La Panse - Un roman lovecraftien

25/02/2017

Titre : La Panse

Auteur : Léo Henry

Editeur : Folio SF

Prix : 8,20 €

Parution : mars 2017

Nombre de pages : 304 pages

Genre : Science-Fiction, Thriller

Résumé : Alors que Diane a disparu depuis plusieurs mois et qu’il est sans nouvelles d’elle, Bastien son frère jumeau décide de partir à sa recherche et de la retrouver. Au fur et à mesure qu’il progresse dans son enquête, Bastien va se rendre compte que sa sœur n’a pas simplement disparu : elle a quitté son logement, son travail, ses amis du jour au lendemain, et les dernières fois où elle a été aperçue, elle était accompagnée d’un homme très chic et plus âgé qu’elle ; le genre de fréquentations qui ne lui ressemble pas du tout. En plongeant plus loin dans le parcours de sa sœur, Bastien va être confronté à une mystérieuse société secrète qui a ses quartiers à La Défense. Ce quartier qui lui était jusque là familier va dès lors lui apparaître sous un jour nouveau…

 

J’ai pris beaucoup de plaisir à lire ce roman qui est en réalité une véritable enquête. Si la science-fiction vous fait peur parce que vous n’appréciez pas les récits qui se passent dans le futur, vous pouvez vous lancer dans celui-là les yeux fermés, puisqu’il commence en décembre 2016 et continue au début de l’année 2017… Un roman fermement ancré dans notre présent !

J’ai particulièrement aimé le fait que l’on suive Bastien, un jeune homme d’une trentaine d’années un peu perdu dans sa vie. Il n’a pas d’emploi vraiment fixe, son appartement est un bazar sans nom et à part ses parents et quelques copains de beuverie, il n’a pas vraiment d’attache. Même de sa sœur jumelle, Diane, il n’est pas très proche.

J’ai trouvé ce point de départ vraiment intéressant : parce qu’il est un peu paumé dans sa vie, dans ses relations, Bastien part à la recherche de sa sœur un peu par hasard. C’est aussi un peu par hasard qu’il va tomber sur des gens qui vont être en mesure de l’aider à la retrouver. De la même manière, Bastien va finir par trouver un travail et partager un logement avec ses nouveaux collègues.

Tout au long du roman, le lecteur va suivre Bastien et ne voir que par ses yeux. J’ai particulièrement apprécié le fait que, parce que Bastien est un peu perdu, il va mettre un certain temps avant de se rendre compte des choses dont il est témoin, et du coup, forcément, le lecteur aussi.
Ce roman plonge ainsi le lecteur dans une atmosphère fantastique un peu à la manière des romans Lovecraft, où jusqu’à la dernière page, le lecteur n’est pas vraiment sûr de la réalité des choses que le personnage a pu voir. Et alors que le roman est un vrai
page turner et qu’on ne peut plus le lâcher dès qu’on l’a en main, Bastien lui prend son temps dans son enquête et se laisse un peu porter, avec pour conséquence le fait que le mystère qui entoure la disparition de Diane s’épaissit de plus en plus…

Deux regrets cependant mais qui n’engagent que moi : tout d’abord, si j’ai beaucoup aimé le flou autour de Bastien, et le fait que le lecteur est à peu près aussi perdu que lui pendant tout le roman, j’aurais aimé avoir plus de véritables réponses à la fin du roman. Je ne vous en dévoile pas plus pour ne pas vous gâcher le plaisir, mais je suis de ces lecteurs énervants qui aiment que l’énigme soit parfaitement résolue et qui veulent tout savoir ! Or ici – mais ça participe aussi à l’ambiance très lovecraftienne du roman – la part de mystère qui demeure reste assez importante !

Enfin, je ne suis pas Parisienne et je n’ai jamais mis les pieds à La Défense. Malgré le fait d’avoir cherché des images de ce quartier, je pense que l’on profite encore plus du roman si on connaît ce quartier et que l’on peut s’imaginer l’atmosphère qui s’en dégage. D’ailleurs à mon avis, les familiers de La Défense qui liront La Panse ne poseront plus le même regard sur ce quartier !

En résumé, si vous êtes déjà allé à La Défense et si vous aimez les mystères qui perdurent au-delà de la fin du roman, celui-là est pour vous !

Passionnée de lecture et de cuisine, j’adore voyager main dans la main avec les héros d’un roman. J’ai toujours un livre dans mon sac et mon téléphone à la main. Mon éternel compagnon d’aventure dans toutes mes lectures ? Une grande tasse de thé fumante !
1 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *