Oscars 2017 : le palmarès et les temps forts de la cérémonie

27/02/2017

Ce n’est ni pour le triomphe, plus modeste qu’annoncé, de La La Land, ni pour les piques ouvertes adressées au nouveau président des Etats-Unis qu’Hollywood ne porte pas dans son coeur que l’on se rappellera de cette 89ème cérémonie des Oscars. Non, elle est déjà passée à la postérité comme « l’année où La La Land a été proclamé meilleur film par erreur à la place de Moonlight ». 
 

Une erreur à peine croyable, une interversion d’enveloppes et on a cru revivre le sacre raté de Miss Colombie à l’élection Miss Univers 2016 ! Même Ryan Gosling n’en revenait pas !
 
 
Outre cette bévue dont tout le monde parle ce matin, la cérémonie a été menée d’une main de maître par Jimmy Kimmel qui a multiplié les tacles à l’encontre de Donald Trump. Il a notamment demandé à la salle d’applaudir cette star « bien trop surestimée » que serait Meryl Streep, faisant directement référence à un tweet du président des Etats-Unis où il utilise ce terme… 
 

Autres temps forts de la soirée : lorsque Jimmy Kimmel a invité des « vrais gens » à venir visiter le Dolby Theater où se déroulent les Oscars ou encore quand il a continué son running gag avec son bon ami Matt Damon. En effet, ils jouent depuis plusieurs années (13 ans exactement !) à se détester et multiplient les petits coups vaches entre eux. Dans cette idée, Matt Damon a fait un croche pied au présentateur qui lui, non en reste, a tenté de le couper dans son discours … alors qu’il remettait un prix et non qu’il en recevait un. 
 

Plus sérieusement maintenant, on retiendra l’émotion de la performance de John Legend interprétant « City of Stars » qui allait recevoir l’Oscar de la meilleure chanson originale, celle de Casey Affleck pour son Oscar du meilleur acteur pour son interprétation de Lee Chandler dans le si beau et si juste Manchester by the sea ou encore le discours par procuration de Asghari Farhadi récompensé pour Le Client. Le cinéaste iranien, qui n’a pas pu faire le déplacement en raison de la nouvelle politique d’immigration des Etats-Unis, livre par le biais de sa productrice un message poignant « Mon absence procède du respect pour mes compatriotes et pour les citoyens des six nations auxquels on a manqué de respect en promulguant cette loi inhumaine qui empêche les immigrants d’entrer aux Etats-Unis « . 
 

Petite déception : aucune statuette pour les représentants français de cette saison. Ni l’actrice Isabelle Huppert, ni la costumière Madeline Fontaine, ni la coproduction Ma vie de courgette n’ont été distinguées. Ils ont succombé dans chacune de leur catégorie :

Le palmarès (dans l’ordre de distribution) :

Meilleur acteur dans un second rôle : Mahershala Ali pour Moonlight.

Meilleurs maquillage et coiffures : Alessandro Bertolazzi, Giorgio Gregorini et Christopher Nelson pour Suicide Squad.

Meilleurs costumes : Coleen Atwood pour Fantastic Beasts and Where to Find Them.

Meilleur film documentaire : O. J. Made in America d’Ezra Edelman et de Caroline Waterlow.

Meilleur montage sonore : Sylvain Bellemare pour Premier contact.

Meilleur mixage sonore : Kevin O’Connell, Andy Wright, Robert Mackenzie et Peter Grace pour Tu ne tueras point.

Meilleure actrice dans un second rôle : Viola Davis pour Fences.

Meilleur film en langue étrangère : Le Client, d’Asghar Fahradi (Iran).

Meilleur court-métrage d’animation : Piper, d’Alan Barillaro et Marc Sondheimer.

Meilleur long-métrage d’animation : Zootopie, de Byron Howard, Rich Moore et Clark Spencer.

Meilleurs décors et direction artistique : David Wasco et Sandy Reynolds-Wasco pour La La Land.

Meilleurs effets spéciaux : Robert Legato, Adam Valdez, Andrew R. Jones et Dan Lemmon pour Le Livre de la jungle.

Meilleur montage : John Gilbert pour Tu ne tueras point. 

Meilleur court-métrage documentaire : White Helmets, d’Orlando von Einsiedel et Joanna Natasegara.

Meilleur court-métrage de fiction : Sing, de Kristof Deák et d’Anna Udvardy.

Meilleure photographie : Linus Sandgren pour La La Land.

Meilleure musique originale : Justin Hurwitz pour La La Land.

Meilleure chanson originale : City of StarsLa La Land.

Meilleur scénario original : Kenneth Lonergan pour Manchester by the Sea.

Meilleur scénario adapté : Barry Jenkins et Tarell Alvin McCraney pour Moonlight. 

Meilleur réalisateur : Damien Chazelle pour La La Land. 

Meilleur acteur : Casey Affleck pour Manchester by the Sea.

Meilleure actrice : Emma Stone pour La La Land.

Meilleur film : Moonlight de Barry Jenkins.

 
 
Éternelle optimiste, étudiante en droit, assise au milieu haut de l’amphi, vous m’y trouverez toujours accompagnée d’un roman. Je fréquente tout aussi assidûment les salles obscures.
2 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *