Le Hobbit : La Désolation de Smaug

13/12/2013

affiche.Le-Hobbit-La-desolation-de-Smaug.53125

Titre : Le Hobbit : La Désolation de Smaug

Réalisateur : Peter Jackson

Avec : Martin Freeman, Richard Armitage, Ian McKellen, Orlando Bloom, …

Genre : Fantastique, Aventure

Durée : 2h41

Nationalité : Américain

Sortie : 11 décembre 2013

Synopsis : Bilbon, Gandalf et les nains poursuivent leur chemin vers la cité naine d’Erebor pour en déloger le dragon Smaug. Leur route les amène à passer par le val d’Anduin, la forêt noire et la ville d’Esgaroth où ils connaissent de nouvelles péripéties.

 

 

 

 

Après un premier épisode controversé, car pas assez d’action, La Désolation de Smaug était attendu au tournant. Alors, est-ce que le film a réussi à répondre à nos attentes… ?

 photo.Le-Hobbit-La-desolation-de-Smaug.142445

Adapter un livre en trois films demande beaucoup de courage, mais quand c’est une relique comme Le Hobbit, il en faut encore plus ! Tous ceux qui ont lu le livre vous diront la même chose, qu’il soit adapté en deux films okay, mais en une trilogie, non. Pourquoi ? Tout simplement car cela va trahir le livre et va rendre le film décevant. Si on se penche sur le premier, on voit directement des longueurs, des images qui ne sont là que pour faire durer le film. Donc après ça, que pouvait donner le second épisode ? Et bien heureusement ça fonctionne ! Si le premier manquait un peu d’action, dans celui-ci vous allez être comblés, même si le début semble un peu étrange, la suite n’est qu’un savoureux mélange de diverses péripéties, de rencontres, de batailles et de magnifiques images de synthèses !

photo.Le-Hobbit-La-desolation-de-Smaug.142461 

On retrouve enfin le Peter Jackson du Seigneur des Anneaux. La quête, bien que différente, devient aussi intéressante. Ce qui a toujours été captivant dans le Seigneur des Anneaux est la séparation, au fur et à mesure de l’histoire, de chaque groupe pour telle ou telle raison, et bien là on retrouve la même chose, et c’est ça qui rend le film encore plus alléchant! Mais il ne faut pas oublier non plus l’humour, car que serait ce film sans cela ? Il faut quand même remarquer que même dans les situations les plus dramatiques, il y en a toujours un pour nous faire sourire, que ça soit Bilbon ou un autre. Et quelle joie de retrouver Legolas, joué par le magnifique Orlando Bloom ! L’histoire, les personnages, sans oublier les images, c’est un véritable travail de Titan qu’a accompli Peter, avec une 3D à vous couper le souffle.

 photo.Le-Hobbit-La-desolation-de-Smaug.142464

La vraie différence entre Un Voyage inattendu, qui est le premier épisode, et celui-ci est qu’à la fin du premier, on se dit bon okay, on va voir ce que donne la suite, alors qu’à la fin de La Désolation de Smaug, on ne veut qu’une chose : voir la suite immédiatement. Le film s’arrête sur un suspens insoutenable, mais c’est juste parfait, et c’est exactement ce qu’il fallait pour nous mettre l’eau à la bouche ! Il ne reste plus qu’à patienter sagement.

 photo.Le-Hobbit-La-desolation-de-Smaug.142442

Pour conclure, je ne vous le dirai pas trois fois, La Désolation de Smaug est THE MUST SEE film à voir pendant vos vacances de Noël !

Moi c’est Sarah véritable Potterhead, j’aime tout ce qui touche de près ou de loin au fantastique, ainsi qu’au cinéma et au théâtre. Cinéphile dans l’âme, et geek sur les bords, je peux passer des heures sur mon ordinateur. Vraie rêveuse, j’aime voyager, et les nouvelles aventures.
0 I like it
0 I don't like it

One Comment

  1. Oh la la, oui, j'ai vu ce deuxième volet et tout ce qui m'est venu à l'esprit quand ça s'est stoppé à la fin, c'était : "oh non déjà ? j'en veux encore !!". Peter Jackson a enfin laissé libre court à son esprit créatif en proposant une histoire un peu différente, et c'est super bien fait (j'ai lu le livre et la trilogie dans mon adolescence, bien avant que les films ne sortent, mais je trouve qu'il a bien géré les adaptations ^^).
    Par contre c'est moi ou Legolas a pris un sacré coup de vieux ? Il y a bien dix ans entre les films, non ? Mais j'ai eu l'impression que notre pauvre Orlando avait été retouché numériquement... Quant au bleu de ses yeux, il n'est pas le même... snif.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *