Cinquante nuances plus sombres - Quand l'érotisme devient romance

11/02/2017

Titre : Cinquante nuances plus sombres

Réalisateur : James Foley

Avec : Dakota Johnson, Jamie Dornan, …

Genre : Romance, érotique

Durée : 1h58

Nationalité : Américain

Sortie : 8 février 2017

Synopsis : C’est un Christian blessé qui tente de reconquérir Anastasia. Cette dernière exige un nouveau contrat avant de lui laisser une seconde chance. Mais une ombre surgit du passé de Christian et plane sur les deux amants, déterminée à détruire un quelconque espoir de vie commune.

Dans ce deuxième volet adapté de la série à succès Cinquante nuances de Grey, on reprend l’histoire là où elle s’était arrêtée. Après avoir dévoilé sa véritable personnalité à Anastasia, Christian se retrouve abandonné par celle qui semble plus compter pour lui que prévu. A tel point qu’il est prêt à tout pour la reconquérir – ou plutôt la reposséder – y compris renoncer à son rapport obscur aux femmes. L’adaptation replonge alors dans les mêmes travers que le livre et, en cela, on ne peut lui reprocher de ne pas lui être fidèle. Alors que le premier volet de la série apportait un concept novateur dans la littérature érotique, le second semble le dissiper et ainsi inscrire l’histoire originale dans la droite lignée des romances américaines.

La bande annonce suggérait une intensité et un mystère propres aux personnages, mais le film est finalement réalisé beaucoup plus en surface. Anastasia ne résiste pas longtemps avant de retomber dans les bras d’un Christian désormais canalisé et soumis ; ce qui attise la jalousie obsessionnelle de deux femmes au passé amoureux quelque peu troublé. L’introduction de ces deux personnages dans le récit permettait de donner du relief à une romance fade et, dans le même temps, de produire des effets de suspense. 

Au contraire, l’adaptation se concentre plus sur l’histoire d’amour naissante entre les deux personnages principaux, ne faisant qu’effleurer ces aspects gravitationnels. Ces deux femmes inquiétantes sont rapidement écartées, sans grande explication de leur rôle et leur relation dans la vie de Christian. Le personnage complexe incarné par Jamie Dornan reste alors dans le portrait lisse et fade du play-boy à l’esprit torturé. Le souffle à la fois profond et sombre apporté par les premières images de l’adaptation retombe d’un seul coup et donne un bon aperçu de ce que sera le reste du film : une comédie romantique américaine portée sur grand écran pour la Saint-Valentin.

Cinquante nuances plus sombres est une bonne adaptation dans la mesure où elle respecte l’ambiance et les codes apportés par le roman de E. L. James. Toutefois, les éléments narratifs qui donnaient de la profondeur à un récit souvent terne et romantique ne sont traités qu’en surface et inscrivent donc ce film plus du côté de la romance américaine que de l’érotisme. 

 

Cette impression est renforcée par le choix des décors et des musiques de la bande originale qui répondent parfaitement aux stéréotypes de la culture américaine d’élite. Sans parler du monde de l’édition dans lequel l’héroïne émerge et se fait une place de manière non-dite et irréaliste. Encore plus que le roman, cette adaptation saura donc rencontrer son public de prédilection, à savoir les grandes adolescentes bercées d’illusions amoureuses et professionnelles.

Chroniqueuse littéraire, je suis tombée dans la marmite de livres étant petite. Libraire dans l’âme, je m’attache à transmettre le grand secret de la vie éternelle : la lecture (et la pierre philosophale pour les plus chanceux).
1 I like it
0 I don't like it

One Comment

  1. Je ne pense pas que j'irais le voir mais merci pour ta chronique ;)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *