Sept ans de désir - L'histoire qui a inspiré Crossfire

18/06/2014

historical,-tome-1---sept-ans-de-desir-338668 

Titre : Sept ans de désir

Auteur : Sylvia Day

Éditeur : J’ai lu

Prix : 14,00 €

Parution : 6 Novembre 2013

Nombre de page : 379

Genre : Érotique

Résumé : Il y a sept ans, à la veille de son mariage, Lady Jessica Sheffield a été témoin d’une scène licencieuse qu’une jeune demoiselle innocente n’aurait jamais pu imaginer. Choquée, et pourtant titillée, elle a gardé le silence sur le scandaleux Alistair Caulfield, et s’est tenue devant l’autel comme prévu le jour de ses noces. Mais après des années d’un mariage banal et serein, l’image de Caulfield est restée gravée dans son esprit, alimentant des rêves plus qu’illicites…

Alistair a fui la tentation que représentait cette jeune débutante, le feu de la passion brillant dans ses yeux… et cela l’a conduit jusqu’aux Indes orientales. Négociant prospère, il n’a presque plus rien du débauché qu’il était autrefois. Mais quand Jessica, devenue veuve, pose le pied sur son navire pour une traversée transatlantique, sept années de plaisirs enfouis ressurgissent avec force…

 

Si vous vous intéressez un peu à la littérature érotique, vous devez certainement connaitre Sylvia Day, auteur d’un grand nombre de romans du genre, on voit de plus en plus apparaître ses récits chez nos éditeurs français. Les plus connus sont ceux de la série Crossfire avec Eva et Gideon en personnages principaux. Sachez donc pour la petite anecdote que Crossfire est inspiré de Sept ans de désir. En effet, bien que ce dernier soit paru plus tard en France, il fut écrit et publié avant Crossfire aux États-Unis.

 

Aujourd’hui, je viens pour vous parler de Sept ans de désir de cet auteur paru en France aux éditions J’ai lu, il s’agit d’une romance érotique plutôt originale, puisque l’histoire se déroule dans une Angleterre Victorienne avec toutes les convenances et les mœurs typiques de cette époque, de quoi découvrir une autre facette de la littérature E.

 

Dans ce roman, on découvre Jessica & Alistair. Le jeune homme, bien qu’issu d’une bonne famille, est un débauché qui n’a que faire des mœurs et qui monnaie son corps auprès de femmes mariées en manque d’aventure, tandis que Jessica est tout son contraire. La veille de son mariage, Jessica est témoin d’une scène qui va lui faire prendre conscience de l’ampleur de ses désirs. Alors qu’elle sort dans les jardins cette nuit-là  pour se ressourcer, elle va surprendre Alistair en plein ébat avec Lady Trent, une femme mariée de la bonne société. Figée par ce dont elle est témoin, elle observe discrètement et ne peut se résoudre à s’en aller , surtout qu’Alistair l’a vue et la fixe du regard. Il va terminer sa petite affaire en gardant ses yeux rivés dans ceux de Jessica.  Cette scène va marquer à jamais la jeune femme, qui va développer un désir tabou pour le jeune homme que son mari ne pourra jamais assouvir.

 

Sept ans plus tard, le mari de Jessica rend son dernier soupir, cette dernière décide alors de se rendre en Jamaïque pour s’occuper de la plantation que son mari lui a léguée. Le destin l’amène à voyager sur un des bateaux d’Alistair, et la traversée ne sera pas aussi calme qu’elle aurait dû l’être.

 

Ce roman m’a particulièrement plu pour son originalité, je trouve que le contexte victorien donne une dynamique intéressante à l’histoire, et rend certains aspects érotiques encore plus intenses qu’a l’accoutumée. L’auteur a fait de nombreuses recherches et cela se ressent dans le style de l’écriture et dans les descriptions du décor, un véritable réalisme se dégage du roman, et c’est très agréable à lire.

 

J’ai apprécié  le personnage d’Alistair qui m’a touchée par ses démarches et ses réflexions, il n’est pas l’homme auquel on s’attendait au départ, il se révèle être un homme bon, fidèle, respectueux, voire même romantique. J’ai trouvé Jessica à côté un peu plus fade, mais c’est sa condition et son attachement aux mœurs qui veut ça, mais j’ai malgré tout eu de l’affection pour ce personnage qui se déride et devient plus intéressant une fois aux côtés du jeune homme.

 

Les deux personnages font preuve d’une véritable passion et d’un désir ardent qu’ils n’ont pu assouvir pendant sept ans, on ressent bien cette tension dans l’histoire même si on reste loin de l’intensité qu’on a pu découvrir avec Eva et Gideon dans la saga Crossfire du même auteur. Je trouve que les émotions sont néanmoins bien retranscrites et savamment dosées, il ne faut pas oublier que l’histoire ne se déroule pas à la même époque, et qu’il y avait plus de retenue à l’époque victorienne qu’on en a aujourd’hui.

 

On découvre également un récit parallèle avec Hester, la sœur de Jessica, qui vit un mariage plutôt compliqué et difficile. Cette double histoire qui se rejoint rythme agréablement bien le roman. Alors qu’Hester n’est pas heureuse dans son mariage, Michael, le beau frère de Jessica, est depuis toujours amoureux d’elle. Les événements qui vont survenir vont rapprocher ces deux personnages. Cette double histoire permet de rendre le roman plus dynamique, en effet, bien que les émois amoureux de Jessica & Alistair soient bien rythmés, s’il n’y avait eu que ça, je pense que l’histoire serait devenue un peu redondante et répétitive. Découvrir un autre scénario permet de faire évoluer le roman de façon bien plus fluide et agréable.

 

J’ai passé un bon moment de lecture, le roman se lit plutôt rapidement, et on  s’immerge sans difficulté dans l’univers victorien de l’histoire. En revanche, bien que la passion et le désir des personnages soient clairement présents, on reste assez loin de l’intensité à laquelle on a pu être habitué dans la saga Crossfire. Mais ne vous inquiétez pas, Sept ans de désir reste malgré tout un très bon roman du genre, qui mérite vraiment d’être lu, pour son originalité, et surtout pour le personnage d’Alistair qui mérite d’être découvert.

Blogueuse et YouTubeuse, j’étais une sims dans une autre vie, je souhaite me réincarner en Zombie après ma mort. Actuellement ? Je travaille à Poudlard, oui je sais, c’est cool !
0 I like it
0 I don't like it

One Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *