Lady Bang and the jack - Un très bon début

24/02/2014

Titre : Les Foulards Rouges

Auteur : Cécile Duquenne

Editeur : Bragelonne

Parution : 19 Février 2014

Prix : 0.00€

Nombre de pages : 136

Genre : SteamPunk, Science Fiction, Aventure

Résumé : Plongez avec Lara dans l’enfer de Bagne, planète-prison où le danger se cache partout, au cœur de chacun de ses sinistres habitants, et même derrière chaque goutte d’eau, chaque ressource naturelle de cette terre irradiée.

Sur Bagne, Lara traverse les étendues désertiques pour remplir ses contrats et ses missions. Car Lara est une Foulard Rouge, appelée à faire régner la loi à grand renfort de balles. Et sur cette planète-prison où les deux-tiers de la population sont des hommes, anciens violeurs ou psychopathes, c’est une vraie chance pour une jeune femme comme elle de ne pas avoir fini dans un bordel. En plus, elle fait son boulot plutôt bien – on la surnomme même Lady Bang. Mais Lara n’a pas obtenu ce job par hasard – tout comme elle n’a pas atterri dans cet enfer par hasard. Elle doit tout ça à quelqu’un en particulier, quelqu’un à qui elle en veut profondément… et qui, pourtant, a peut-être quelque chose de nouveau à lui offrir, une chose qui n’a pas de prix. Acceptera-t-elle de baisser un peu sa garde pour écouter ce que son envoyé, le mystérieux Renaud, a à lui proposer ?

 

 

En ce début 2014, Bragelonne a lancé une nouvelle collection 100% numérique : Snark. Permettant ainsi de donner leur chance à des jeunes auteurs français. Le 19 février, le premier épisode des Foulards Rouges de Cécile Duquenne sortait. Il s’agit d’un roman feuilleton. Je n’avais pas du tout l’habitude de ce format mais l’histoire me tentait bien, une héroïne kick-ass, des combats et du mystère. C’est donc avec plaisir que j’ai embarqué pour Bagne.

 

La première chose qui m’a frappée dans cette lecture, c’est la plume de Cécile ! La demoiselle a vraiment une belle écriture et c’est un réel plaisir de la lire. L’univers est très bien construit et malgré sa complexité, Cécile réussit à nous emmener dans son monde sans que nous perdions nos repères. Je ne connais pas grand chose à la culture japonaise mais j’ai quand même ressenti une certaine influence de ce côté du globe, et je ne pense pas me tromper puisque la demoiselle fait des études de japonais.  

 

Bagne, rien que le nom de cette planète est révulsant. L’atmosphère de cette planète déserte vous fait froid dans le dos, pourtant ce n’est pas la chaleur qui manque. Les habitants de Bagne sont différenciés grâce à leur foulard. Vous l’aurez compris au titre de la série, Lara fait partie des foulards rouges. Ils représentent la « police » de Bagne, mais concrètement ce sont plutôt des mercenaires. Nous avons également les foulards gris qui représentent les banquiers ou les foulards roses attribués aux prostituées.  

 

Les foulards rouges, c’est aussi une série qui vous donne envie d’écouter de la musique country en la lisant (et j’avoue l’avoir fait). Cette ambiance de far-west avec tout ce sable, ces colts et ces saloons m’ont donné envie de mettre un stetson et d’aller chasser le bison. J’ai vraiment adoré cet univers ! Cécile a vraiment réussi à rassembler plusieurs éléments qui a priori n’allaient pas ensemble et ça fonctionne !

 

Nous avons l’occasion d’avoir l’histoire racontée de différents points de vue, ce qui nous permet de découvrir les différents personnages plus rapidement. Dès le premier épisode, nous savons donc déjà qui sont les personnages importants. Lady Bang ou Lara, notre héroïne, Fraan sa meilleure amie. Un certaine mystère plane sur leur relation et sur les raisons de la présence de Lara sur Bagne. Cécile nous tient vraiment en haleine à ce sujet. Nous avons également Renaud, un autre foulard rouge, les deux Claudia, des foulards roses et bien évidement le Capitan, l’homme dont il faut se méfier.

 

En plus de savoir nous emporter dans son monde, Cécile évoque également des sujets importants. Particulièrement sur la place des femmes dans cette société. Dans ce premier épisode, un des personnage dit très clairement que sur Bagne, une femme est réduite au statut de vagin (bon ok, il le dit mieux que ça mais vous avez compris l’idée). En effet, sur Bagne, une femme sera systématiquement un foulard rose, Lara étant l’exception à la règle. Elle renie d’ailleurs tout ce qui la féminise et a une allure très masculine. J’ai donc hâte de savoir comment la situation va évoluer pour ces différents protagonistes féminins.

 

Finalement, ce premier épisode est une bonne introduction dans cet univers qui mêle à la fois de la dystopie, de la SF et du steampunk. Il est gratuit sur les différents sites fournisseurs de livres numériques, vous n’avez donc aucune raison de ne pas lire Les Foulards Rouges. N’ayant jamais lu sous le format de feuilleton, ma première impression après avoir fini cet épisode était donc « Quoi ? déjà fini ? Mais c’est beaucoup trop court ! » Heureusement pour moi, le second épisode était déjà disponible et deux autres suivront en Mars.

Parisienne d’adoption, geek dans l’âme, grande lectrice de fantasy et danseuse à mes heures perdues je speak english like a native. J’ai fait mes armes sur le tas, aux côtés d’April O’Neil, à défaut d’avoir reçu ma lettre d’admission à Poudlard. Je navigue entre les pages et les univers virtuels, à la recherche de réponses, convaincue que la vérité est ailleurs. Plus sérieusement, j’attends toujours de voir une certaine cabine téléphonique bleue atterrir en bas de mon immeuble.
0 I like it
0 I don't like it

One Comment

  1. Je suis totalement d'accord : Lady Bang and the Jack est un très bon 1er épisode qui remplit parfaitement son rôle de mise en place de l’intrigue.

    On nous présente l’univers, qui me fait un peu penser à l’épisode de Doctor Who "La ville de la miséricorde" et surtout à Gun Frontier de maître Leiji Matsumoto. Bagne semble être une charmante planète du même acabit que Netu, dans l'épisode de Stargate SG-1 "Les flammes de l'Enfer". On voit que les principaux protagonistes sont là, mais que de mystères autour d’eux. Ce 1er épisode se termine avec un joli cliffhanger qui nous donne juste envie de lire la suite !

    C’est un steampunk original, qui au lieu de reprendre les codes habituels de l’époque victorienne les transpose en prenant ceux de l’autre côté de l’Atlantique. C’est très bien trouvé et diablement efficace ! Et fatalement très addictif ! Une fois lancé, il est très difficile de s’arrêter avant la fin (pas le choix, il faut passer à l’épisode suivant !)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *