Hope & Red - Totalement imprévisible !

29/04/2017

Titre : Hope & Red 

Auteur : Jon Skovron  

Éditeur : Bragelonne

Prix : 22,00 €

Parution : 15 mars 2017

Nombre de pages : 422 pages

Genre : Fantasy

Résumé : Hope est l’unique survivante du massacre de son village par les Biomanciens, les serviteurs mystiques de l’empereur. Recueillie par un soldat vinchen, elle a suivi un entraînement secret, faisant d’elle une guerrière qui ne vit que pour la vengeance.

Red est un orphelin adopté par une ancienne mercenaire issue de la pègre. Il est devenu un voleur et un escroc au talent inégalé.

Quand un chef de bande sanguinaire passe un marché avec les Biomanciens pour contrôler les bas-fonds de la cité de Laven, les destins de Hope et de Red se croisent. Et leur alliance improbable va les conduire bien plus loin qu’ils l’auraient imaginé…

 

Avant de commencer, je remercie les éditions Bragelonne pour leur envoi. 
Alors comme je l’ai indiqué dans le titre, ce livre est totalement imprévisible et ce sur plusieurs points que je vais vous exposer tout de suite ! 

Commençons par la construction du roman. Le récit est divisé en quatre parties (rien de très original jusque-là) et, faits surprenants, on fait un bond de huit ans dans le temps à la fin de la première et puis, un autre de deux ans à la fin de la deuxième. Je vous avoue que j’ai tout d’abord été décontenancé par ce choix qui, finalement, s’est révélé plutôt ingénieux de la part de l’auteur. En effet, dans la première moitié du roman, Jon Skovron pose les bases de son histoire en introduisant non seulement les deux personnages principaux (à l’aide de chapitres aux points de vue alternés) mais également les secondaires qui vont graviter autour d’eux. Ainsi, on fait la rencontre d’une dizaine de protagonistes sans pour autant être perdu puisqu’ils font leur apparition au fur et à mesure que l’intrigue se met en place. Les bonds dans le temps permettent donc au lecteur de comprendre l’évolution de Hope et Red, tout en suivant leurs parcours respectifs jusqu’à la rencontre tant attendue.
Toutefois, je peux vous dire que si j’ai été plutôt convaincu par la seconde moitié du roman, j’ai eu plus de mal avec la première. Elle ne manque pourtant pas d’action et de rebondissements (dont on va d’ailleurs parler un peu plus loin) mais j’ai mis beaucoup de temps à m’adapter à l’univers et à m’attacher aux personnages. Je pense que ceci est principalement dû au fait que l’histoire qu’on nous promet sur la quatrième de couverture ne commence véritablement qu’au bout de la 200ème page, ce qui est relativement long étant donné le fait que le bouquin en fait 400. 

Parlons maintenant des personnages. Même si j’ai fini par apprécier les deux protagonistes principaux, je dois quand même dire que l’auteur n’a pas eu beaucoup d’imagination les concernant. On se retrouve encore une fois avec des stéréotypes bien connus du garçon et de la fille appartenant à deux mondes différents qui s’allient en vue d’atteindre un objectif commun. Ce qui distingue néanmoins Hope et Red des autres héros que j’ai pu rencontrer dans des romans du même genre, ce sont leurs histoires respectives. Chacune apporte son lot de surprises et je pense d’ailleurs que toutes n’ont pas encore été dévoilées par l’auteur. 
Concernant les personnages secondaires, là encore ils ne m’ont pas semblé très originaux, même si j’ai adoré les caractères de certains comme celui de Bouche-trou (oui, oui, c’est bien son nom) ou encore de Ronce. Quelqu’un d’autre m’intrigue tout particulièrement mais n’apparaissant que tardivement dans le récit, je préfère ne pas vous dévoiler son identité de peur de vous spoiler…
Enfin, et sans trop rentrer dans les détails, j’ai tout simplement A-DO-RÉ la mythologie qui entourait les biomanciens (ceux qui ont lu ou qui liront le roman comprendront de qui je parle) car c’est là l’aspect véritablement original du roman. Les « pouvoirs » de ces derniers sont vraiment cool et je suis d’ailleurs assez curieux de voir leur étendue dans le prochain tome. 

Abordons finalement le sujet des rebondissements. Ce sont eux qui m’ont poussé à continuer ma lecture au cours des 200 premières pages car l’auteur a le don de créer des situations improbables aux dénouements qui le sont tout autant, rendant son histoire plutôt addictive. J’ai plus d’une fois été surpris par certaines scènes tant je ne m’attendais pas à ce qu’elles surviennent ; et, au contraire, moi qui pensais voir venir certains événements, ils ne sont jamais arrivés. Les chapitres ultimes sont d’ailleurs particulièrement palpitants et même si la dernière page ne nous laisse pas sur un suspense intenable, le twist final est tout de même pas mal. 

En somme, et bien que je ne l’aurais pas pensé au début de ma lecture, j’ai hâte de découvrir la suite des aventures de tout ce petit monde car sans même m’en rendre compte, je me suis quand même attaché à cet univers et aux personnages qui le peuplent ! 

Contrairement à beaucoup de gens, j’ai eu la chance de recevoir ma lettre d’admission à Poudlard et j’ai obtenu mon diplôme de sorcellerie il y a quelques années déjà. Depuis, je me suis spécialisé dans l’étude de la littérature des moldus et je prend un grand plaisir à découvrir une nouvelle forme de magie : celle des mots.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *