Mon top 3 des romans dystopiques

19/03/2013

Etant une lectrice assidue, cela fait quelques années maintenant que j’ai commencé à lire de la dystopie. Courant littéraire de plus en plus prisé en jeunesse depuis le succès d’ouvrages comme la série des Hunger Games ou, de façon un peu plus ancienne, la série des Uglies, il est de nos jours majoritairement présent dans la production littéraire jeunesse actuelle.

Petit rappel sur ce qu’est la dystopie :

 

« Une dystopie, également appelée contre-utopie, est un récit de fiction peignant une société imaginaire organisée de telle façon qu’elle empêche ses membres d’atteindre le bonheur. L’auteur entend ainsi mettre en garde le lecteur en montrant les conséquences néfastes d’une idéologie (ou d’une pratique) présente à notre époque. La dystopie s’oppose à l’utopie : au lieu de présenter un monde parfait, la dystopie en propose un des pires qui puissent être envisagé. »

(source : Wikipédia)

 

Avec la multiplication des ouvrages en rayons (ou sur le net, pour les adeptes des ebooks), le choix devient de plus en plus difficile, d’autant plus que bien souvent, comme pour tout engouement du genre, beaucoup d’ouvrages se révèlent quasiment identiques. Petite sélection personnelle des romans dystopiques moins connus qui m’ont le plus enthousiasmée :

 

1. Le Premier jardin, tome 1 – Ephémère, de Lauren Destefano.

ephemere

Premier roman de son auteure et également premier tome d’une trilogie, Ephémère est un roman extrêmement bien mené, qui nous plonge immédiatement dans un « avenir » sombre et désespéré où la jeunesse absolue règne.

 

L’humanité croyait son avenir assuré. La science avait créé des enfants parfaits, immunisés contre toutes les maladies. Mais qui pouvait imaginer le prix à payer ? Car désormais, personne ne survit au-delà de vingt-cinq ans. Le monde a changé. Pour les jeunes femmes, la liberté n’est plus qu’un souvenir. Au nom de la survie de l’espèce, elles sont kidnappées et contraintes à des mariages polygames. Rhine a seize ans. Quand elle se réveille dans une prison dorée, elle n’a qu’une idée en tête : fuir. Qu’importe l’amour que lui portent son mari et ses soeurs épouses. Quand on n’a que quelques années à vivre, la liberté n’a pas de prix.

 

Si on peut immédiatement penser au film Time Out en lisant le résumé, ce roman n’a pourtant rien à voir et s’en détache très rapidement. L’histoire de Rhine est poignante et on s’attache de suite au personnage, à son caractère fort et à sa soif de vivre. Ce qui frappe le plus dans ce roman, c’est surtout la façon dont sont traitées les femmes, destinées à devenir épouses forcées et enfanter pour perpétuer la race humaine, ou tout simplement à mourir si elles ne conviennent pas aux « critères » de sélection d’hommes riches qui organisent leurs enlèvement dans tout le pays. Poussant les travers humaines à l’extrême, Destefano dépeint une société noire et nous fait entrer dans un huis-clos étouffant où nos sentiments sont exacerbés, souvent partagés même selon les personnages (je pense notamment aux autres épouses du mari de Rhine, le gouverneur Linden) et leurs comportements respectifs. Rhine est déterminée à atteindre son objectif, poussée par un passé que l’on découvre au fur et à mesure et qui n’est pas non plus tout rose, ce qui va la pousser à faire des choix mais surtout, elle va rapidement se rendre compte que la maison de son mari cachent d’autres terribles secrets… Malgré les défauts d’un premier roman, comme des répétitions ou quelques longueurs, Ephémère est indubitablement un ouvrage à découvrir et à dévorer. La suite, « Fugitive », bien qu’un peu plus décevante, est d’ores et déjà disponible.

 

2. Delirium, Lauren Oliver

Delirium est de même le premier tome d’une trilogie dont le dernier tome vient de sortir en France. Il relate l’histoire de Lena, une jeune fille bientôt majeure qui s’apprête à subir le Protocole, une opération du cerveau visant à lui ôter tout sentiment amoureux, considéré comme un fléau dans la société. Un fléau que Lena a bien connu…

delirium

Lena vit dans un monde où l’amour est considéré comme la pire des maladies. Un monde où tous les jeunes subissent à leur majorité une opération du cerveau pour être immunisés. À quelques mois de ses dix-huit ans, Lena aspire presque à subir à son tour le Protocole car depuis toujours amour rime pour elle avec souffrance et danger. Jusqu’à ce qu’une rencontre inattendue fasse tout basculer. Avant, tout était simple, tout était organisé. Mais est-ce vraiment vivre que de laisser la société tout prévoir pour vous ? Vos amis, vos amours et votre avenir ? Imaginez qu’on vous prive de tout sentiment. Que la liberté ne soit plus qu’un vieux souvenir dénué de sens. Jusqu’où iriez-vous pour garder le droit d’aimer ?

 

Malgré quelques longueurs et un début un peu laborieux, ce roman est l’un de mes coups de cœur. Considéré dans le futur comme une maladie grave et taboue, l’amor deliria nervosa est désormais proscrit. Chaque adolescent doit donc subir à sa majorité une opération visant à lui ôter cette dérive, opération parfaitement intégrée par l’ensemble de la population. Lena va avoir dix-huit ans et dans sa famille, la maladie est un phénomène connu puisque sa propre mère y aurait succombé voilà des années. Au début du roman, la jeune fille se prépare à l’opération avec impatience, trop angoissée de connaître le même sort que sa mère, mais bien évidemment, rien ne va se passer comme prévu. Là-bas, elle rencontre Alex, un jeune homme qui petit à petit va la faire mûrir, évoluer et surtout, va l’aider à ouvrir les yeux sur ce qu’est réellement le Gouvernement.

 

Le début du roman est assez poignant car il décrit une société d’automates aux destins écrits par avance, surveillés en permanence par un Gouvernement qui impose l’éradication de tout sentiment amoureux. Il m’a un peu fait penser à Hunger Games, le côté tv-réalité en moins, dans ce sens-là. Lena croit dur comme fer à cette opération, elle est angoissée et veut absolument guérir de cette maladie pour laquelle elle sait être « prédisposée » par le biais de sa mère. Tout est fait dans le livre pour se sentir étouffé (jusqu’aux citations en début de chapitre), surveillé, contrôlé, comme l’est la population mais jusqu’à la moitié du livre, il est bien difficile de savoir ce qui va se passer exactement. Les personnages sont attachants, Lauren Oliver arrive à bien retranscrire l’évolution de son héroïne au fur et à mesure des pages, une jeune fille courageuse qui flirte en permanence avec l’interdit. Une adaptation cinématographique serait apparemment prévue pour Delirium.

 

3. La Déclaration, Gemma Malley

declaration

La Déclaration est également le premier tome d’une trilogie (entièrement disponible, cette fois) centré sur le personnage d’Anna, une petite fille qui n’aurait pas du naître et semble destinée à un avenir de souffrance et d’humiliation. Pensionnaire à Grange Hall, un établissement « d’accueil » de « surplus », des enfants hors-la-loi comme elle, elle tient un journal interdit dans lequel elle raconte son quotidien mais aussi ses doutes et ses espoirs.

 

Angleterre, 2140.
Les adultes peuvent choisir de ne plus mourir s’ils renoncent à faire des enfants. Anna vit depuis presque toujours au Foyer de Grange Hall, un pensionnat pour les Surplus, des enfants qui n’auraient pas dû naître, des enfants dont les parents ont défié la loi en les mettant au monde. Anna n’a plus de parents désormais. Confinée dans l’enceinte du pensionnat, elle travaille très dur, pour effacer leur faute.
Anna a tout oublié de son passé. Jusqu’au jour où arrive un jeune garçon qui semble la connaître. Mais qui est ce Peter ? Pourquoi ne la laisse-t-il pas tranquille ? Et pourquoi elle, Anna, se sent-elle soudain si troublée ?

 

Contrairement au Dernier Jardin ou Delirium, ce livre a tout de même un côté « jeunesse » très marqué, ce qui est parfois regrettable car ça le rend très prévisible et parfois un peu « naïf », mais il nous plonge malgré tout immédiatement dans ce monde où l’humanité ne vieillit plus grâce à la pilule de Longévité, mise au point par une industrie pharmaceutique, à condition de ne pas faire d’enfants, ce à quoi ils s’engagent en signant la très officielle Déclaration. Mais certains couples décident malgré tout de transgresser les interdits et sont traqués sans relâche, leurs enfants – les surplus, donc- sont enlevés et condamnés à l’esclavage pour expier la faute de leurs parents. Anna est une surplus qui travaille dur et espère devenir un « Bon Elément », angoisses qu’elle consigne dans son journal. Un jour, un jeune garçon du nom de Peter est amené à Grange Hall. Affirmant connaître les parents de la jeune fille, il commence à répandre ses idées de rébellion dans les rangs bien dociles du pensionnat. Petit à petit, la sage et obéissante Anna doute, hésite, puis commence enfin à remettre en question toute son éducation…

 

La trilogie de Gemma Malley est une petite pépite. Malgré le côté enfantin et prévisible dont je parlais plus haut, on rentre très rapidement dans l’histoire, on se surprend à vouloir secouer Anna pour lui faire comprendre que cette situation n’est pas normale, on espère de tout coeur qu’elle va s’en sortir, on halète bref, impossible de le lâcher avant la fin. Le second tome, La Résistance, est consacré à Peter, tandis que le dernier tome, La Révélation, est une conclusion à l’histoire des deux personnages. De plus en plus sombres, les travers de la manipulation génétique sont très bien traités et on passe un bon moment, même si certains aspects auraient dû être, à mon sens, plus développés.

 

Bien évidemment, il existe bon nombre d’autres romans qui sont également excellents, n’hésitez pas à partager également vos coups de cœur et vos conseils de lecture ! 🙂

Jeune bordelaise expatriée en région parisienne de 25 ans, maman de deux chats, passionnée de graphisme, littérature, cinéma, séries et de toutes activités qui permet de s’évader du quotidien.
0 I like it
0 I don't like it

14 Comments

  1. Pour ma part, je n'ai pas trop aimé le premier tome de Lauren Destefano. Il y a un côté dérangeant dans cette histoire de harem. Je lirai peut-être le deuxième tome quand même, par curiosité !

    • C'est justement ce côté dérangeant qui à mon sens fait son originalité :) D'autant plus que les "soeurs-épouses" ont toutes des caractères différents et des points de vue souvent opposés, c'est intéressant de voir à quel point ces personnages peuvent avoir un impact dans la vie des uns et des autres (et je ne suis pas totalement persuadée que, si nous étions dans le même cas, ce ne serait pas ce qui se passerait, à évidemment quelques différences près). Le 2e est totalement différent mais m'a un peu déçue, je m'attendais à mieux, j'attends de lire le 3e, du coup ^^

    • Je suis d'accord avec toi à propos du 2eme tome qui est différent.
      Son atmosphère fut trop sombre pour moi (la 2eme partie du livre en tout cas) alors j'hésite à lire le 3eme tome, je l'ai il n'attend que que je trouve le courage de le commencer.

  2. J'ai adorée les 2 tomes de Delirium , vivement la suite !
    La couverture d'Ephèmère est très belle , ce livre me tente bien .

    • C'est ce qui m'a attirée en premier, d'autant plus qu'elle est remplie de symboles repris dans le roman :) Bonne découverte !

  3. Je n'en connais aucun des 3 donc je les ai ajouté à ma wishlist Fnac sauf Ephémère (qui me tentait pourtant le plus) car il ne semble plus édité ! :(

    • Ah oui ?? Pourtant il me semble l'avoir encore vu récemment à la FNAC, sinon peut-être peut-on encore se procurer des exemplaires d'occasion :)

    • A la limite tu peux toujours l'acheter en epub ^^

  4. J'ai commencé à lire Délirum et j'adore ! L'histoire est originale et bien construite je trouve. Je note les deux autres romans qui ont l'air pas mal du tout également.

    • Ephémère est un peu plus dans la veine de Delirium, par rapport à La Déclaration.Sinon dans le même registre, je conseille également "Insaisissable", de Tahereh Mafi, qui est très original aussi, mais ça risquait de faire un article trop long si je les citais tous ! ^^

  5. Ton article est très intéressant. Je serais bien tentée par la troisième trilogie dont tu parles, qu'il me plairait de lire en version originale. Je mets l'idée de côté ;)

    http://tristelune-et-les-chardons.blogspot.fr/

  6. Je n'ai pas encore lu Delirium, mais alors Le dernier jardin a été un énorme coup de coeur pour moi, et je ne peux que confirmer ton choix de le mettre en 1ère position. De même pour La déclaration, lu il y a plusieurs années, qui m'a véritablement marqué, ce roman est un petit bijoux, par contre le tome 2 m'a vraiment déçu, du coup je n'ai pas encore lu le tome 3 ^^

  7. Délirium, je n'ai pas lu, mais le petit résumé présenté ici me fait fortement penser à "Equilibrium" et quelque peu à THX 1138.

  8. Coucou! Je poste juste pour dire que j'ai été agréablement surprise par ce top 3 car c'est aussi le mien! Ces histoires m'ont marquée. En avez vous d'autres à me proposer?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *