Royal Affair : critique d'un excellent film historique

31/07/2013

affiche.Royal-Affair.49629

Titre : Royal Affair

Réalisateur : Nikolaj Arcel

Avec : Mads Mikkelsen, Alicia Vikander, Mikkel Boe Folsgaard, …

Genre : Historique, Drame, Romance

Durée : 2h16

Nationalité : Danois

Sortie : 21 novembre 2012

Synopsis : Danemark 1770. La passion secrète que voue la reine Caroline Mathilde au médecin du roi, l’influent Struensee, va changer à jamais le destin de la nation toute entière. Royal Affair relate une page capitale de l’histoire danoise, oubliée des manuels français. La relation amoureuse et intellectuelle entre Caroline Mathilde et Struensee, fortement influencée par les philosophes des Lumières, Rousseau et Voltaire en tête, conduira au renversement de l’ordre social établi, et annoncera les révolutions qui embraseront l’Europe vingt ans plus tard.Ce film dont je n’attendais rien fut tout simplement l’un des meilleurs qu’il m’a été donnée de voir depuis bien longtemps.

 

 

Je suis actuellement en pleine période « roman historique », et ceci impliquant cela, je recherche également des films historiques pour occuper certaines de mes soirées estivales. Je teste un peu de tout, et c’est totalement par hasard que j’ai opté pour Royal Affair, sorti en novembre 2012, dont je ne connaissais, pour tout dire, absolument rien, si ce n’est que le film appartient au genre historique.

 

A priori, l’intrigue n’avait rien pour me plaire. Dans le Danemark de la fin du XVIIIe siècle, la reine Caroline Mathilde s’éprend du médecin et ami de son époux le roi Christian VII, souffrant de crises de folie récurrentes. Et c’est une passion secrète qui va naître en la reine et le médecin Struensee, sous les yeux d’un roi trop malade pour voir et comprendre la situation. Une histoire d’amour donc, typiquement le genre de film qui me rebute de plus en plus.

 

photo.Royal-Affair.130084

Entre la reine Caroline Mathilde (Alicia Vikander)

et le médecin Struensee (Mads Mikkelsen), c’est l’amour fou

 

Et bien, je ne vous mens pas en vous affirmant que dès les premières minutes du film, j’ai été captivée. Ce qui est pourtant très rare, étant plutôt du genre assez lente à « entrer » dans un film.

 

Parce qu’au-delà de l’amour, c’est également un drame politique que nous propose Royal Affair. Nos deux héros, intellectuels, grands lecteurs des philosophes des Lumières, vont influencer le roi à entreprendre de grandes réformes pour bouleverser la société danoise. Mais toute rupture se fait rarement sans peines, et ils se heurteront à des résistances parfois plus cruelles et sournoises qu’ils n’auraient pu l’imaginer…

 

 C’est ce mélange d’intrigue amoureuse, drame politique, fond historique, décors et costumes grandioses qui m’a énormément séduite. Le tout fonctionne à merveille, je n’ai pour ainsi dire pas vu passer ce film pourtant long de plus de deux heures. Ne connaissant rien à l’histoire danoise, j’ai été ravie d’en apprendre plus sur ces événements qui ont pourtant été les prémices des révolutions qui suivront en Europe.

 

 Si l’histoire d’amour ne m’a pas particulièrement emballée, j’ai cependant apprécié qu’elle n’occupe pas toute la place. Le personnage du roi n’a pas été laissé de côté comme une simple donnée : c’est un Christian VII à la folie d’abord imprévisible et terrifiante, puis finalement bouleversante, qui est ici proposé. A noter le jeu d’acteur incroyable de Mikkel Boe Folsgaard dans le rôle du roi.

 

photo.Royal-Affair.130089

 Christian VII, un roi fou

 

En résumé, une très belle surprise, un film bouleversant et passionnant,

à l’esthétique très soignée et raffinée.

 

 

Ma note : 8,5/10

Clélia, 22 ans, lit des livres et en parle en vidéo, mais c’est par sa plume que vous la découvrirez ici. Critique parfois sévère, mais coups de cœur très mérités !
0 I like it
0 I don't like it

One Comment

  1. Je n'aime plus trop non plus les histoires d'amour mais tu m'as convaincue!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *