New Victoria - Un roman de Zombie plutôt atypique !

06/02/2014

 

Titre : New Victoria

Auteur : Lia Habel

Editeur : Castelmore

Parution : 17 Aout 2012

Prix : 17,20€

Nombre de pages : 576

Genre : Young Adult, SteamPunk, Dystopie, Zombies

Résumé : L’amour est immortel. L’amour ignore les frontières, dit-on. Et celle entre la vie et la mort ?

Bienvenue à New Victoria, le dernier refuge d’une humanité éreintée par les guerres. Les jeunes filles de bonne famille y ont un destin tout tracé : épouser un membre de la haute société et collectionner les robes de bal. Nora n’a jamais aimé se plier aux règles, surtout depuis la mort de son père, l’éminent docteur Dearly. Mais rien, dans sa délicate éducation victorienne, ne l’a préparée à un violent kidnapping, ni à survivre dans le camp d’une faction rebelle. Avec l’aide d’un séduisant soldat, elle devra pourtant surmonter ses craintes et ses préjugés pour comprendre la nature du véritable danger qui menace les vivants… comme les morts !

 

En recherchant des romans abordant les Zombies de manière originale, je me suis retrouvée avec New Victoria dans les mains. Ce livre de Steam Punk croisé avec de la dystopie est d’une belle originalité et l’auteur Lia Habel arrive parfaitement à faire fonctionner son histoire.

 

Ce qui m’a en premier temps interpellée avec ce livre, c’est la couverture très soignée qui ne colle absolument pas avec un roman de Zombie, une jolie jeune femme qui semble sortie de l’ère victorienne avec une petite ombrelle, rien ne laissait imaginer que des zombies pouvaient se trouver l’intérieur de ce livre, peut-être bien que la couleur rouge sang qui domine la couverture pouvait être un indice, mais encore là il fallait être très imaginatif.

 

Nous sommes en 2195, la terre a énormément souffert. 150 ans auparavant, la race humaine a failli s’éteindre et la plupart des pays que nous connaissons ont disparu. Les guerres,  la famine, les changements climatiques, les destructions nucléaires, l’éruption du volcan du Parc Yellowstone ont affaibli notre planète, poussant les populations restantes à migrer vers des terres saines où il est possible de vivre et de se reconstruire. C’est ainsi que l’on se retrouve à New Victoria, une nouvelle société construite sur ce qui jadis était l’Amérique du Sud. Cette nouvelle communauté s’inspire de l’âge d’or qu’était l’ère victorienne, tout en gardant le modernisme acquis jusqu’alors, c’est ainsi que l’on retrouve une société avec des moeurs d’une autre époque et avec un style vestimentaire purement victorien, combiné à un modernisme composé d’hologrammes, et de nouvelle technologie très avancée. 

 

Dans cette communauté, nous allons retrouver notre protagoniste principale, Nora Dearly, une jeune adolescente de bonne famille de 17 ans qui va se faire enlever, rien ne l’avait préparée à ce kidnapping. Toujours formatée à penser que les « Punks », la faction rebelle, était dangereuse, elle va alors prendre conscience durant son périple que bien des choses sont passées sous silence à New Victoria et que ce qu’elle prenait pour des vérités n’en était peut être pas.

 

L’auteure a une écriture fluide, lorsqu’elle raconte son histoire elle n’hésite pas à pousser dans les détails sans pour autant ajouter du superflu au roman. On découvre l’histoire sous plusieurs points de vue, ce qui est intéressant, car cela nous permet de comprendre comment New Victoria est né, ça nous permet également de suivre l’évolution du roman  sans monotonie et j’ai trouvé ça très intéressant. Les protagonistes ont 17 ans, et pourtant au fil des pages on oublie assez rapidement qu’ils sont si jeunes et on arrête assez rapidement de les considérer comme des adolescents, ce qu’ils vont devoir affronter les oblige à se comporter en adultes et à oublier qu’ils sont si jeunes.

 

Le livre se compose de beaucoup de dialogues très bien choisis, j’apprécie quand les personnages savent faire preuve de sarcasme, et c’est le cas dans ce roman, j’ai particulièrement apprécié les échanges entre Nora et Bram qui m’ont plus d’une fois mis le sourire aux lèvres, mais au-delà de ces deux protagonistes, on a le droit à une belle brochette de personnages qui apportent leurs lots de dialogues amusants ou parfois sérieux, donnant un bel équilibre à l’histoire. L’auteure utilise parfois le style tragicomique et ça fonctionne très bien, donnant une belle perspective au livre.

 

Quand on lit New Victoria, on a la sensation que ce livre a été écrit pour le cinéma, tout est travaillé de telle sorte que ça ferait un film incroyable, et j’espère honnêtement qu’un jour l’industrie cinématographique s’intéressera à l’oeuvre de Lia Habel. En effet, l’action est savamment dosée, la romance est juste, sans fausses notes, les personnages sont bien travaillés et l’univers de l’histoire est riche & original.

 

Il est difficile d’en dire davantage sans trop vous spoiler, ce livre mérite d’être découvert avec toutes les surprises qu’il cache à l’intérieur. Ce que je retiens de ce livre, c’est que j’ai adoré l’univers créé par l’auteure, mais elle n’a pas simplement créé un univers propice à une super histoire, elle a également su écrire un roman incroyable avec des personnages profonds, une romance bien dosée, et de l’action juste comme il en faut. Si vous hésitiez à vous lancer dans un roman de Zombie, je pense honnêtement que celui-ci ne pourra que vous plaire !

 

Ce qui reste fou, c’est que l’auteure a écrit ce livre alors qu’elle n’avait que 20 ans.

 

Blogueuse et YouTubeuse, j’étais une sims dans une autre vie, je souhaite me réincarner en Zombie après ma mort. Actuellement ? Je travaille à Poudlard, oui je sais, c’est cool !
0 I like it
0 I don't like it

3 Comments

  1. Ta critique de ce roman m'intrigue beaucoup et me donne énormément envie de me lancer dans cette lecture, je ne suis pas très branchée Zombie, et je n'ai jamais lu de Steampunk, mais là je dirais pourquoi pas !

  2. Je l'ai acheté pour la modique somme de 0,79€, grâce au Saturdaybookfever.
    Et je ne le regrette pas une seconde !
    Au début, j'ai été attiré par le titre. J'avais bien compris que c'était du steampunk (bon point) mais j'avais un peu peur du côté zombie (à part Resident Evil, le zombie ne me séduit guère).
    Et pourtant, dès les 1es pages on est embarqué par Nora. On comprend rapidement qu'il y a baleine sous gravillon, et qu'on va s'attacher aux zombies.
    Certains éléments sont évidents, mais c'est très bien amenés et on est séduit.
    Niveau écriture, c'est très agréable à lire, un style simple, clair, fluide. Une bonne traduction, c'est important de le signaler...
    C'est pratiquement un coup de cœur ! D'ailleurs, je viens d'acheter l'intégrale chez Bragelonne, à l'occasion du Mois du cuivre saison 2. Cette version est absolument MAGNIFIQUE !
    Une certitude, d'ici dimanche, j'aurai le fin mot de l'histoire !
    Laissez-vous embarquer vers New Victoria !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *