La Danse du Mal - Un potentiel gâché

01/04/2017

Titre : La Danse du mal 

Auteur : Michel Benoït 

Editeur : Albin Michel 

Genre : Thriller 

Nombre de pages : 336

Prix : 19,80€

Parution : 2 mars 2017

Résumé : Au cœur du désert syrien, un manuscrit du Coran, datant du VIIe siècle, pourrait bouleverser l’équilibre du monde… À Rome, ils sont trois moines qui étudient l’origine du christianisme et la naissance de l’islam. Quand Georges, catholique syriaque, disparaît, son ami le frère Nil s’engage dans un voyage périlleux au cœur du désert syrien pour retrouver un dangereux manuscrit du Coran. Depuis son bureau de l’ancienne Inquisition, un prélat aussi discret que redoutable est décidé à s’en emparer pour lutter contre la poussée musulmane. Nil échappera-t-il aux djihadistes acharnés à détruire ce manuscrit ? À l’émissaire du Vatican lancé à ses trousses ? Sauvera-t-il Sarà, la belle Juive au passé ténébreux ?

 

Bon, je ne vais pas passer par quatre chemins : j’ai été déçue. En lisant la quatrième de couverture, je voyais en ce roman un grand potentiel mais au fil de ma lecture, j’ai été très déçue par le tournant que prenait l’histoire et par la manière dont l’auteur la racontait. 

Honnêtement, je pensais lire une enquête policière, un peu à la Robert Langdon dans Da Vinci Code, quelque chose de palpitant, surtout en Syrie. Je ne lis que très rarement des romans se déroulant au Moyen-Orient puisque je ne connais pas beaucoup leur culture et clairement je ne comprends rien aux différentes religions, mais là je me suis dit que ça serait une entrée en douceur pour me familiariser un peu, et puis finalement ça n’a pas du tout été le cas. 

J’ai eu l’impression de lire une version papier d’un documentaire sur la religion, l’origine des différentes religions, tous les conflits entre religions, etc. mais de manière épisodique et sans grande logique. J’ai trouvé que l’auteur nous balançait des pavés sur la religion et tout un tas d’explications en plein milieu de la narration, ce qui rend le récit très lourd et du coup ça casse toute la dynamique de l’histoire. Personnellement ça a vraiment gêné ma lecture et puis ça m’a carrément embrouillé l’esprit par moment. Je trouve que toutes ces explications étaient superflues par moments, bien qu’elles soient essentielles à la compréhension, et je pense que le problème n’était pas d’inclure ces petits épisodes d’histoire des religions mais surtout de bien les intégrer et d’éviter de les intégrer par pavés. Quelques bribes d’informations ici et là ça ne fait pas de mal, mais casser la dynamique en nous assommant d’infos, ça ne passe pas du tout. 

C’est bien dommage parce que l’histoire de base et les premiers chapitres sont très intrigants et nous plongent dans un monde qui nous est complètement étranger. En France, pays laïque, la religion est quelque chose de personnel et les guerres de religions n’existent pas. En Syrie, ce n’est pas du tout la même chose. Les conflits entre le christianisme, le judaisme et l’Islam sont présents au quotidien et les personnages que l’on suit sont plongés dans un conflit qui met leur vie en péril. Dès les premières lignes on comprend que quelque chose cloche et je trouve que l’auteur arrive à bien nous plonger dans l’intrigue et fait monter le suspens, mais toutes les interventions sur l’histoire pure de la religion m’ont vraiment gênée. 

Ce que j’ai aussi apprécié, c’est le fait que l’auteur nous donne accès au point de vue de beaucoup de personnages, ce qui rend l’intrigue d’autant plus intéressante. On se rend alors compte que l’intrigue est bien plus complexe que prévue et que des personnages inattendus viennent se mêler à l’histoire et viennent tout perturber. Le seul problème c’est que je confondais les personnages par moments et c’est dommage, mais c’est peut-être juste moi. 

Bon, malgré tout ce n’est pas un mauvais livre, mais je n’en suis pas ressortie avec une très bonne impression. J’aurais préféré lire un bon thriller plutôt que de ressortir avec un tas d’infos sur l’origine des trois religions monothéistes. Il y avait du potentiel mais je trouve que l’auteur ne l’a pas assez exploité. 

Alicia, alias Cupcake, jeune étudiante en anglais, passionnée de lecture depuis la plus tendre enfance mais aussi de films et de séries. Je passe le plus clair de mon temps le nez plongé dans les bouquins, que ce soit pour la fac (les classiques américains et brittaniques n’ont plus aucun secret pour moi!) ou pour le plaisir (faut bien de temps en temps!). Mes genres préférés sont le policier, l’épouvante, le fantastique et le young adult même si je ne suis ouverte à tout !
Parmi les romans préférés on a Les âmes vagabondes (Stephenie Meyer), Fangirl (Rainbow Rowell), Avant toi (Jojo Moyes) et bien sûr la saga Harry Potter ! Que de styles différents, donc.
Et puis, comme je l’ai dit, j’adore les films et si je pouvais vivre dans un cinéma je le ferais !
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *