Nom de Code : Verity - Un roman poignant !

24/09/2014

Titre: Nom de Code: Verity

Auteur: Elizabeth Wein

Éditeur: Castelmore

Prix: 16,90€

Parution: 20 août 2014

Nombre de pages: 448

Genre: Fiction historique 

Résumé:  Je dirai toute la vérité. Je n’ai plus que deux semaines à vivre.

Après, vous m’exécuterez. Car la mort est le sort que les nazis réservent à leurs ennemis, n’est-ce pas ? Et j’ai été prise en flagrant délit d’espionnage… Je n’ai pas d’autre choix que de livrer tout ce que je sais. Je ferai tout, absolument tout pour éviter un nouvel interrogatoire du capitaine SS von Linden. Tout a commencé le jour où j’ai rencontré mon amie Maddie. C’est elle, le pilote qui m’a conduite jusqu’ici. Folles que nous étions, nous avons tenté d’envahir la France à nous deux. Nous formions alors une équipe du tonnerre.

 

 

Je ne remercierai jamais assez l’ami qui a mis cette petite merveille qu’est Nom de Code : Verity entre mes mains. C’est probablement une des lectures de 2014 qui m’a le plus marquée. Non seulement c’est bien écrit, mais l’histoire est absolument géniale. Elle est à la fois touchante, drôle et épique ! 

Histoire de contextualiser un peu, reprenons… Nom de Code : Verity raconte l’histoire d’une collabo durant la seconde guerre mondiale et histoire de corser un peu les choses, la demoiselle est proche de son exécution. Moi qui ne suis pas très fiction historique, j’ai eu de la chance puisque c’est une époque que je trouve très intéressante. Il n’est à mon sens pas nécessaire d’avoir plus d’informations pour débuter la lecture de ce livre. 

 

Le personnage principal, nous l’appellerons Queenie (sachant bien sur que personne ne porte ce prénom dans la vraie vie). Cette jeune écossaise insolente, intelligente, drôle et courageuse m’a fait passer par tous les stades émotionnels. Sa façon d’aborder sa situation désastreuse – parce que non, collabo ce n’est pas une bonne situation – est absolument ultime. Je ne m’attendais pas à trouver autant d’humour dans ses propos. Lorsqu’elle écrit une ordonnance à sa geôlière, j’ai simplement envisagé d’épouser l’auteure 6 fois. Ce n’est pas donné à tout le monde de dépeindre la nana la plus badass et la plus vulnérable du monde dans une même scène. 

 

Mais Nom de Code : Verity ce n’est pas qu’une histoire poignante sur une collabo durant la seconde guerre mondiale. C’est également une très belle histoire d’amitié. La meilleure amie de Queenie, Maddie, est magique. De leur rencontre jusqu’à leur larmoyante séparation, on ne peut cesser de les aimer. Le fait que ce soit l’amitié entre les deux jeunes femmes qui soit mise en avant et pas une quelconque amourette m’a fait un bien fou ! Le dénouement de leur aventure est d’une beauté cruelle et tragique.

 

Revenons un peu à notre chère Elizabeth Wein, cette femme possède un réel talent (au cas où vous ne l’auriez pas compris, je suis amoureuse). La narration est faite en trois temps, pas le procédé le plus simple qui soit à priori. Pourtant, il fonctionne à merveille. Les éléments se mettent en place au fur et à mesure. On comprend tout doucement ce qui se passe et en plus c’est joliment raconté avec des paroles lourdes de sens.

 

En somme, ce livre vous prend aux tripes et je le conseille vivement à tout le monde, vraiment. L’histoire est extrêmement émouvante mais rien de mièvre. Le lecteur suit vraiment l’évolution de Queenie et surtout pourquoi et comment elle en est arrivée là. De plus, il est extrêmement rafraîchissant d’avoir des héroïnes féminines dans ce contexte ! La guerre ce n’est pas qu’un truc de gros bras et on s’en rend rapidement compte au cours de cette lecture. Si vous décidez de prendre votre envol avec Maddie et Queenie, n’hésitez pas à partager vos réactions une fois le voyage terminé.

Parisienne d’adoption, geek dans l’âme, grande lectrice de fantasy et danseuse à mes heures perdues je speak english like a native. J’ai fait mes armes sur le tas, aux côtés d’April O’Neil, à défaut d’avoir reçu ma lettre d’admission à Poudlard. Je navigue entre les pages et les univers virtuels, à la recherche de réponses, convaincue que la vérité est ailleurs. Plus sérieusement, j’attends toujours de voir une certaine cabine téléphonique bleue atterrir en bas de mon immeuble.
0 I like it
0 I don't like it

2 Comments

  1. Ce livre me fait très envie mais j'ai une petite question ... Tu dis que Queenie est une "collabo" et d'après ce que j'ai compris elle est arrêtée par des nazis mais les collaborateurs ne sont-ils pas les gens qui collaborent justement avec les nazis et qui sont donc plutôt bien vus par ces derniers ? Je m'excuse par avance si j'ai mal compris le résumé ou ta critique ;)

    • Queenie dit d'elle qu'elle est collabo dans les premières pages du livre, je me suis contentée de reprendre ses termes :)
      J'étais moi même déroutée par cette usage, on comprend pas la suite... ;)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *