Ne pas se fier aux apparences

13/03/2014

Titre : Vilaines Filles

Auteur : Megan Abbott

Editeur : JC Lattès

Parution : Novembre 2013

Prix : 20€90

Nombre de pages : 350 pages

Genre : Thriller

Résumé :  « Addy et Beth sont fortes, dures à cuire, inséparables et invincibles. Membres de l’équipe de pom-pom girls du lycée, « parce qu’il faut bien quelque chose pour occuper le vide de l’adolescence ». Elles sont parfaites : leurs jambes galbées, leur ventre plat, leurs queues-de-cheval de la même longueur, leur maquillage irréprochable.

Une nouvelle coach arrive au lycée et les choses commencent à changer. Grande, belle, intimidante, elle est parfaite elle aussi et place beaucoup d’espoir dans l’équipe. Toujours élégante, autoritaire, la coach mène la danse et les filles tombent vite sous sa coupe. Elles sont prêtes à tout pour obtenir ses faveurs : devenir sans cesse plus rapides, plus fortes, plus résistantes et plus minces, quitte à se faire vomir. Leur monde insipide et sans profondeur se resserre. Mais un jour, la coach franchit la ligne de trop… »

 

 

Comme nous le savons, il ne faut pas se fier aux apparences… Mais parfois on se trompe. Ça a été mon cas avec « Vilaines filles » de Megan Abbott. Une très belle couverture à m’en faire tomber par terre, un résumé plus ou moins alléchant, malgré que ça ne soit pas réellement ce genre de livres que j’aime lire mais j’avais envie d’essayer. Mais les vilaines filles n’auront pas rendu ce livre si agréable comme je l’avais prévu.

 

Addy et Beth, deux amies inséparables, deux amies qui n’ont plus de secret l’une pour l’autre. Une histoire sur l’adolescence, un roman à l’américaine avec une équipe de pom-pom girls avec sa coach… Quand j’ai commencé à lire ce roman, j’attendais quelque chose de très « girly » où la jalousie, les manipulations, les rivalités entre filles seraient présentes…

 

Dès le début, j’ai trouvé le roman très lent, très ennuyeux, rien ne se passait réellement, ce n’est que de la description et très peu d’action… Quel ennui. Puis vers le milieu du roman, l’histoire commence réellement, et on se laisse prendre au jeu. Cependant, une atmosphère très étrange est présente tout le long de ce roman, quelque chose de dérangeant, qui rend la lecture désagréable. J’ai eu beaucoup de mal à rentrer dans l’histoire, mais aussi à apprécier les personnages, en effet je ne me suis attachée à aucun d’eux…

 

Malgré tout, le point positif que je retiens de ce roman, c’est que le récit est bien mené et à aucun moment je n’ai vu dans quelle direction l’auteure voulait nous emmener. Megan Abbott est une auteure mystérieuse qui arrive à semer le doute et à rendre son récit étrange même si ce n’est pas ce que j’apprécie le plus. Pour ma part, ce roman est un thriller alors que je pensais qu’il se rangerait dans la catégorie jeunesse, tout simplement parce que de nombreux événements tragiques sont présents.

 

Pour résumer, un roman dont l’atmosphère est dérangeante mais très bien écrit. Si vous voulez vous y frotter, n’ayez pas peur de ressentir un malaise. Un roman qui reflète bien le milieu de l’adolescence mêlé de plusieurs rebondissements. Ne jamais se fier aux apparences, que ça soit pour les livres, mais aussi pour les personnes.

 

Agée de 24ans, étudiante en première année de Master de l’Enseignement, de l’Education et de la Formation. Je suis passionnée de livres (j’aime tous les genres que ça soit thriller, fantastique, témoignage, jeunesse, romance), mais aussi de séries TV puisque j’adore passer ma journée à enchaîner les épisodes les uns après les autres
0 I like it
0 I don't like it

3 Comments

  1. Pour ma part, j'avais beaucoup aimé ce livre, certes dérangeant mais vraiment réussi. Effectivement, il y a un aspect malsain, mais il ne faut pas s'y tromper, ce livre est un thriller et donc il faut s'y attendre.

  2. C'est une blague hein? Franchement ça me gonfle de plus en plus ces "critiques" de lecteurs ayant une conception cinématographique de la littérature et reprochant à tel ou tel livre d'être trop lent, trop atmosphèrique et de nous sortir le fameux "il ne se passe rien". Megan Abbott est sans doute l'une des plus talentueuses écrivains américaines traitant de l'adolescence et l'influence du roman noir (dont elle vient) sur Dare Me, comme sur son roman précédent donne une vision de l'adolescence beaucoup plus ambigue et beaucoup plus dérangante que tout ce qu'on peut lire ailleurs (seul Kasischke ou Dona Tartt peut soutenir la comparaison!). Oui le roman est dérangeant, mais qui a dit que la littérature devait être agréable et facile? Mon coup de gueule est sans doute disproportionné mais voir de la vraie littérature malmenée quand des romans faciles se prennent de 5 étoiles partout sur le net avec un enième "un style très efficace! une histoire bien menée!" en guise de commentaire, moi ça m'atriste. Qu'on arrête de juger la littérature avec les critères du cinéma et plus particulièrement des divertissements.

    • Merci pour ton commentaire Raven, mais je ne dénigre pas du tout l'auteur puisque justement je ne vais pas m'arrêter à ce roman, car je n'ai entendu que du bien d'elle, et c'est pour cela que j'avais envie de lire ce roman.. Mais personnellement oui j'ai trouvé la première partie très lente, et j'ai eu beaucoup de mal à le lire. Il y a des livres qu'on mets plus de temps à lire que d'autres et pour celui-ci ça a été le cas. Si tu veux bien me conseiller un de ses meilleurs romans, je serais ravie de me faire une nouvelle idée :)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *