Même les choses mortes ressentent ton amour

21/12/2013

41qltNwPIyL

Titre : Even dead things feel your love

Auteur : Mathieu Guibé

Editeur : Editions du Chat Noir

Prix : 5,99€ (Kindle)

Parution : 1er mars 2013

Nombre de pages : 276 pages

Genre : Fantastique, Romance

Résumé : Au terme de votre vie, à combien estimez-vous le nombre de minutes au cours desquelles vous avez commis une erreur irréparable ? De celle dont les conséquences régissent d’une douloureuse tyrannie vos agissements futurs jusqu’au trépas. Mon acte manqué ne dura pas plus d’une fraction de seconde et pourtant ma mémoire fracturée me renvoie sans cesse à cet instant précis tandis que la course du temps poursuit son inaltérable marche, m’éloignant toujours un peu plus de ce que j’ai perdu ce jour-là. Je me demande si notre dernière heure venue, les remords s’effacent, nous délestant ainsi d’un bagage bien lourd vers l’au-delà ou le néant, peu importe. Puis je me souviens alors qu’il s’agit là d’une délivrance qui m’est interdite, condamné à porter sur mes épaules ce fardeau à travers les âges, à moi qui suis immortel.

L’amour ne devrait jamais être éternel, car nul ne pourrait endurer tant de douleur.

 

 

Un titre évocateur, une couverture sublime des éditions du Chat Noir qui m’a instantanément tapé dans l’œil, le résumé parlant d’une histoire d’amour entre un vampire et un fantôme et enfin la préface de ce roman écrite par Georgia Caldera (auteur des Larmes Rouges, mon coup de cœur 2013 !), voici tout ce qui m’a convaincu de lire Even dead things feel your love de Mathieu Guibé.

 

C’est lorsque le vampire Lord Josiah Scarcewillow décide de revenir sur les terres de ses ancêtres, en pleine campagne anglaise, qu’il fait la connaissance d’Abigale. Le début d’une longue, belle et tragique histoire d’amour comme il en existe peu.

 

Wait. Oui, il s’agit bien d’une histoire d’amour et oui, encore un vampire mais avant de vous enfuir en courant, sachez que nous sommes à des kilomètres de Twilight. Ici, pas de romance mièvre, ni de longues scènes édulcorées. L’auteur renoue avec les origines du vampire version Bram Stoker et parvient à instaurer une savoureuse ambiance sombre, gothique voire même un peu gore parfois, nous rappelant qu’un vampire n’est pas un gentil bisounours aux canines acérées !

 

 Je ne peux malheureusement pas trop vous détailler l’histoire sous peine de vous spoiler mais je vais néanmoins vous expliciter les éléments qui m’ont plus et ceux qui m’ont au contraire gênée dans ma lecture.

 

Au premier abord, la couverture m’avait séduite mais j’ai été définitivement conquise par l’aspect romantico-gothique du roman, qui se déroule qui plus est, à l’époque victorienne, période que j’affectionne particulièrement. L’histoire en elle-même est originale par le chemin qu’elle prend vers le milieu du roman ; je n’avais encore jamais assisté à une histoire d’amour entre un vampire et un fantôme. Le dénouement final, bien qu’un peu simple, est approprié et probablement la meilleure fin possible.

 

Les personnages paraissent très réalistes dans leurs comportements, les descriptions sont finement détaillées et il m’était très facile de les imaginer. Par ailleurs, les scènes d’actions sont très imagées et j’avais le sentiment de regarder un film…tout en lisant. Mathieu Guibé a sans nul doute de belles idées et une très belle plume mais j’ai été gênée par moments de constater qu’il se « forçait » à employer un certain ton et des termes plus ou moins savants pour mieux coller au récit. Peut-être est-ce dû à mes années de lettres, peut-être que cela n’embête que moi mais je trouve cela très agaçant lorsque les mots choisis sont inutilement pompeux. On peut paraître très intelligent et cultivé sans faire pédant… Néanmoins, je suis persuadée que l’auteur ne pourra qu’aller en s’améliorant et gagnera en simplicité au fil de ses futurs romans.

 

Le livre est découpé en plusieurs parties et chacune d’elles présente une période fractionnée de l’amour entre Josiah et Abigale : la rencontre, le bonheur à l’état pur, l’horreur, l’errance, la mélancolie… J’ai aimé découvrir toutes ces parties mais je dois avouer que certaines sont plus longues que d’autres et que l’impatience montrait le bout de son nez à force de trop de répétitions dans l’attitude de Josiah

 

Je recommande Even dead things feel your love à tous les fans de fantastique, de vampires, de Bram Stoker, d’histoire d’amour et d’époque victorienne, foncez, lisez-le, vous ne le regretterez pas !  

 

Girly-geek parisienne, j’emplis ma vie de joies éphémères, de magies, de rêves et de métaphores. Accro au thé et aux lectures oubliées, j’aime diversifier mes lectures et alterner tous les genres de romans. Mes autres passions sont l’écriture, les voyages, découvrir de nouvelles activités et lieux, regarder des films et séries en serrant mon petit carlin dans les bras, jouer à des jeux-vidéos et prendre des photos lifestyle et de mes lectures que je poste régulièrement sur mon instagram lilymarolls.
0 I like it
0 I don't like it

One Comment

  1. Merci Allie ,ça me donne trop envie de le lire !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *