La petite romancière, la star et l'assassin

29/03/2017

Titre : La petite romancière, la star et l’assassin

Auteur : Caroline Solé

Editeur : Albin Michel Jeunesse

Prix : 13,90 €

Parution : 29 mars 2017

Nombre de pages : 288 pages

Genre : Littérature jeunesse, policier

Résumé : Cheyenne, quinze ans, passe ses journées enfermée dans sa chambre à épier sa célèbre voisine : une jeune star de cinéma. Sa vie bascule lorsqu’un enfant disparaît et que la police mène l’enquête… La petite romancière, la star et l’assassin est le récit de trois interrogatoires. Trois destins croisés : une adolescente farouche qui s’interroge sur le sens de l’existence, un marginal au comportement suspect et une actrice précoce qui révèle les coulisses de sa célébrité.

 

Un meurtre, trois suspects. Composé sur le mode du thriller, ce roman se présente en réalité comme une pièce de théâtre. Chaque partie est consacrée à un personnage, dressant ainsi trois portraits distincts, portés par une écriture sèche, brute de décoffrage mais tout en nuance.

Au premier abord, Cheyenne a le comportement typique de l’adolescente à la dérive, en perte considérable de repères. Et pour cause : elle se retrouve livrée à elle-même le temps de quelques jours que ses parents passent en vacances, loin de la demeure familiale. Sujette à un bouleversement intérieur, Cheyenne ne trouve d’autre choix que de planifier sa mort qu’elle perçoit comme seule issue envisageable pour se faire une place dans ce monde incompréhensible à ses yeux. Et pourtant quelque chose retient son geste mortuaire. La curiosité déjà installée depuis quelques temps l’emporte : que se passe-t-il dans la maison d’en face, occupée par une célèbre et jeune actrice ?

Entre les allées et venues de chacun, Cheyenne semble surtout s’intéresser à une personne, une ombre qui plane entre les murs voisins… Jusqu’à ce qu’elle surprenne un événement qu’elle n’aurait pas dû voir, et surtout qui n’aurait pas dû se produire : un homme qui enterre un corps dans le jardin. Pourtant, cette scène pour le moins traumatisante produit l’effet inverse de celui attendu sur une jeune adolescente. En proie à des pensées morbides, la mort semble alors faire partie de son univers intérieur et, de fait, ne l’effraie pas lorsqu’elle se produit à quelques mètres d’elle. Cette ambiance un peu glauque est toutefois allégée grâce au ton adopté par l’écriture du livre. Cette adolescente qui s’exprime lors d’un interrogatoire ne se laisse pas démonter : à travers une attitude décalée, un langage naturel et familier, Cheyenne se forge un rempart pour dissimuler le profond mal-être qui l’habite.

Ce personnage tout en nuance fait écho à un autre profil, très différent. Après le point de vue de l’adolescente vient celui de ce voisin si mystérieux. Le lecteur revit dès lors certaines situations qui s’expliquent de manière différente mais tout aussi ambivalente. On retrouve le même comportement décalé d’un homme en perte de repères, ainsi que la touche sensible apportée par l’histoire du personnage. Chaque coup de crayon est là pour nous rappeler que ces portraits en apparence très sombres dissimulent une réalité plus lumineuse et surtout plus intéressante. La relation qui s’instaure petit à petit entre Cheyenne et lui est aussi malsaine qu’excitante : ils ne se connaissent pas, mais ils ont ce même intérêt qu’ils traduisent sous forme de jeux de mots. Signe que le langage peut surpasser les actes ?

Quant au troisième personnage de ce roman, lui aussi interrogé dans le cadre de l’enquête sur le meurtre de l’enfant, il est au cœur même des préoccupations et constitue d’une certaine manière le pilier central du récit. Un personnage flottant, présent sur toutes les bouches, dans tous les esprits y compris virtuels, mais qui n’a pas de nom propre et qu’on ne voit réellement apparaître qu’à la fin. Actrice jeune mais influente, cette fille de dix-huit ans requiert énormément d’attention, contre sa volonté. Poussée sur le devant de la scène par son entourage, son portrait s’établit en opposition à celui de Cheyenne : l’une demande un gain d’intérêt que l’autre cherche à fuir. Et pourtant, toutes les deux se ressemblent, autant dans l’acceptation difficile de leurs conditions respectives que dans une curiosité révélatrice d’une fuite en avant. Elles se cherchent et trouvent finalement un sens inattendu à leurs questionnements. En cela, l’assassin joue un rôle clé dans la vie de ces deux adolescentes, à son insu malgré tout.

Un roman jeunesse original et touchant, qui met en scène de façon théâtrale les suites obscures d’un meurtre peut-être pas si inattendu. A travers des portraits de personnages physiquement et sociologiquement très différents, l’auteure dessine les traits nuancés de jeunes gens difficilement intégrés dans une société régie par l’image et les apparences. A lire !

Chroniqueuse littéraire, je suis tombée dans la marmite de livres étant petite. Libraire dans l’âme, attachée de presse dans la vraie vie, je m’attache à transmettre le grand secret de la vie éternelle : la lecture (et la pierre philosophale pour les plus chanceux) !
6 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *