Jack et la Mécanique du Cœur – Une merveille cinématographique

04/07/2014

affiche.Jack-et-la-mecanique-du-coeur.54834

Titre : Jack et la Mécanique du Cœur 

Réalisateur : Stéphane Berla et Mathias Malzieu

Avec : Mathias Malzieu, Olivia Ruiz, Grand Corps Malade, Jean Rochefort, …

Genre : Animation

Durée : 1h30

Date de sortie : 5 février 2014

Synopsis : À Édimbourg, en 1874, Jack naît le jour le plus froid du monde et son cœur en reste gelé. La sage-femme le sauve en remplaçant son cœur affaibli par une horloge. Jack survivra à condition de ne pas éprouver d’émotions fortes : pas de colère et, surtout, ne pas tomber amoureux. Mais une femme à lunettes, petite chanteuse de rue, touchera le cœur de Jack qui se lancera dans une quête amoureuse qui le mènera d’Écosse jusqu’en Espagne.

 

 

Il y a quelques temps déjà, en me rendant au cinéma pour aller voir je ne sais plus quel film, j’ai découvert la bande annonce de « Jack et la Mécanique du Cœur », qui me faisait déjà énormément de l’œil depuis ce moment-là. Malheureusement, je n’ai pas eu l’occasion de me rendre au cinéma pour voir le film. Aujourd’hui, je le regrette amèrement car après l’avoir enfin vu, je n’ai qu’une seule chose à vous dire : ce film fut pour moi un réel coup de cœur

Ce n’est pas bien compliqué : en ce qui me concerne, ce film d’animation est ce qui se rapproche le plus de l’excellence du genre, et ce malgré le fait qu’il s’agisse d’une production française (oui, vous ne le savez peut-être pas encore mais je tiens en horreur la majorité du cinéma français, à quelques exceptions près). À mes yeux, « Jack et la Mécanique du Cœur » est largement à la hauteur des films d’animation les plus réussis de Tim Burton (dont je suis une grande fan), comme par exemple Les Noces Funèbres ou encore Frankenweenie (même s’il ne s’agit pas de la même technique puisque ces deux films de Tim Burton ont été réalisés via la technique du stop motion, alors que « Jack et la Mécanique du Cœur » a été tourné en images de synthèse). Laissez-moi vous expliquer pourquoi j’ai tant apprécié ce film, et encore, je pèse mes mots.

Tout d’abord, l’énorme et principal point fort de cette adaptation réside en l’existence même de Mathias Malzieu, qui est vraiment un artiste complet et à facettes multiples, encore plus dans le cas présent, puisqu’il endosse ici quatre fonctions, quatre « rôles », à savoir : réalisateur du film, auteur du livre à l’origine de l’adaptation, personne à l’origine du doublage de la voix du personnage principal et enfin compositeur de plusieurs chansons présentes dans le film. Grâce à « Jack et la Mécanique du Cœur », j’ai vraiment pu découvrir un artiste exceptionnel et accompli, voire même plus que ça, en la personne de Mathias Malzieu.

Mais la voix de Mathias Malzieu n’est pas la seule que l’on retrouve au générique. Sont également présents Olivia Ruiz (Miss Acacia), Grand Corps Malade (Joe) et Jean Rochefort (Georges Méliès). Ici encore, je ne suis pas une grande fan de musique française, et encore moins d’artistes comme Olivia Ruiz et Grand Corps Malade, mais en ce qui concerne le film, ça fonctionne bigrement bien, et je serais maintenant totalement incapable d’imaginer les personnages du film avec les voix de personnes autres que celles-ci. Par ailleurs, la bande originale du film est une petite merveille. Car pour moi, c’est clair et net : un film d’animation/un dessin animé sans chansons, c’est tout simplement impossible à envisager ! Il faut également savoir qu’un certain nombre de chansons présentes dans le film existaient déjà depuis 2007, puisqu’elles faisaient partie de l’album « La Mécanique du Cœur » du groupe Dionysos (dont Mathias Malzieu est le leader et chanteur). Il s’agit là d’un véritable tour de force, qu’une adaptation telle que celle-ci, 7 ans après la sortie des chansons originales, retranscrive aussi bien l’histoire et les émotions que faisaient passer ces chansons à la base.

En ce qui concerne l’aspect visuel du film, il est tout simplement à tomber par terre. Les personnages principaux (Jack et Miss Acacia) sont mignons en diable (oui, oui, je vous confirme que c’est bel et bien possible de tomber amoureux/amoureuse de personnages de dessins animés/films d’animation, j’en ai déjà fait les frais à de nombreuses reprises !). Même le grand méchant (Joe) a un côté bad boy vraiment sexy (oui, vous avez bien lu, je viens d’utiliser l’adjectif « sexy » pour décrire un personnage de film d’animation !). Je ne sais pas trop quoi vous dire d’autre à ce sujet car en réalité, il faut vraiment le voir pour le comprendre. Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire…

Enfin, j’en viens enfin à l’histoire en elle-même, qui est tellement belle que je vous avoue réellement peiner à mettre des mots sur mon ressenti. L’histoire toute entière constitue une métaphore magnifique et très triste à la fois, mais qui décrit tellement mieux la réalité que beaucoup d’autres histoires d’amour banales qui l’ont fait avant elle. C’est à la fois une ode au bonheur absolu et à l’amour impossible. Mathias Malzieu fait appel à toute l’imagination qui réside en nous, son récit comble notre âme d’enfant tout en déchirant notre âme d’adulte. Les deux personnages principaux m’ont également beaucoup marquée et touchée, de par leur fragile innocence et leur indicible détermination, tout à la fois.

Vous constaterez que je ne m’en suis toujours pas remise, bien que plusieurs jours se soient déjà écoulés depuis mon visionnage du film. Je n’ai plus qu’une chose à vous dire, si vous ne l’avez pas encore comprise en lisant cet article : lancez-vous corps et âme sans hésitation dans l’univers fabuleux de Mathias Malzieu et de « Jack et la Mécanique du Cœur », vous ne le regretterez pas une seule seconde, et surtout, vous n’en ressortirez pas indemne. 

Pour terminer, quelques mots sur le livre « La Mécanique du Cœur », le roman à partir duquel le film a été adapté. Que dire ? Le livre a été pour moi un coup de cœur encore plus important que le film. Même si l’histoire est « simple », le ton est parfois plus osé, plus adulte dans le livre (quand on voit apparaître des termes comme « cunnilingus » ou « coït », on comprend pourquoi ^^). On est ici aussi face à de nombreuses métaphores toutes plus attendrissantes les unes que les autres. Certaines scènes du film (par exemple le dénouement) diffèrent des faits présentés dans le livre, mais cela s’explique assez facilement : les modifications apportées ont pour but de simplifier les choses afin de cibler un public plus « enfantin », dirais-je. Cependant, cela ne rend absolument pas le film moins beau. La plume de Mathias Malzieu est merveilleuse, magique, exceptionnelle, je vous recommande grandement ce roman, ainsi que ses autres œuvres, sur lesquelles je compte me jeter dans peu de temps.  

Petite universitaire belge âgée de 24 ans, je passe plus de temps à lire, aller au cinéma et regarder des séries qu’à bosser mes cours. Egalement fan de Disney, je suis une enfant coincée dans un corps d’ado. Grande fan de l’art de Tim Burton et accro aux tatouages, j’aime tout ce qui sort de l’ordinaire. Je passe également les 3/4 de ma vie sur mon ordi, j’ai un petit tempérament de geek.
0 I like it
0 I don't like it

4 Comments

  1. J'ai hésité à le voir. Je vais me laisser tenter alors!

    • Je le recommande vraiment beaucoup ! :) Après on est tous différents, donc ce n'est pas forcément dit qu'il te plaira autant qu'il m'a plu ^^

  2. Je l'ai vu à sa sortie et comme toi, j'ai adoré! C'est un film riche en émotions et les graphismes sont tellement beaux, j'ai également pensé à du Tim Burton!
    En plus, contrairement à toi j'adore Olivia Ruiz, donc le fait qu'elle soit dans le film, c'était un grand plus pour moi!

  3. Ahhhh j'ai adoré ce film, je l'ai trouvé vraiment sympa et j'ai passé un bon moment :)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *