Eleanor Rigby : un projet original

27/11/2014

o-ELEANOR-RIGBY-900

Titre : The Disapperance Of Eleanor Rigby : Then/Her/Him

Réalisateur : Ned Benson

Avec : Jessica Chastain, James McAvoy, Isabelle Huppert…

Genre : Drame/Romance

Durée : Entre 1h30 et 2h00

Nationalité : Américain

Sortie : 1 Novembre en VOD

Synopsis : Eleanor aime Conor, et Conor aime Eleanor. Que se passe-t-il lorsqu’un couple vivant en parfaite harmonie se retrouve soudain confronté à un événement tragique? Les deux films composant The Disappearance of Eleanor Rigby racontent la même histoire d’amour, adoptant le point de vue de Conor dans Him et celui d’Eleanor dans Her, se renvoyant l’un à l’autre et s’emboîtant comme les pièces d’un puzzle.

 

 

 

 

Eleanor Rigby est ce genre de projet un peu fou qui retient votre attention dès le départ. Ce film est en effet très différent de ce qui a tendance à sortir au cinéma. Développé pour le cinéma, le film a néanmoins trouvé un axe de sortie plus simple et plus rapide via la VOD (Dispo sur Netflix et ses compères depuis le 1er Novembre). On assiste à travers trois points de vue différents à l’histoire d’un couple ; son début, ses drames, sa fin et les conséquences de celle-ci.

 

eleanor_rigby_l-934234247-large

 

Le plus difficile, avant même de commencer cette « expérience », est de choisir par quel film commencer ! J’ai été à ce qui me paraissait le plus logique et ai donc commencé par Them, qui compte l’histoire du couple de leurs deux points de vue. J’ai ensuite enchaîné avec Her, qui est du point de vue d’Eleanor et enfin Him, qui est du point de vue de Conor, son époux. Them correspond à peu près à 70% de Her et 30% de Him.
Ce découpage est à mon sens à double tranchant. D’une part, en 3 films, nous avons le temps de connaitre parfaitement des personnages et d’avoir leurs avis sur chaque situation qu’ils ont vécue en commun. La musique ou l’atmosphère changent que ce soit du point de vue d’Eleanor ou de celui de Conor. Seulement, si vous choisissez de voir ces 3 films, vous allez inévitablement retomber sur certaines scènes trois fois, ce qui à la longue peut être lassant. Néanmoins, ce format a un autre point fort : celui de vous faire découvrir sur chaque film des choses qui ne sont pas dans les autres. Une scène en plus, une musique différente et vous verrez alors tout un pan de l’histoire d’une manière différente.

L’histoire se focalise surtout sur Eleanor Rigby, prénommée ainsi à cause de la célèbre chanson des Beatles. Née d’un père psychologue et d’une mère musicienne française, Eleanor a eu une vie remplie et heureuse. Pourtant, les premières minutes du film (en tout cas Them et Her) s’ouvrent sur la tentative de suicide de la jeune femme. Déstabilisée, elle est prise en charge par sa famille, qui la recueille dans la maison de son enfance. Là-bas, elle y retrouve ses parents, ainsi que sa sœur et le jeune garçon de celle-ci. Eleanor va devoir se reconstruire, et cela va commencer par un changement radical : elle change de coiffure, décide de reprendre des cours, … Elle laisse derrière elle un mari, Conor, qui a beaucoup de mal à comprendre et à accepter la situation. Il essaye tant bien que mal de faire tourner son restaurant, mais tout a l’air de partir à l’eau. Un jour, un de ses amis lui dit avoir croisé Eleanor et il commence alors à la suivre…

 

(L-R) JESSICA CHASTAIN and JAMES MCAVOY star in THE DISAPPEARANCE OF ELEANOR RIGBY

 

Je ne peux pas trop en dire sur le pourquoi du comment Eleanor se retrouve dans cette situation, sinon je vous spoilerai toute la première moitié du film. On comprend vite qu’il s’est passé un drame dans la vie de l’ancien couple, mais l’explication dans les trois films n’arrive que plus tard. Entre temps, on se sera posé plein de questions. C’est là aussi une bonne initiative que de ne laisser aux spectateurs découvrir le drame que plus tard.
Le casting est assez impressionnant. Outre Jessica Chastain, qui a enchaîné pas mal de films ces dernières années et qui est toujours aussi lumineuse, on retrouve le caméléon qu’est James McAvoy. C’est l’atout principal de ce film. Car même si le film est centré principalement sur le personnage d’Eleanor, James McAvoy, qui sait jouer autant les méchants psychopathes que les adorables romantiques, a une palette qui sied parfaitement au personnage de Conor. Tantôt troublant, tantôt touchant, McAvoy jongle d’un registre à l’autre et fait vivre ce personnage au-delà de l’histoire d’Eleanor. On retrouvera aussi Viola Davis (La Couleur Des Sentiments) ainsi qu’Isabelle Huppert.

Au final, l’histoire qui m’aura le plus touchée reste Him. Le point de vue est d’autant plus touchant et fort si on a vu Her d’abord, c’est certain, mais on comprend beaucoup plus les sentiments qu’ont Eleanor et Conor dans le film Him.

Ce n’est pas l’histoire du siècle, mais le format et l’originalité du projet valent le détour. La bande son est plutôt pas mal et change selon les films, ce qui est d’autant plus sympathique. La fin ne s’arrête pas au même moment pour chaque film, il faut donc voir les trois pour comprendre la scène finale dans sa globalité. Je vous recommande donc cette histoire/ces films, si vous voulez voyager dans un New-York ensoleillé et nostalgique et voir ce que la vie, dans ce qu’elle a de plus beau et de plus horrible, nous réserve parfois.

Pauline, j’ai toujours voulu étudier à Poudlard, mais n’ayant jamais reçu ma lettre, je me suis contentée de vivre par procuration d’incroyables aventures à travers les livres, les films et séries tv. J’aime tout, de la sci-fi, aux comédies romantiques, en passant par les drames ou thrillers. Qu’importe le format ou la manière, le plus important est que l’histoire me touche.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *