Georgina Kincaid - Bien plus qu'une succube fangirl

10/04/2014

Titre : Succubus Blues (Georgina Kincaid #1)

Auteur : Richelle Mead

Editeur : Bragelonne/Milady

Parution : 26 février 2009

Prix : 8,20 €

Nombre de pages : 512

Genre : Bit-Lit 

Résumé : Succube (n. m.) : Démon qui prend l’apparence d’une femme pour avoir des relations sexuelles avec un mortel. Georgina Kincaid est succube a Seattle. A priori un choix de carrière plutôt sympa : la jeunesse éternelle, l’apparence de son choix, une garde-robe top-niveau et des hommes prêts à tout pour un simple effleurement. Pourtant, sa vie n’est pas si glamour : pas moyen de décrocher un rancard potable sans mettre en péril l’âme de l’heureux élu. Heureusement, elle est libraire, et son travail la passionne ! Livres à l’oeil, moka blanc à volonté… et la possibilité d’approcher le beau Seth Mortensen, un écrivain irrésistible qu’elle rêve – mais s’interdit – de mettre dans son lit. Mais les fantasmes devront attendre. Quelqu’un s’est mis en tête de jouer les justiciers dans la communauté des anges et démons. Bien malgré elle, Georgina est propulsée au cœur de la tourmente. Et pour une fois, ses sortilèges sexy et sa langue bien pendue ne lui seront d’aucun secours

 

 

Il est temps de vous parler d’une de mes séries fétiches, Georgina Kincaid, ou Succubus de sa traduction française. J’ai lu le tome 1 il y a maintenant 4 ans suite aux conseils de ma très chère Marie. J’ai une relation (oui vraiment, une relation) particulière avec cette saga puisque je l’ai boudée puis reprise et de nouveau laissée tomber. En effet, je n’approuvais pas les choix de l’héroïne. J’ai mis ma rancœur de côté et j’ai repris les aventures de notre succube en décembre dernier (je mérite un bon coup de pied aux fesses pour avoir attendu si longtemps). Si vous doutez encore du talent de Richelle Mead (Vampire Academy), ne faites pas comme moi et jetez-vous sur Georgina Kincaid, tout de suite. 

 

Georgina Kincaid est une de ces séries avec des personnages hauts en couleurs. Ils ont tous autant de profondeur et d’importance que le protagoniste principal. Je pense notamment à Carter (l’ange), dont le rôle se précise au fil des livres et dont les interventions sont toutes plus mémorables les unes que les autres. Les deux vampires Cody et Peter qui sont également adorables. Mais c’est principalement Roman qui m’a marqué, et je ne peux malheureusement pas vous expliquer mon admiration et ma dévotion pour lui sans vous spoiler. Comme personnage récurrent de la série nous avons également Seth (que je hais de toute mon âme, oui Marie, toujours), l’écrivain adulé par Georgina. Je l’ai trouvé beaucoup trop mollasson et étourdi. 

 

Abordons maintenant le cas de notre succube éponyme, Georgina. Elle est déterminée, persévérante et a du cran, qualités que j’apprécie particulièrement chez un personnage féminin. Je ne me suis pas spécialement attachée à elle car j’ai détesté la plupart de ses décisions. En revanche, j’ai adoré suivre ses aventures et son évolution au fil des tomes. Sa relation avec Seth est captivante, inévitable et frustrante ! Je ne porte pas Seth dans mon cœur (et c’est peu dire…) mais son rôle est crucial. 

 

Ce qui m’a donc le plus charmée dans cette série, ce ne sont pas les personnages, mais l’univers. Richelle Mead a fait un travail absolument merveilleux. Cette société de démons et d’anges est basée sur une mythologie assez simple aux premiers abords mais qui se complexifie plus on avance dans l’histoire. Richelle Mead fait notamment référence à la mythologie grecque mais également à la Bible. Une combinaison que je n’aurais jamais envisagée mais qui fonctionne à merveille. Ces créatures enchanteresses et démoniaques font partie intégrante de notre monde, mais nous, pauvres mundanes, en restons ignorants.   

 

Comme évoqué dans le résumé, Georgina travaille dans une librairie. Il n’est pas rare de voir des personnages passionnés de littérature à la place du héros, cependant nous avons souvent tendance à tomber dans les clichés du genre. Ici, Georgina a beau être un rat de bibliothèque, elle ne correspond pas à l’image que l’on s’en fait. En plus de nous offrir cette belle image, nous avons, par le biais de Seth, également accès au processus d’écriture puisqu’il écrit des romans. L’homme est parfois tellement absorbé par son récit qu’il en oublie le monde extérieur et semble être dans un état second. 

 

Cette série se compose de six tomes, elle est donc assez longue mais croyez-moi elle vaut vraiment le coup. Le travail de Richelle Mead est époustouflant, elle fait évoluer ses personnages de façon fulgurante et parfois particulièrement surprenante. Elle a également le don pour écrire des scènes d’une beauté foudroyante. Je pense ici à une scène de Succubus Dreams (tome 3) entre Yasmine et Vincent. Cette scène était magnifique et saisissante au point de me déchirer le cœur. (J’ai pleuré pendant plus d’une heure après l’avoir lu, I have no shame). Ce court passage est très certainement ce que Richelle Mead a écrit de plus beau. Quand un auteur réussit à me faire ressentir autant d’émotion avec une telle intensité, c’est un génie. 

 

Cette série se termine de façon satisfaisante. J’ai beau avoir souhaité plus d’une fois une fin différente que celle du premier tome, la progression de la saga est logique. J’étais sereine concernant Georgina en refermant le dernier tome, elle a quand même vécu l’enfer et mérite amplement une seconde chance. Bien que mon personnage fétiche ne soit pas autant présent que ce que je souhaiterais, je comprends les choix de l’auteure et je les approuve. Ma frustration et mon indulgence seront d’ailleurs peut-être récompensées puisque Richelle envisagerait d’écrire un spin-off avec Roman, cependant rien d’officiel pour le moment (Entends mes prières Richelle, entends-les !). Si vous hésitez encore à lire cette série à cause de Vampire Academy, n’hésitez plus, ces univers n’ont rien à voir. Le monde de Georgina Kincaid est beaucoup plus complexe et envoûtant, laissez-vous tenter et je vous assure que vous ne le regretterez pas.

Parisienne d’adoption, geek dans l’âme, grande lectrice de fantasy et danseuse à mes heures perdues je speak english like a native. J’ai fait mes armes sur le tas, aux côtés d’April O’Neil, à défaut d’avoir reçu ma lettre d’admission à Poudlard. Je navigue entre les pages et les univers virtuels, à la recherche de réponses, convaincue que la vérité est ailleurs. Plus sérieusement, j’attends toujours de voir une certaine cabine téléphonique bleue atterrir en bas de mon immeuble.
1 I like it
0 I don't like it

3 Comments

  1. Je ne connaissais pas du tout mais ça me tente, l'univers et l'histoire ont l'air assez originaux. Merci pour la découverte !

    • Je suis ravie de voir que cette série t'attire ! N'hésite pas à me dire ce que tu en penses quand tu la commenceras ;)

  2. La série etait deja dans mes projets de lecture. Tu confirmes cette volonté ^^

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *