J'ai embrassé un zombie, et j'ai (pas) adoré !

13/10/2013

4103utlfR0L 

Titre : J’ai embrassé un zombie (et j’ai adoré)

Auteur : Adam Selzer

Editeur : Albin Michel

Prix : 13,70 €

Parution : 4 mai 2011

Nombre de pages : 230 pages

Genre : Jeunesse, Zombies, Fantastique

Résumé : Alley accable de sarcasmes les filles qui rêvent de sortir avec des vampires, zombies et autres loups-garous. Elle, elle n’est pas comme ça. La preuve, elle sort avec l’irrésistible Doug, chanteur dans un groupe de rock. D’accord, elle ne le voit que le soir, d’accord, il boit un sirop bizarre toutes les quatre heures à cause d’une étrange maladie, mais qu’importe, elle est amoureuse. Lorsqu’elle découvre que c’est un zombie, elle est furieuse. Car sortir avec un garçon déjà mort pose de nombreux problèmes…

 

 

J’adore les Zombies, et quand j’ai lu le titre du roman d’Adam Selzer, j’ai eu le sourire aux lèvres et je me suis dit que j’allais me retrouver avec un roman assez inédit sur la manière d’aborder les morts-vivants. 

 

L’idée de base d’Adam Selzer est plutôt bonne, afin d’obtenir de la main-d’oeuvre gratuite, l’usine Mégamart à trouvé comment réscucité des cadavres, mais ces derniers sont contraint à du travail forcé en échange d’un liquide noir leurs permettant de rester « en vie », si ils ne boivent pas ce breuvage toute les 4h ils retombent en état de mort pur et simple. On a donc a faire à de l’esclavage zombie, et quand cette affaire a éclaté ce fut un énorme scandale. Ce sont les Vampires qui ont libéré les Zombies en faisant leurs « coming outs » passant ainsi pour des bonnes personnes civilisées ce qui leur a permis de s’intégrer sans encombre dans la société actuelle. 

 

Aujourd’hui Megamart n’utilise plus de mains d’oeuvre Zombies, et beaucoup de morts vivants ont préféré retourner à l’état de poussière. Ce qui n’est pas le gas de Doug, un jeune homme étrange, un jeune zombie, qui est obligé de se nourrir de ce liquide noir toutes les quatre heures. Alley est rempli de sarcasme et ne cesse de se moquer et de tourner en dérision les Vampires du lycée ainsi que toutes les nanas qui leurs tournent autour, mais ce qu’elle ne s’attendait pas c’était de faire la rencontre de Doug. 

 

Honnêtement l’histoire en elle même est pas mal, je pense qu’il y a vraiment un fond très intéressant dans le roman d’Adam Selzer, malheureusement J’ai Embrassé un Zombie et j’ai adoré manque cruellement de contenu et de développement, l’écriture est très simpliste et il n’y a pas beaucoup de recherche dans l’évolution de l’histoire. On finit par tourner en rond avec Alley qui semble mettre bien trop longtemps a voir la réalité en face. Il y a également des passages un peu trop tirés par les cheveux et complètement invraisemblable, par exemple pour ressuscité les morts, j’aurais pensé qu’il s’agissait d’une opération sur le cerveau, ou du moins quelque chose de « scientifique » et bien attendez-vous a de la poudre de perlimpinpin puisqu’en réalité il s’agit d’un rituel assez tordu au-dessus d’une tombe avec des gestes de la main tout droit sortis d’Harry Potter …. 

 

La fin doit être le moment qui m’a le plus plu, car la démonstration de sentiment et d’émotions qu’on attendait durant tout le livre fait ENFIN son apparition, et ça fait du bien. Malheureusement ça ne suffit pas à remonter le niveau du livre qui accumule cliché sur cliché du début à la fin. 

 

Je ne dirais pas que ce livre est un navet, il y a une très bonne idée de fond, mais ça reste un livre très très jeunesse et il ne faudra pas être trop regardant sur les détails pour apprécier ce roman. Le livre se lit très rapidement, car il est relativement court, et pourtant malgré son nombre de pages assez limité on arrive à avoir quelques longueurs. Dommage. 

 

MA NOTE : 5/10

 

Blogueuse et YouTubeuse, j’étais une sims dans une autre vie, je souhaite me réincarner en Zombie après ma mort. Actuellement ? Je travaille à Poudlard, oui je sais, c’est cool !
0 I like it
0 I don't like it

2 Comments

  1. Pour un premier roman, on pouvait s'attendre à mieux, mais on aurait pu avoir bien pire :) Moi je l'ai lu l'année dernière et j'en garde un souvenir assez amusant. Je me souviens toujours d'ailleurs d'une phrase qui disait "Les morts n'ont plus de raison de vivre" et ça m'avait fait beaucoup rire sur le coup :)

  2. Nine, tu es pas mal du tout, ma cochonne. Beaucoup trop maquillée ou photoshopée, un look pseudo-gothique has been, des sourcils too much, un air qui dit "je suis relativement jolie, je sais et donc je me la pète."

    On a bien envie de se faire un SiXtY NiNE avec toi pour voir si la cave est aussi clean que le grenier.

    Bisous.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *