King's Game - Une écriture trop manga

06/08/2014

king-s-game-442300

Titre : King’s Game

Auteur : Nobuaki Kanazawa

Éditeur  : Lumen

Parution : 15 mai 2014

Prix : 15€

Nombre de pages : 374 pages

Genre : Action – Psychologie – Drame – Mystère – Vie d’école – Suspense

Résumé : Nobuaki est réveillé en pleine nuit par un étrange SMS qui met au défi deux de ses camarades de lycée de s’embrasser. Le mystérieux expéditeur du message prétend que la classe entière participe à un « King’s Game ». Jour après jour, les défis se succèdent, et les lycéens sont bien obligés de se rendre à l’évidence : ils ont 24 heures pour s’exécuter et la sanction en cas de désobéissance est la mort. Suicides ou meurtres ? Puissance occulte ou criminel de chair et de sang ? Où qu’elles soient, quoi qu’elles tentent pour s’échapper, la mort vient trouver ses jeunes victimes, infaillible. Le couperet se rapproche dangereusement de nos héros… Parviendront-ils à découvrir la vérité avant qu’il ne s’abatte ? 1 classe, 32 élèves, 24 heures pour obéir. Une seule sanction : la mort.

 

 

Il y a quelques temps, j’ai reçu en partenariat avec le blog le livre « Dualed » de Elsie Chapman aux éditions Lumen, que je n’avais pas vraiment apprécié (et dont vous pouvez retrouver la chronique ici). J’ai toutefois décidé de laisser une seconde chance à la maison d’édition et j’ai donc reçu, toujours en partenariat, un second roman des éditions Lumen, à savoir King’s Game. J’en avais moi-même fait la demande car le résumé m’avait vraiment mis l’eau à la bouche. Cependant, le « roman » n’a pas exactement été à la hauteur de mes espérances.

 

Je ne dirais pas de but en blanc que je n’ai pas aimé King’s Game, mais plutôt que j’ai trouvé cette lecture assez étrange. En effet, tout du long, j’ai eu un sentiment quelque peu désagréable, j’ai vraiment eu l’impression de lire un manga, voire même de « lire un animé ». Or, même si j’adore les mangas, pour moi c’est une chose totalement différente d’un roman, chacun devrait rester unique. Je pense que dans le cas présent, j’aurais pu apprécier davantage l’histoire si je l’avais lue sous forme de manga. Il faut savoir que le livre est bien un roman à la base, et qu’il a par la suite été adapté en manga, mais je pense que l’inverse aurait pu mieux fonctionner, du moins pour moi. C’est vraiment dommage, car le concept est vraiment super bien pensé, mais la mise en œuvre est vraiment à côté de la plaque. Même la narration n’a pas beaucoup de sens, je ne saurais pas dire avec certitude à quel type de narration j’ai eu affaire, un peu comme dans… Un manga ! De plus, c’est totalement aberrant qu’une maison d’édition publie un livre avec autant de fautes d’orthographe (j’en ai repéré une dès la première page), pour moi c’est totalement répréhensible. Sans avoir fait d’études sur le sujet, je pense que je ferais une bien meilleure relectrice/correctrice que ça !

 

En dehors de tout ça, j’ai beaucoup apprécié le récit, et ça se lit très vite car on est impatient de connaître le dénouement, j’ai vraiment eu un sentiment de frustration tout au long de ma lecture. Le seul point négatif que je pourrais relever concerne les personnages ; je ne me suis attachée à aucun d’entre eux, mais je crois qu’une fois de plus cela est dû à la manière dont l’auteur a rédigé le roman.

 

Je sais que j’ai très peu parlé de l’histoire, et je m’en excuse. C’est donc surtout la « forme » et non l’histoire en elle-même qui m’a posé problème. Je ne sais pas si ce sont les auteurs qui ne me conviennent pas, ou s’il s’agit de la maison d’édition. Et même si on dit jamais deux sans trois, je compte quand même me lancer dans un autre roman des éditions Lumen, à savoir Les Gardiens des Cités Perdues (que Mylène a chroniqué, vous pouvez retrouver son article ici). J’ai également l’intention de lire la suite de King’s Game, si suite il y a bien évidemment (mais au vu du dénouement du roman, il me semble quasi impossible que l’histoire en reste là).

Petite universitaire belge âgée de 24 ans, je passe plus de temps à lire, aller au cinéma et regarder des séries qu’à bosser mes cours. Egalement fan de Disney, je suis une enfant coincée dans un corps d’ado. Grande fan de l’art de Tim Burton et accro aux tatouages, j’aime tout ce qui sort de l’ordinaire. Je passe également les 3/4 de ma vie sur mon ordi, j’ai un petit tempérament de geek.
0 I like it
0 I don't like it

One Comment

  1. J'avais déjà vu une chronique comme ça où le lecteur n'avait pas aimé alors je pense pas que je vais caquer pour ce livre

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *