César du meilleur acteur :

François Cluzet dans « MEDECIN DE CAMPAGNE »

Pierre Deladonchamps dans « LE FILS DE JEAN »

Nicolas Duvauchelle dans « JE NE SUIS PAS UN SALAUD »

Fabrice Luchini dans « MA LOUTE »

Pierre Niney dans « FRANTZ »

Omar Sy dans « CHOCOLAT »

Gaspard Ulliel dans « JUSTE LA FIN DU MONDE »

 

César de la meilleure actrice :

Judith Chemla dans « UNE VIE »

Marion Cotillard dans « MAL DE PIERRES »

Virginie Efira dans « VICTORIA »

Marina Foïs dans « IRRÉPROCHABLE »

Isabelle Huppert dans « ELLE »

Sidse Babett Knudsen dans « LA FILLE DE BREST »

Soko dans « LA DANSEUSE »

 

César du meilleur film :

« DIVINES »

« ELLE »

« FRANTZ »

« LES INNOCENTES »

« MA LOUTE »

« MAL DE PIERRES »

« VICTORIA »

Hello !!! Moi c’est Greycie alias Satshy. Comme la plupart de mes camarades, je n’ai pas reçu non plus de lettre pour Poudlard mais les Vacances au Camps des sangs-mêlés dans le bungalow d’Athéna me semblaient plus attrayantes ^^
Enfant des années 90, née sous le signe du taureau et du mouton (calendrier lunaire), je suis du genre déterminée et espiègle. Etudiante en Master cinéma, je me définis comme une enthousiaste. Dès que j’ai une passion, je m’y livre à fond (cheval, cuisine, manga, Japon, voyage, danse classique, etc.), tout y passe depuis deux décennies. Je suis donc une touche à tout mais la passion qui accapare tout mon temps actuellement (et pour longtemps), c’est la littérature. Romance, fantasy, BD, contemporain, manga, historique, science-fiction, … Je lis, que dis-je, dévore de tout ; avec une nette préférence pour le genre dystopie et le young adult. Couplé avec le cinéma, c’est le combo gagnant pour s’évader vers d’autres horizons.
Mes bouquins préférés sont la saga « Percy Jackson » avec les « Héros de l’Olympe » de Rick Riordan ainsi que « Orgueil & préjugés » de Jane Austen. Côté séries, ce sont Once Upon a Time et Outlander et pour le 7ème art la Saga Star Wars et l’adaptation encore une fois de Orgueil et préjugés de 2005.
1 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *