Un sac de billes - Une belle histoire sur fond tragique

19/04/2017

Titre : Un sac de billes 

Auteur : Joseph Joffo 

Éditeur : Le Livre de Poche 

Genre : Témoignage historique 

Prix : 5,30 €

Parution : 1992

Nombre de pages : 252

Résumé : Un très beau livre, émouvant et fort… Alphonse Boudard. Ce livre qui est celui de la peur, de l’angoisse, de la souffrance, aurait pu être aussi le livre de la haine, mais il est, en fin de compte, un cri d’espoir et d’amour. Bernard Clavel. Parmi les témoignages sans nombre consacrés aux temps maudits, celui-là est unique, par la nature de l’expérience, l’émotion, la gaieté, la douleur enfantine.
Et conté de telle manière, la douleur saisit, entraîne, porte le lecteur de page en page, jusqu’à la dernière ligne. Joseph Kessel. Une spontanéité, un humour, une tendresse, une émotion discrète qui en font un livre pas comme les autres. La croix.

 

Il y a quelques jours, je vous proposais mon avis sur le roman « Elle voulait juste marcher tout droit » de Sarah Barukh, qui partage pas mal de points communs avec le roman que je vous chronique aujourd’hui, donc je vais essayer de ne pas trop me répéter mais sachez que ces deux romans sont excellents. 

Tout d’abord, je voulais ouvrir cette chronique sur le fait qu’il ne s’agit pas d’une autobiographie, même si techniquement c’est le cas, puisque l’auteur le dit lui-même avant que le roman ne démarre. Il explique qu’il raconte simplement ses souvenirs d’enfance et que certains souvenirs ont peut-être été altérés avec le temps, mais il s’agit tout de même d’une histoire vraie et d’un homme qui nous raconte son histoire. 

Le fait qu’il s’agisse d’une histoire vraie, et surtout que ce soit l’homme ayant vécu ces événements qui nous les raconte, rend le récit très touchant mais aussi très détaillé. Là, on est sûr de la véracité des propos, des noms des villes et des petits détails du contexte historique de l’époque. L’auteur n’a pas eu besoin de faire des recherches et vérifier ses sources pour nous délivrer un roman détaillé sur l’Occupation allemande en France. J’ai notamment beaucoup aimé les anecdotes de l’auteur sur les Allemands se rendant dans le salon de coiffure de leur père alors que toute sa famille était juive et que les Allemands ne s’en rendaient même pas compte. A moins de rencontrer des survivants, c’est très rare de trouver un roman avec de telles anecdotes aussi détaillées et c’est justement ce qu’il manquait à « Elle voulait juste marcher tout droit », maintenant que j’y pense avec du recul. 

L’auteur incorpore beaucoup d’humour et de petites anecdotes légères sur son quotidien pendant sa fuite, ce qui rend le livre beaucoup plus agréable à lire puisque le sujet est quand même lourd. J’ai souvent du mal à lire un témoignage d’une traite ou à regarder un film sur la Shoah d’un seul coup puisque je me sens toujours mal mais là, même si l’histoire est assez triste, l’auteur fait en sorte que ça se lise comme une fiction et sans nous bourrer le crâne. 

Ce que j’ai aussi aimé, c’est le fait qu’il n’hésite pas à être vulgaire parfois et à retranscrire le langage qu’il utilisait avec son frère à l’époque, sans se soucier des codes stylistiques et tout en gardant une plume des plus agréables. J’ai rarement lu un aussi bon témoignage, entre rire et larmes, tout en apprenant des faits historiques qui ne sont pas forcément écrits dans les manuels d’histoire. Joseph Joffo a vraiment la plume pour nous raconter son enfance, sans jamais être cru ou choquant, mais tout en nous faisant passer le message. En tout cas j’ai adoré lire le périple de Joseph et son frère et je le respecte énormément puisque je ne pense pas que j’aurais été capable de me débrouiller comme il l’a fait, tout en gardant sa dignité, sa curiosité et son innocence d’enfant et surtout, son sens de l’humour. 

Alicia, alias Cupcake, jeune étudiante en anglais, passionnée de lecture depuis la plus tendre enfance mais aussi de films et de séries. Je passe le plus clair de mon temps le nez plongé dans les bouquins, que ce soit pour la fac (les classiques américains et brittaniques n’ont plus aucun secret pour moi!) ou pour le plaisir (faut bien de temps en temps!). Mes genres préférés sont le policier, l’épouvante, le fantastique et le young adult même si je ne suis ouverte à tout !
Parmi les romans préférés on a Les âmes vagabondes (Stephenie Meyer), Fangirl (Rainbow Rowell), Avant toi (Jojo Moyes) et bien sûr la saga Harry Potter ! Que de styles différents, donc.
Et puis, comme je l’ai dit, j’adore les films et si je pouvais vivre dans un cinéma je le ferais !
1 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *