Nymphomaniac - Un hymne à la perversité ?

04/02/2014

affiche.Nymphomaniac-Volume-1.54802

 

Titre : Nymphomaniac

Réalisateur : Lars Von Trier

Acteurs : Charlotte Gainsbourg, Shia Labeouf, Stellan Skarsgard…

Nationalité : Danois, Allemand, Français, Belge, Britannique

Genre :  Erotique, Drame

Date de sortie : 1 Janvier 2014 & 29 Janvier 2014

Durée: 1h58 + 2h04

Synopsis : La folle et poétique histoire du parcours érotique d’une femme, de sa naissance jusqu’à l’âge de 50 ans, racontée par le personnage principal, Joe, qui s’est auto-diagnostiquée nymphomane. Par une froide soirée d’hiver, le vieux et charmant célibataire Seligman découvre Joe dans une ruelle, rouée de coups. Après l’avoir ramenée chez lui, il soigne ses blessures et l’interroge sur sa vie. Seligman écoute intensément Joe lui raconter en huit chapitres successifs le récit de sa vie aux multiples ramifications et facettes, riche en associations et en incidents de parcours.

 

 

Nymphomaniac, c’est le film qui fait jaser dans les chaumières en ce début d’année. Il faut dire qu’il y a de quoi, Lars Von Trier prend beaucoup de risques en concrétisant ce projet : réaliser son porno. C’est donc armée de ma curiosité et de mon ouverture d’esprit que je suis allée voir les deux volumes de Nymphomaniac.

 

nymphomaniac-labeouf 

 

Tout d’abord, laissez-moi clarifier certains points importants. Ce film traite de relations sexuelles et n’est pas approprié aux plus jeunes, pas à cause du thème mais à cause de la façon dont il le traite. Le film débute par une annonce stipulant que Lars Von Trier n’a participé ni au découpage du film en deux volumes ni au choix des scènes qui ont été supprimées. Nous pouvons donc dire que ça commence mal puisque nous avons droit à un film avec un rythme cassé, pour ne pas dire ruiné ! Il est absolument impossible d’avoir un avis construit et pertinent sur la première partie du film. J’ignore qui est responsable de ce massacre mais il/elle devrait sérieusement envisager de changer de métier.  

 

Le film débute donc vraiment avec Joe (Charlotte Gainsbourg), allongée dans une ruelle et sérieusement amochée. Seligman (Stellan Skarsgård) la recueille et elle va lui raconter son histoire. Joe va diviser son histoire, sa vie, en plusieurs chapitres en s’inspirant d’éléments présents dans la chambre de Seligman. Je trouvais, au départ l‘idée intéressante, malheureusement ça devenait beaucoup trop tiré par les cheveux pour moi. Lorsque Joe trouve l’inspiration pour un chapitre dans une tache de thé, c’était vraiment trop pour moi, je trouvais même la situation ridicule. C’est dommage, ça partait bien…

 

photo.Nymphomaniac-Volume-1.149631

 

Même si je me suis rendue au cinéma avertie du contenu du film, ce trop plein de sexe parsemé de poésie n’a pas fonctionné avec moi. J’avais l’impression que ces courts moments étaient là pour faire passer la pilule. Clairement, cet excès est tel qu’il peut dégoûter quelqu’un de l’acte. Là je suis méchante, il y a quand même eu des passages qui prouvent la complexité et le talent de Lars Von Trier. Notamment quand Jérôme est dans la voiture et qu’on entend Für Elise de Beethoven. C’est un des morceaux qui m’a donné envie de jouer du piano quand j’étais gamine, j’y étais donc à la base extrêmement sensible. Je vous laisse imaginer ça avec la combinaison de scènes extrêmement contrastées et ça vous donne une Mathilde qui verse une petite larme. Pour le coup j’ai vraiment apprécié le personnage de Jérome, je l’ai compris et j’ai compati à ce qu’il traversait (dommage qu’il ait tout gâché à la fin). Jamais je n’aurais imaginé pleurer devant Nymphomaniac – pour vous dire je n’en reviens toujours pas. Un autre moment que j’ai beaucoup aimé c’est le chapitre en noir et blanc durant lequel le père de Joe meurt. J’ai beau ne pas avoir adoré ce film, il a quand même provoqué des réactions et ce n’est pas rien !

 

Vous l’aurez compris, j’ai aimé l’aspect esthétique du film hors scène porno. Parce que oui il y en avait, bien qu’ils aient stipulé n’avoir laissé que des scènes érotiques. Les gars, sérieusement ? Vous avez vraiment cru que vos 2 ou 3 scènes passeraient inaperçues ? Et là on en revient au découpage absolument monstrueux du film… Je ne suis pas mécontente d’avoir eu aussi peu de scènes de ce genre mais autant assumer et nous annoncer la couleur. Je n’ai pas aimé cette hypocrisie de la production.

 

photo.Nymphomaniac-Volume-1.149630

 

Ce que je retiens de ce film, c’est surtout la réflexion qui a suivi. Je me suis rendu compte que notre société avait tendance à tout sexualiser. Lorsque Joe cache tous les objets qui lui font penser au sexe, elle se retrouve complètement démunie et très clairement je pense que c’est le reflet de notre société. La trahison de Jérôme et de P vient amplifier cet aspect, en plus de donner une image absolument dégradante de la femme, mais ça à la limite on commence à avoir l’habitude. Non, en plus de tout ce qu’on nous montre, le film se termine avec une tentative de viol. Seligman,vierge et asexué, va pourtant tenter de profiter de Joe. Pourquoi ? Parce que de toute façon elle n’est plus à ça près, hein ? Elle a déjà couché avec tellement d’hommes. Je ne vous dirai pas comment la scène se termine mais j’approuve vraiment à 200 % la réaction de Joe.

 

Traiter un sujet tel que la nymphomanie n’était pas assez pour Lars Von Trier, non il fallait qu’il aborde tous les sujets tabous de notre société (et oui, sinon c’est pas drôle). Le racisme, la pédophilie, l’adultère et j’en passe, sont donc abordés dans ce film. Un choix extrêmement risqué mais que j’ai apprécié. Malheureusement ce n’est pas ce qu’on retient du film. Je suis déçue, je pense que ce film avait un réel potentiel mais le film porte sur Joe, son histoire, nous sommes donc soumis à sa vision des choses. La narration a un rôle extrêmement important ici, il nous est impossible de savoir si tous les événements se sont réellement déroulés ainsi ou si elle les a adaptés. 

 

photo.Nymphomaniac-Volume-1.149623

 

Le film a presque failli se finir sur une note positive. Seligman a un discours intéressant avec Joe. Il lui dit que si un homme avait vécu la vie qu’elle a vécu, il ne serait pas aussi mal jugé qu’elle l’est. Ce qui nous rappelle que nous sommes encore loin de l’égalité homme-femme. Tout ça se passe durant les dernières minutes du film, nous avons donc droit à un énorme retournement de situation. Très clairement, ce retournement fait l’effet d’une claque dans la figure. Lars Von Trier nous remet les idées en place, il nous rappelle que les happy-endings dans de telles situations n’existe pas. Le film se finit donc sur une note extrêmement négative et nous présente l’être humain comme un être pervers et néfaste. 

 

Finalement je conseille ce film aux curieux, qui ont parfaitement conscience du genre de film qu’ils vont voir. Vous comprendrez qu’il est difficile d’aborder tous les aspects d’un film qui dure 4h, essayez donc de ne pas trop m’en vouloir pour mes abstractions. Je ne pense pas me procurer le DVD quand il sortira, j’ai apprécié ce film pour ses rares aspects poétiques et la réflexion qu’il impose mais c’est tout. Vous pouvez aller voir le trailer du film ici. N’hésitez pas à me faire part de votre opinion si vous avez vu Nymhomaniac, je dois vous avouer que je suis bien curieuse de connaitre vos avis.

 

http://rusbankinfo.ru займ на карту срочно без отказа

Parisienne d’adoption, geek dans l’âme, grande lectrice de fantasy et danseuse à mes heures perdues je speak english like a native. J’ai fait mes armes sur le tas, aux côtés d’April O’Neil, à défaut d’avoir reçu ma lettre d’admission à Poudlard. Je navigue entre les pages et les univers virtuels, à la recherche de réponses, convaincue que la vérité est ailleurs. Plus sérieusement, j’attends toujours de voir une certaine cabine téléphonique bleue atterrir en bas de mon immeuble.
0 I like it
0 I don't like it

5 Comments

  1. Je n'ai vu que la 1ère partie et en fait c'est très difficile de se faire une idée du coup, c'est comme si on voyait le début d'un film et qu'on stoppait au milieu... je me suis quand même demandée où LVT voulait nous emmener... plutôt déçue, mais curieuse de voir la suite qui est parait-il un peu mieux.

    • Je comprend totalement, à la fin du premier je me souviens avoir dit "j'ai pas compris, c'est quoi l’intérêt ?". Le film n'a pas été pensé en 2 parties c'est pour ça, ceci dit il faut aussi comprendre la distribution, personne n'irait voir un film de 4h. Si tu as l'occasion de regarder la seconde partie n'hésite pas, comme je l'ai dit je n'ai pas adoré le film mais je pense qu'il vaut le coup pour tous les sujets qu'il aborde.

  2. Avis un peu décousu, on comprend pas si t'as aimé ou non. Trop de fautes aussi.

  3. J'ai vue le deuxième volet sans voir le premier et je ne me suis pas du tout sentis perdu... Ce qui m'a incité à voir ce film c'est le sujet et surtout le talent de LVT! Je trouve le regard qu'il porte sur le monde qui l'entoure d'une critique constructive et plein de subtilités... Même si je n'ai pas eu le temps de tout bien assimiler car c'est le genre de film à redécouvrir je ne peux qu'applaudir l'audace de ce cinéaste de génie. BRAVO Lars ;)

  4. Ton avis est drôlement contrasté. Finalement le film a provoqué quelque chose chez toi, c'est peut être l'essentiel. Perso j'aurais aimé voir la version non censurée pour voir si ça changeait quelque chose sur la construction du film mais ça m'étonnerait. Là où je ne suis pas d'accord avec toi c'est sur la découpe et l’enchaînement du film, je l'ai trouvé très intéressant comme parti pris.
    Je n'ai pas encore eu le courage de voir le II en revanche ...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *