"Je veux vivre" de Jenny Downham, un roman poignant.

13/03/2013

91uWLMMx0XL

Titre : Je veux vivre

Auteur : Jenny Downham

Editeur : Pocket Jeunesse

Prix : 7,40€

Parution : 5 juin 2008

Nombre de pages : 416 pages

Genre : Jeunesse, Maladie

Résumé : Tessa vient d’avoir seize ans et se sait condamnée. Dans quelques semaines, elle mourra d’une leucémie. Partagée entre la révolte et l’angoisse, l’injustice et les aspirations propres à son âge, Tessa décide de tout connaître de la vie avant de mourir, y compris les transgressions, la célébrité… Aidée de sa meilleure amie, de ses parents qui acceptent tout, Tessa se lance alors dans une course contre la montre, contre la mort, pour vivre !

 

 

 

 

« Je veux vivre » retrace l’histoire de Tessa, jeune adolescente de seize ans atteinte d’une leucémie. Le temps lui est compté et elle se rapproche de la mort un peu plus chaque jour. Elle décide alors de faire une liste de choses qu’elle aimerait découvrir avant de mourir, sexe, drogue, célébrité, transgressions en tout genre. Mais au bout de son combat c’est bien plus qu’elle risque de découvrir. 

 

L’histoire de Tessa est bouleversante, au travers de ce roman on découvre une adolescente qui tente d’accepter son sort, elle sait qu’elle va mourir et ne s’encombre pas d’espoir inutile. Elle veut juste profiter du temps qu’il lui reste pour vivre réellement avec le peu de force que la maladie lui a laissée. Tessa a un sacré caractère, elle est tantôt incontrôlable et coléreuse, tantôt pétillante de vie. Ce roman montre la vie en accéléré d’une adolescente qui ne semble pas prête a attendre sagement la mort dans un lit d’hôpital. 

 

Tout au long du roman on a envie de la secouer, de lui dire de ne pas perdre espoir, sa meilleure amie Zoey est attachante et se comporte avec Tessa comme avec n’importe qui d’autre, elle ne tient pas compte de sa maladie et la pousse a accepter les choses et à arrêter de se plaindre pour mieux vivre le temps qu’il lui reste. Le père de Tessa ne semble pas prêt à perdre espoir et continue à croire en la possibilité d’un remède miracle, ce qui n’est pas au gout de sa fille qui n’hésite pas à le faire redescendre sur Terre. Tessa ne prend pas de gant avec son père, ni avec aucun de ses proches. Ses paroles sont sombres, funestes et meurtries. 

 

On remarque facilement dans ce roman la colère de Tessa envers cette maladie, une colère qui l’a rend infecte avec ses proches, elle n’hésite pas à dire le fond de sa pensée même si ce sont des horreurs qui doivent sortir de sa bouche. Le personnage de Tessa ne provoque pas un sentiment de pitié à son égard, car justement elle a cette force de caractère, cette violence au fond d’elle qui nous fait parfois la détester pour ce qu’elle fait endurer à sa famille et ses amis. Je pense que l’auteure Jenny Downham a peint un personnage plus proche de la réalité qu’on le pense, le cancer est une maladie qui nous ronge, et qui plonge le patient dans une colère sans fond avec certainement toujours cette question : Pourquoi moi ? 

 

Si je devais noter un bémol dans ce roman, c’est la romance qui est malheureusement relayée au second plan, il y avait tellement matière à faire sur la relation entre Tessa et Adam que je suis vraiment déçue que l’auteur n’ait pas mis davantage l’accent sur les sentiments des personnages. 

 

Je veux vivre c’est l’histoire de la vie de Tessa Scott, courte, et pourtant tellement rempli. Un roman émouvant qui a inspiré le film Now is Good avec Dakota Fanning. 

 

 

Blogueuse et YouTubeuse, j’étais une sims dans une autre vie, je souhaite me réincarner en Zombie après ma mort. Actuellement ? Je travaille à Poudlard, oui je sais, c’est cool !
0 I like it
0 I don't like it

3 Comments

  1. Je l'ai lu il y a quelques mois, j'ai vraiment adoré !

  2. Je l'ai lu l'an dernier et j'avais beaucoup aimé. J'aurais aimé que la relation entre Tessa et Adam soit un peu plus mise en avant, mais pas de regret le livre reste super.

    • J'avoue que j'aurais bien aimé plus d'intensité dans leur relation, mais je pense que ça aurait fait "trop", le roman est bien écrit et parait plus réaliste comme il est maintenant. :)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *