Morsure Nocture - Un premier tome peu crédible.

19/05/2014

emergency,-tome-1---morsure-nocturne-285345 

 

Titre : Emergency : Morsure Nocturne

Auteur : Cassie Alexander

Editeur : J’ai Lu

Parution : Août 2013

Prix : 8,90€

Nombre de pages : 382 pages

Genre : Bit Lit, Urban Fantasy

Résumé : « Pour sauver mon frère de la drogue, j’ai accepté les yeux fermés le poste proposé par l’Hôpital du Comté. Ironie du sort, l’école d’infirmières m’avait préparée à beaucoup de choses, sauf au service Y4 : une aile secrète du bâtiment dédiée à toutes les créatures surnaturelles possibles et imaginables. Et quand il y a urgence avec ce genre de patients, difficile d’en sortir indemnes… ou d’en sortir tout court ! »

 

 

 

Le premier détail qui m’a attirée pour ce livre était clairement sa couverture, simple, esthétique, et accrocheuse, mais le dicton « Il ne faut pas juger un livre à sa couverture » est clairement applicable ici, car à l’instar d’une couverture vendeuse, le contenu est bien moins palpitant que nous le promet le résumé. 

 

Je me suis lancée dans cette lecture avec toute la curiosité qu’il est possible d’avoir. J’étais avide de découvrir l’univers créé par l’auteure et ainsi en apprendre davantage sur cette fameuse aile secrète de l’hôpital qu’était le secteur Y4. Malheureusement, l’envie d’en savoir plus s’est très vite envolée, laissant la place à l’ennui qui m’a tenaillée durant la quasi-totalité du roman. 

 

Le style d’écriture de l’auteure est lourd, l’histoire évolue trop lentement, et Cassie Alexander passe trop son temps à vouloir insérer des termes médicaux, voire des manipulations médicales dans son histoire pour donner un certain réalisme au récit, mais ça ne fonctionne pas et ça rend la lecture très lourde. Certes, dans la vraie vie elle est infirmière et elle veut transposer un peu de son vécu dans son livre, mais il y a un juste milieu qu’elle n’a malheureusement pas trouvé, il y a bien trop d’explications médicales qui n’apportent strictement rien au roman, et surtout qui s’étalent trop longtemps. 

 

Le personnage d’Eddie ne m’a pas inspiré la moindre sympathie. Bien que l’auteure prenne le temps nécessaire pour donner de la personnalité à son protagoniste principal, tout semble faux et surfait et je n’arrive absolument pas à m’identifier au personnage. L’auteure fait évoluer son histoire autour d’Eddie, la plaçant dans une situation délicate qui va l’amener à faire des recherches et à enquêter, transformant par la même occasion cette histoire bit-lit en une sorte de thriller mal ficelé. L’auteure essaye de donner du piquant en corsant l’enquête et en multipliant les pistes, mais malheureusement elle nous perd en route, et s’y perd également, car elle passe à une nouvelle piste alors que la précédente a tout juste été abordée… 

 

J’adore les Zombies, je les aime beaucoup beaucoup, j’arrive même à concevoir qu’un humain puisse avoir une romance avec un Zombie (exemple avec Warm Bodies), mais évidemment si le Zombie est vraiment immonde et qu’il ressemble davantage à de la viande hachée qu’à un humain, non merci… Et bien on dirait qu’on n’est pas d’accord sur ce point-là avec Cassie Alexander, car elle développe une romance très gore et morbide entre Eddie et un Zombie, et quand je vous dis que c’est gore, c’est que ça l’est, d’après les descriptions de l’auteure, je dois dire que j’avais plus envie de vomir durant les scènes de romance entre les deux personnages qu’être émue par leurs sentiments. Vous voyez Walking Dead ? Vous voyez Frankenstein ? Bah, le petit ami d’Eddie, c’est un peu un mélange des deux. Horrible, vous êtes d’accord ?

 

Au-delà des Zombies, vous vous doutez bien que l’histoire comporte également d’autres créatures, comme des Vampires, des Loups Garous, des Métamorphes, etc. Mais Cassie Alexander réinvente un peu tous les mythes pour les mettre à sa sauce, et je dois dire qu’il faut suivre… Je n’ai toujours pas cerné toutes les subtilités de sa mythologie, mais je reste convaincue que ça fait trop d’informations pour un seul livre, surtout quand l’auteure passe les 3/4 de son temps à nous parler vocabulaire d’infirmière au lieu de faire avancer son histoire.

 

Toute l’histoire de Emergency manque de crédibilité, l’auteure part bien trop loin dans les tréfonds de son imagination et ne nous embarque pas du tout avec elle, j’ai tellement de questions en suspens que je suis épuisée rien qu’à l’idée de les énumérer, il y a trop de flou, trop de zones d’ombres, trop de détails qu’elle a laissés de côté (par facilité ?), ce qui ne rend pas du tout son histoire accrocheuse. 

 

Je ne pense pas que je tenterai la lecture du deuxième tome, ce premier livre m’a littéralement épuisée, j’ai eu énormément de mal à le terminer et fort heureusement, j’ai lu d’autres romans en parallèle, sinon je crois que je serais devenue dingue. L’idée de base était bonne, il y a du potentiel dans cette histoire, mais l’auteure n’a pas choisi les bonnes directions et a clairement très mal orienté son récit. Je suis clairement déçue par ce roman, et ce n’est pas une lecture que je vous recommande évidemment, mais comme tous les goûts sont dans la nature, je vous invite à lire la chronique de Lucie qui contrebalance la mienne. 

 

Blogueuse et YouTubeuse, j’étais une sims dans une autre vie, je souhaite me réincarner en Zombie après ma mort. Actuellement ? Je travaille à Poudlard, oui je sais, c’est cool !
0 I like it
0 I don't like it

One Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *