Sherlock S3 Retour un peu différent mais toujours en force

14/02/2014

 

Titre : Sherlock ( Saison 3 )

Créée par :  Steven Moffat et Mark Gatiss

Avec : Benedict Cumberbatch, Martin Freeman….

Diffusion : BBC

Format : 90min

Genre : Aventure, Drame, Policier, Action

 

Synopsis : Les aventures de Sherlock Holmes et de son acolyte de toujours, le docteur Watson, sont transposées au XXIème siècle…

 

 

 

 

 

Attention : cet article risque de contenir des spoilersPour ceux qui aimeraient lire l’article sans pour autant être spoilés, je mettrai les révélations dans des cadres. Pour ceux qui ont déjà vu cette saison 3 et/ou qui ne sont pas dérangés par les spoilers, il vous suffira de surligner le contenu des cadres. Enfin, pour les personnes qui n’ont toujours pas vu les deux premières saisons, je vous déconseille vivement la lecture de cet article.

 

Après deux ans d’attente, la BBC diffusait enfin la très attendue troisième saison de la série Sherlock. Créée par Mark Gatiss et Steven Moffat, produite par Sue Vertue (la femme de ce dernier) et menée de mains de maîtres par les charismatiques Benedict Cumberbatch et Martin Freeman, cette série hors norme a la cote depuis le commencement et devient meilleure au fur et à mesure de son avancement. Qu’en est-il de cette saison 3 ? Tient-elle autant ses promesses que les deux qui l’ont précédée ? Je vais tenter de vous faire part de mon avis du mieux possible, en exposant les plus, les moins et les entre deux de cette nouvelle saison.

 

Résumés des trois épisodes de la saison 3 :

Episode 1 – Deux ans après les terribles conséquences de l’épisode « La Chute du Reichenbach », le Docteur John Watson a continué sa vie. De nouveaux horizons, une nouvelle romance et la possibilité d’un futur domestique réconfortant. Mais lorsque Londres est sous la menace d’une énorme attaque terroriste, Sherlock Holmes se doit de sortir de la tombe avec la théâtralité qui le caractérise. C’est ce que son meilleur ami voulait le plus au monde, mais pour John Watson, l’affaire prend des allures de mise en garde contre ses voeux. Et si Sherlock pense que rien n’aura changé, il va au devant d’une grosse surprise…

Episode 2 – Sherlock doit relever son plus grand défi : prononcer un discours en tant que garçon d’honneur de John Watson. Mais un mystérieux danger rôde autour de la réception de mariage et Sherlock comprend qu’un invité est la cible d’un tueur.

Episode 3 – Victime d’un chantage, Lady Smallwood demande à Sherlock de retrouver les lettres de son mari que Charles Augustus Magnussen menace de dévoiler. Mais l’affaire prend une tournure inattendue quand Sherlock découvre que Magnussen possède également des informations sur un être cher.

 

Les plus

 

– La présence des ingrédients à l’origine du succès de la série depuis son commencement : dans Sherlock, on fait appel à une bonne vieille recette pour un succès garanti : l’humour de manière générale, les répliques cinglantes de Sherlock, la manière si particulière dont sont tournées certaines scènes 

(cf la vision à travers les lunettes de Magnussen, les sms qui s’affichent à l’écran, Mind Palace, la prise en photo de John et Mary à la sortie de leur mariage, …)

, des personnages charismatiques,… Et tellement plus !

 

La bande son : on retrouve avec grand plaisir le thème musical principal, comme dans les deux premières saisons, mais il y a également présence de petites perles musicales, telles que, entre autres,

la composition de Sherlock au violon pour le mariage de John et Mary.

 

 

 

Un Sherlock sexy : entendons-nous bien, à la base, Benedict Cumberbatch est déjà un acteur super sexy et attirant. Il campait déjà un superbe Sherlock dans les deux premières saisons. Dans cette saison 3, nous avons droit à quelques pépites qui feront frémir ses fans féminines. Dans la saga « Sexy Sherlock », je vous propose :

Sherlock qui embrasse Molly, Sherlock qui nous effectue un magnifique écartement de jambes, Sherlock conduisant une moto, Sherlock jouant du violon, Sherlock et les quelques moments qu’il partage avec Janine, Sherlock torse nu dans un lit d’hôpital,

and more.

 

Le personnage de Mary : j’avais énormément d’appréhension concernant ce personnage, ma peur principale étant qu’elle interfère dans les relations entre Sherlock et John. Et au final, il n’en est rien ! Au contraire, je dirais même qu’elle renforce leur relation. J’ai été totalement subjuguée par ce personnage. Mary est belle, intelligente, drôle,…

Même si on découvrira en fin de saison qu’elle a bien caché son jeu, et qu’elle n’est pas ce qu’elle prétend.

Cependant, cela n’a en rien altéré mon avis à son sujet.

Le seul minuscule bémol est qu’involontairement, elle éloigne Sherlock de John en devenant la femme de ce dernier, mais au final, ça nous apporte tellement d’émotions qu’on l’accepte bien.

 

 

 

– La moustache de John : oui, vous avez bien lu. Pourquoi mettre cela dans les plus ? Parce que grâce à « elle », on a droit à quelques petites scènes hilarantes et mémorables

(même si « elle » n’est présente que dans le premier épisode)

 

Le temps de présence à l’écran de certains anciens personnages : c’est avec joie qu’au cours de cette saison, on a pu voir plus régulièrement des scènes avec Mme Hudson et Molly.

 

Les relations entre les différents personnages : concernant la relation Mycroft/Sherlock, elle est toujours aussi ambiguë et hilarante qu’auparavant, voire même plus dans cette saison

(petit plus : leurs comportements d’enfants dans certaines scènes).

Concernant la relation John/Mary, il y a une réelle alchimie entre eux (de plus, étant mari et femme dans la vraie vie, il s’agit d’un point positif dans leurs jeux d’acteurs), beaucoup d’amour, c’est une relation très belle et agréable à voir. Concernant la relation Mary/Sherlock, on constate une très grande complicité entre eux, ce qui est étonnant, car on aurait pu croire que Sherlock soit effrayé par elle, dans le sens où elle pourrait l’éloigner de John. Mais en réalité, Sherlock aime Mary car elle rend John heureux, et c’est tout ce qui compte pour Sherlock, que John soit heureux. Concernant la relation Sherlock/John, elle est toujours plus forte, toujours plus intense, c’est une histoire d’amitié (voire même d’amour) magnifique et magique qui nous émeut de plus en plus au fil des saisons. Concernant la relation Sherlock/Molly, elle connait un tournant, une évolution incroyable au cours de cette saison, on sent que Molly reçoit enfin la considération qu’elle mérite de la part de Sherlock, elle s’affirme, même si elle ne perd pas pour autant son côté « petite fille ».

 

 

Le retour de Sherlock : on a droit à des réactions multiples de la part des différents protagonistes quand ils se retrouvent confrontés à Sherlock après l’avoir cru mort pendant deux ans : colère, joie, peur,… Evidemment, la réaction de John est celle que l’on attendait le plus et ce que je peux vous dire, c’est qu’on est servis !

 

 

Les réactions de Sherlock et John face à certains événements : je pense à deux scènes en particulier qui sont tout simplement hilarantes !

Il s’agit de la réaction de Sherlock face à la demande de John d’être son témoin, et de la réaction de John face à la prétendue relation qu’entretient Sherlock avec Janine.

 

– Le discours de témoin de Sherlock : c’est une scène assez longue, qui, en réalité, couvre presque tout le second épisode de la saison, même s’il est entrecoupé de flashbacks. Il y a de tout : de l’émotion, de l’amour, de l’amitié, du cynisme,… En bref, du grand Sherlock !

 

Quelques petites perles diverses :

entre autres, dans cette saison, on croise les parents de Sherlock (joués par les vrais parents de Benedict Cumberbatch !), on a droit à une très brève apparition d’Irène Adler (personnage que j’apprécie beaucoup), on peut voir un exemple de ce que serait une relation amoureuse avec Sherlock s’il n’était pas le personnage atypique qu’il est, on assiste à une déduction magistrale de Sherlock à propos de la personnalité de John, on se réjouit d’un heureux événement pour John et Mary,…

On se régale.

 

 

Les entre deux

 

L’explication de la « fausse mort » de Sherlock : un des grands moments que l’on attendait avec impatience dans cette saison 3.

Mais au final, on ne sait toujours pas comment Sherlock s’y est pris, tout simplement car les scènes que l’on peut voir à ce sujet sont soit des suppositions, soit des fantasmes, soit de fausses explications. Cependant, le point positif est que toutes ces scènes sont très recherchées, distrayantes et amusantes.

 

La « facilité » avec laquelle John pardonne à Sherlock : c’est peut-être un peu contradictoire avec certaines choses que j’ai dites plus haut, mais c’est vraiment mon ressenti. A côté de ça, j’avoue que sur 3 épisodes d’1h30 chacun, s’ils restaient en conflit trop longtemps, ça n’aurait pas été bien non plus.

 

 

Les scènes du « Mind Palace » : le concept même du « Mind Palace » (= palais mental) est pour moi fascinant, car il serait totalement impossible pour moi de m’y adonner (et pour preuve, j’ai fait une tentative). Ces scènes sont vraiment très recherchées et surtout très bien réalisées. Cependant, elles sont malheureusement trop impossibles/improbables les ¾ du temps, ce n’est donc pas toujours crédible

(en particulier la scène de la blessure par balle de Sherlock, où il se fait dans la tête un film de bien 15 minutes alors qu’en réalité, il ne s’écoule que 3 secondes).  

 

L’évolution de Sherlock : Sherlock évolue beaucoup d’un point de vue relationnel au cours de cette saison : il trouve une nouvelle « amie » en la personne de Mary, il exprime haut et fort toute l’amitié qu’il ressent envers John,…

On a même droit à une interaction entre Sherlock et un enfant, trop mignon !

Il est plus sensible, plus humain, plus sociable et donc d’un autre côté, il est moins cynique, moins « méchant », moins sociopathe : ce n’est plus tout à fait le Sherlock auquel on était habitué jusqu’alors. On aime ce nouveau Sherlock mais on regrette parfois l’ancien.

Sherlock a donc deux faces dans cette saison, et cela est parfaitement illustré au cours de son discours de témoin. La fin de l’épisode 2 est tout simplement déchirante, c’est une scène de pure tristesse qui laisse une sensation douce-amère (oui, nous, fans de Sherlock, sommes quelque peu sado-masochistes, on prend plaisir à être triste, à souffrir). Enfin, le geste ultime de Sherlock en fin de saison montre à quel point John est important pour lui : en effet, il met de côté sa propre liberté afin de garantir totalement le bonheur de John.

 

Charles Augustus Magnussen : c’est LE nouveau méchant de la saison 3. Pour prendre la relève de Moriarty, il fallait une sacrée pointure, et malheureusement, je crois que le but n’est pas totalement atteint. En effet, Magnussen est moins diabolique, moins fou, moins charismatique et moins présent que Moriarty.

De plus, je trouve que son personnage n’a pas été assez exploité, et n’est pas resté assez longtemps pour qu’on puisse s’y « attacher » autant qu’à Moriarty (même si personnellement, je ne me suis pas attachée à Moriarty plus que ça). Par contre, +1 pour le côté dérangeant, c’est comme s’il avait une double personnalité : cet homme est à la fois vraiment dégoûtant (surtout au sens propre du mot, et on peut le constater dans plusieurs scènes) et dégage pourtant une certaine classe. Un autre point positif concerne l’une des résidences de Magnussen, Appledore, qui a juste un style architectural magnifique.

 

 

Les moins

 

Le manque d’enquêtes et de déductions : en comparaison avec les deux premières saisons, j’ai l’impression que cette saison 3 se focalise beaucoup plus sur le côté « sentimental » que sur le côté policier. Je ne sais pas si je suis la seule à avoir ce ressenti, mais les déductions de Sherlock m’ont beaucoup manqué, même si les épisodes n’en sont pas totalement dépourvus.

 

La fin : je n’ai pas vraiment apprécié le dernier rebondissement de l’épisode 3. On nous avait prédit un cliffhanger de malade, et personnellement, je l’ai senti venir à 3 kilomètres. Je m’attendais vraiment à rester bouche bée, limite à pleurer parce que je ne pourrais pas supporter d’attendre pour la suite (quand je vous dis qu’on est SM !), et finalement, rien. Cette fin est totalement improbable, voire impossible, et je me demande vraiment comment redémarrera la saison 4.

 

_________________________________________

 

Voilà donc mon ressenti complet concernant cette saison 3 de Sherlock. Etant fan de la série (et de Benedict Cumberbatch), je suis dans l’ensemble (comme vous avez pu le voir à travers mon article et ma note de 5 étoiles) très satisfaite de cette saison, en dehors de quelques petits bémols, mais qui n’ont finalement pas une importance capitale. Malgré une fin quelque peu décevante à mes yeux, l’attente jusqu’à la prochaine saison va clairement être un supplice. Aucune date de diffusion n’a encore été annoncée pour le moment, tout dépend des plannings de chacun, aussi bien les acteurs (surtout Benedict Cumberbatch et Martin Freeman, qui sont des acteurs de plus en plus demandés) que les réalisateurs (surtout Steven Moffat, occupé à tourner la nouvelle saison de Doctor Who). Mais ce n’est pas comme si nous n’étions pas habitués, et puis, de la bonne qualité requiert un grand investissement, et donc un certain laps de temps !

 

N’hésitez-pas à me donner vous aussi votre avis concernant cette saison ! 🙂

Petite universitaire belge âgée de 24 ans, je passe plus de temps à lire, aller au cinéma et regarder des séries qu’à bosser mes cours. Egalement fan de Disney, je suis une enfant coincée dans un corps d’ado. Grande fan de l’art de Tim Burton et accro aux tatouages, j’aime tout ce qui sort de l’ordinaire. Je passe également les 3/4 de ma vie sur mon ordi, j’ai un petit tempérament de geek.
0 I like it
0 I don't like it

One Comment

  1. Avis amplement partagé, c'est une série exploitée avec talent, patience et pertinence. Un vrai régal. Seul le format 1H20 est un peu en dessous du reste, petite préférence pour le format 55 min. Si le coeur t'en dit ; http://avisdupublic.net/critique/serie/suspense/critique-sherlock-saison-3/

    Amicalement,

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *