Nos cœurs en désaccord – « Nos étoiles contraires » en mieux !

11/05/2017

Titre : Nos cœurs en désaccord

Auteur : Krystal Sutherland

Éditeur : Pocket Jeunesse

Prix : 17,50 €

Parution : 2 mars 2017

Nombre de pages : 288 pages

Genre : Young Adult, Contemporain

Résumé : Henry Page rêve du grand amour. Jusqu’au jour où il rencontre Grace, qui marche avec une canne et porte des vêtements de garçon trois fois trop grands pour elle. Henry tombe sous le charme de cette drôle de fille. Il a vite fait de comprendre que quelque chose en elle est cassé. Il ne demande qu’à l’aider. Mais Grace a un lourd passé…

 

Je tiens tout d’abord à remercier de tout cœur les éditions Pocket Jeunesse pour l’envoi de ce livre, qui m’a fait passer un moment de lecture exceptionnel qui a réellement frôlé le coup de cœur. Laissez-moi vous expliquer pourquoi, si ce n’est déjà fait, vous devez absolument lire Nos cœurs en désaccord !

 

Nous suivons ici Henry, 17 ans, ado qui n’a encore jamais connu l’amour mais qui ne se sent pas mal pour autant. En réalité, il ne s’y intéresse pas, n’en ressent pas le besoin et ses hormones ne prennent pas le dessus, elles semblent plutôt en sommeil. Il mène sa petite vie tranquille entouré de ses meilleurs amis, Lola et Murray, de ses parents et de sa grande sœur Sadie. Mais ça, c’était avant que Grace, une nouvelle, débarque au lycée (et dans sa vie). L’énigmatique Grace, qui porte des vêtements de garçon, qui boîte et qui marche avec une canne… Quelle histoire, quel mystère recèle-t-elle ?

 

La première chose qui m’a frappée en commençant ce livre, c’est la plume de l’auteur. Si je n’ai pas eu le coup de cœur pour le roman en lui-même, j’en ai eu un énorme pour l’écriture de Krystal Sutherland (dont c’est le premier et unique roman !!). Cela s’explique par plusieurs choses.

Tout d’abord, le roman DÉBORDE littéralement de références à la pop culture : cela va des films (Harry Potter, Star Wars, American Psycho, Disney/Pixar, …) et des livres (L’attrape-cœurs, La route, La ferme des animaux, …) aux séries (Gossip Girl, Game of Thrones, Breaking Bad, …) en passant par la musique (Maroon 5, The Strokes, Taylor Swift, …), et bien d’autres encore ! J’ai adoré le résultat final, à savoir un savant mélange d’« ancien » (certaines références parlent de films, livres, séries, etc. qui ne sont pas forcément récents) et de « neuf » (là encore, certaines références parlent de sujets récents, mais c’est également et surtout la présence des réseaux sociaux qui joue ici beaucoup), on balance ainsi entre la nostalgie et la modernité.

Ensuite, la lecture est d’une fluidité ahurissante, entre l’absence de longues descriptions inutiles et au contraire la présence d’échanges sous la forme de SMS (souvent fantasques ou sarcastiques) ou encore de très belles phrases/citations.

Enfin, le point de vue interne d’un personnage masculin (Henry) présente également un intérêt, cela change de l’habitude où nous sommes plutôt dans la tête des filles ! Là, on peut dire que l’on voit les garçons sous un autre jour grâce aux pensées et réflexions d’Henry.

 

« Nos étoiles contraires en mieux ! », pourquoi ce titre ? Tout simplement car comme dans le roman de John Green, ici tous les personnages sont extrêmement attachants et les relations entre ces derniers sont très fortes, et à plusieurs reprises je me suis dit que j’aurais moi aussi aimé avoir au moins une personne avec qui partager ça. L’utilisation des noms complets des deux protagonistes rappelle également le livre de John Green, ainsi que certains autres détails par-ci par-là. Mais n’ayant pas forcément accroché à la plume de John Green, j’ai fatalement trouvé Nos cœurs en désaccord beaucoup mieux !

 

Parlons un peu plus des personnages. Je ne vais pas vous mentir : je me suis immédiatement prise d’affection pour tous les personnages, sans exception. Pour faire court et explicite, Henry et Grace sont un peu (beaucoup) Augustus et Hazel (pour rester dans « Nos étoiles contraires »). Les parents d’Henry sont juste farfelus mais hyper cool, ils sont du genre à plaisanter sur des sujets sérieux, à pousser leur fils à se « lâcher » un peu sans pour autant passer pour des parents irresponsables. Lola est vraiment la meilleure amie sur qui on peut toujours compter, peu importe la situation elle est prête à faire ce qu’il faut pour le bien d’Henry, même s’il s’agit d’une chose qui pourrait déplaire à ce dernier. Murray m’a immédiatement fait penser au personnage de Fred dans Big Hero 6, c’est le gars un peu à l’ouest, un peu geek, le clown de la bande. Mais là encore, si je n’ai pas eu de coup de cœur pour le roman, j’ai eu un vrai coup de cœur pour un personnage en particulier : Sadie, la sœur d’Henry, bien qu’on ne la croise pas aussi souvent que les autres dans le récit. C’est une adulte, maman d’un petit garçon mais qui a su rester une ado dans sa tête, et même dans son look (piercings, dreadlocks, etc.). Mais ce qui m’a totalement conquise, c’est le fait qu’elle soit l’un des piliers les plus importants dans la vie d’Henry, et ce point est superbement illustré dans le discours qu’elle tient pour lui en fin de roman, qui est tellement vrai. J’ai beaucoup aimé ce discours et je ne résiste pas à l’envie de vous en mettre quelques citations choisies :

 

« On n’a pas d’âmes sœurs. On se fabrique des âmes sœurs. »

«  L’amour n’a pas besoin de durer toute une vie pour exister. Tu ne peux pas juger de la qualité d’un amour par sa durée. Tout meurt, l’amour aussi. Parfois, il meurt avec la personne, parfois il meurt tout seul. »

 

Mais alors, après tout ça, pourquoi pas de coup de cœur pour ce livre me direz-vous ? Cela tient en un point : l’évolution de la relation Henry/Grace. Dès le début, je savais que nous ne serions sûrement pas face à un happy end classique, je m’y étais préparée et cela ne me dérangeait absolument pas. Cependant, entre le début de leur relation où j’ai adoré les échanges, l’amitié entre Henry et Grace, et le dénouement final que j’ai apprécié pour sa saveur douce-amère, il y a eu un moment où j’ai commencé à me sentir bizarre face à la tournure que prenaient les événements entre ces deux-là. J’ai trouvé ça franchement malsain par moments, et mon avis s’est donc un peu modifié en cours de route sur Henry, et surtout sur Grace, que j’ai commencé à moins apprécier qu’auparavant. Concernant Henry, je l’ai trouvé trop aveuglé par son amour pour Grace, quitte à faire des choses vraiment stupides. Concernant Grace, c’est un personnage très (trop) compliqué à comprendre, même après la grande révélation sur son passé (et son présent, d’ailleurs). Je n’ai pas apprécié la façon dont elle traitait Henry à partir d’un moment, sa façon de l’utiliser à sa guise sans penser à ce qu’il pourrait ressentir. Je crois que j’aurais davantage pu cerner Grace, ou du moins comprendre certains de ses agissements, si l’auteur avait rédigé certains chapitres de son point de vue à elle. Alors même si tout ça a très certainement été voulu par l’auteur, que dans un sens ça colle à l’intrigue et à son développement, ces quelques détails ont un peu refroidi ma lecture au fil de mon avancement, et n’ont donc pas permis un coup de cœur.

 

Voilà, j’espère ne pas m’être trop éparpillée mais j’ai vraiment beaucoup aimé Nos cœurs en désaccord et j’aurais encore pu vous en parler pendant plusieurs paragraphes… Mais je vais m’arrêter là ! Encore un détail toutefois : sachez que ce livre ne renferme pas une histoire d’amour banale, où tout est rose et finit bien. Certes, il y a de l’amour, mais aussi et surtout au final une réflexion approfondie sur des thèmes importants tels que l’image que l’on a des autres et ce qu’on attend d’eux, la rédemption ou encore la rupture. Mais je vais m’arrêter là. En bref, si vous cherchez une lecture fluide, avec des références à la pop culture, des personnages attachants et une histoire d’amour dysfonctionnelle avec une fin douce-amère, ce livre est fait pour vous !

Petite universitaire belge âgée de 24 ans, je passe plus de temps à lire, aller au cinéma et regarder des séries qu’à bosser mes cours. Egalement fan de Disney, je suis une enfant coincée dans un corps d’ado. Grande fan de l’art de Tim Burton et accro aux tatouages, j’aime tout ce qui sort de l’ordinaire. Je passe également les 3/4 de ma vie sur mon ordi, j’ai un petit tempérament de geek.
1 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *