Top & Flop 2014 au cinéma

11/01/2015

crédit de la critique hysterique

Voilà, l’année 2015 vient de commencer et il nous faut déjà faire le bilan de l’année passée. Nombre de bons films sont sortis en 2014 et je dois avouer que le choix a été difficile. J’ai essayé de vous faire un classement assez complet, mais le choix a été difficile à faire ! Vous le verrez, mon top se compose de films divers et variés, il y en a donc pour tous les goûts, avec plus de 80 films vus en salle cette année, il ne pouvait en être autrement. L’année dernière, c’était Cloud Atlas, Django Unchained, Alabama Monroe ou encore Il Était Temps qui arrivaient en tête de mon classement. Ce top est on ne peut plus subjectif, cela va sans dire. J’espère vous donner des idées. N’hésitez pas non plus à me dire quel est votre propre classement ciné de l’année 2014.

 

 

TOP 2014

 

218720.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx15 – Nos Étoiles Contraires : Le livre m’avait déjà beaucoup plu et j’avoue que j’avais un peu peur de voir le film. Mais le casting et la réalisation, le tout chapeauté de très près par l’auteur même, m’a vite fait oublier mes peurs. Le casting est à 90% la raison pour laquelle le film est une réussite ! Shailene Woodley et Ansel Elgort sont parfaits ! De plus, on a vraiment en face de nous une très très bonne adaptation, ce qui fait plaisir. A voir aussi pour la BO, l’humour et l’alchimie entre les acteurs !

 

 

21041568_2013091910085449.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx14 – 12 Years A Slave : Alexander McQueen sait surprendre. Oscar du meilleur film en février dernier, 12 Years A Slave, raconte l’histoire vraie d’un noir américain, libre, qui après s’être fait enlever va vivre pendant plus d’une décennie en tant qu’esclave. Bouleversant, le film nous montre la cruauté de l’homme comme rarement on peut la voir. Les prestations de Michael Fassbender, Lupita Nyong’o, Chiwetel Ejiofor ainsi que Paul Dano sont grandioses.

 

 

324219.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx13 – Boyhood : Boyhood raconte la vie d’un petit garçon, dont les parents ont divorcé, de l’enfance à la fin de l’adolescence. Rien de bien original à première vue. Excepté que le film a été tourné sur 12 années ! Chaque été pendant 12 ans, donc, le réalisateur et ses acteurs se sont retrouvés pour filmer la vie et les péripéties de cette famille. Vous ne trouverez pas de rebondissements à gogo, ni de secrets de famille, non. Ici, c’est simplement la vie, dans ce qu’elle a de plus beau et plus intéressant, et parfois déroutant, qui se déroule sous nos yeux. Le procédé, unique, nous permet d’y croire encore plus. Un beau film, qui saura vous séduire, à n’en pas douter !

 

 

575642.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx12 – X-Men : Days Of Future Past : Très clairement, je ne suis pas fan de la réalisation de Singer (sur tous les X-Men qu’il a réalisés). J’ai nettement une préférence pour le travail qu’a réalisé Matthew Vaughn sur First Class/Le Commencement. Néanmoins, la scène que j’ai le plus aimée cette année se passe dans ce film : Quicksilver qui se déplace à la vitesse lumière (au ralenti pour nous donc) : une beauté teintée d’humour ! Dommage que son personnage n’ait été que peu présent dans le film ! J’ai beaucoup aimé tout ce qui se passait dans le futur : la traque des X-Men. Les effets spéciaux étaient parfaits et le rythme à couper le souffle. Un bon film, malgré quelques longueurs. Et puis bon, James McCavoy et Michael Fassbender dans un même film, ça ne peut qu’être du bon.

 

 

405662.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx11 – Les Gardiens de la Galaxie : Chaque année, Marvel arrive à m’émerveiller avec ses films. Il est rare que je sois déçue par un de leurs films (on parle des Studios Marvel hein, pas des Sony par exemple…). 2015 s’annonce d’autant plus génial avec le deuxième volet ô combien attendu de The Avengers ! Les Gardiens de la Galaxie s’inscrit en marge de la phase Marvel des Avengers, ce qui donne ici un ton différent. L’humour, ce qui fait pour moi de Marvel les meilleurs du genre (je sens la foudre des fans de Nolan…) est en grande partie ce qui donne au film un côté bien particulier. Il va sans dire que le charme et l’humour de Chris Pratt ne sont pas étrangers au succès du film (ça fait du bien de le voir réussir après tant de petits rôles dans des séries : Everwood & Parks And Recreation). Une bonne dose d’humour donc, des personnages forts en caractère : Rackoon Rocket et Groot (♥♥♥)… Et si vous n’êtes pas encore convaincus, je rajouterais que la BO est démentielle (LA cassette des années 80 !), qu’il y a plein de références, que la danse de baby Groot à la fin vaut son pesant d’or.

 

287879.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx10 – Divergente/Hunger Games 3 : J’ai adoré la saga, mais comme à chaque adaptation de roman que j’adore, la peur m’a envahie. Grosse surprise donc quand je me suis rendu compte que le film était une excellente adaptation (ok mis à part Four/Quatre qui a genre 30 ans… mais bon heureusement Theo James est beau ahah). Le tout est rythmé par une bande son géniale et une brochette d’acteurs qui s’en donnent à cœur joie. Pour HG, je sais que beaucoup l’ont trouvé lent et sans « histoire », mais la réflexion sur la propagande et la manipulation pendant la guerre m’a complètement fascinée. Ce film nous prouve encore une fois que les adaptations YA ne sont pas que des films de romances ou de bagarres ! Bravo ! Et puis qui n’a pas eu « Coming To The Three » dans la tête pendant des jours ?!

 

 

21038196_20130909144813955.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx– La Vie Rêvée de Walter Mitty : Des réalisations de Ben Stiller, je ne connaissais que le loufoque Zoolander et le très bon et très drôle Tonnerre Sous les Tropiques. Alors, quand j’ai vu que ce même Ben Stiller avait écrit et réalisé un film plus profond, je n’ai pas hésité et j’ai bien fait. J’avais beaucoup aimé son rôle de dépressif dans Greenberg et je le savais donc capable de nous réaliser un beau film empreint de réalisme (même si l’imaginaire a une grande place ici). On voyage à travers des paysages grandioses et merveilleux. L’histoire m’a ravie et m’a donné envie de voyager et vivre différemment sans jamais arrêter de croire et d’essayer. De plus, on y retrouve Sean Penn en photographe baroudeur. Oui j’avoue, rien qu’avec cela M. Stiller m’avait déjà eue 😉

 

 

595346.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx8 – Magic In The Moonlight : Pour tout vous dire, je n’ai toujours pas vu Blue Jasmine (merci Cate B.), sorti l’année dernière, donc là-dessus je ne pourrais pas juger s’il est mieux ou pas. Ce que je sais, c’est que depuis Midnight In Paris (2011) et Match Point (2005), je n’avais pas ressenti un tel amour pour un film de Woody Allen ! Le duo Emma Stone/Colin Firth fonctionne à merveille. Les décors sont, comme à chaque fois avec M. Allen, magnifiques et enchanteurs. L’histoire est vraiment belle et comme le personnage de Colin Firth, on commence à douter de ce qui est réel ou pas. Un coup de maître en quelque sorte ! Chapeau l’artiste !

 

 

345974.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx7 – Whiplash : Une grosse claque. Voilà ce que j’ai ressenti en sortant de la salle de ciné. Premier film d’un jeune réalisateur franco-américain, le film a toutes ses chances aux Oscars, s’il est sélectionné. La musique est LE personnage principal du film : une musique profondément délicieuse pour nos oreilles, mais destructrice pour ceux qui la jouent. On suit donc Andrew, un jeune élève de première année d’une école réputée de New York, qui un jour se fait repérer par un célèbre musicien et prof. Il rejoint ainsi le Studio Band. Ce à quoi ne s’attendait pas Andrew, c’est la difficulté du caractère de son prof. Un prof qui joue avec ses élèves pour les voir tomber. Il les humilie, les traite de tous les noms, pour les « pousser » à leur maximum. *** qui veut y arriver va rentrer dans cette spirale infernale. La performance des acteurs est d’une incroyable richesse. Miles Teller  est tout aussi étonnant que dans The Spectacular Now. Il délivre une performance d’une justesse absolue, tant sur le plan visuel que musical (jouant dans la vraie vie de la batterie, il y a peu de coupage doublure). La BO est, elle aussi, fantastique. Difficile de réécouter de la musique « normale » après ça… A voir absolument, surtout pour la scène finale, qui vaut à elle seule tous les éloges !

 

239820.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx6 – The Grand Budapest Hotel : Chaque film de Wes Anderson est un petit événement à lui seul. Rien que le visuel (cet hôtel rose ♥) et l’esthétisme du film valent le coup ! Comme toujours, le casting vaut lui aussi le détour, et les références se feront nombreuses à qui saura les déchiffrer. C’est toujours autant loufoque que spirituel, autant drôle que touchant. Enfin, vous l’aurez compris, j’ai beaucoup aimé. Et puis osons le dire, heureusement qu’il existe encore de réels artistes comme cet homme, avec des projets originaux, pour nous rappeler en quoi le cinéma est un art tellement beau et majestueux.

 

 

508784.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx– Gone Girl : Chaque film de David Fincher est pour moi synonyme de claque visuelle. Millénium : les hommes qui n’aimaient pas les femmes, est dans le top 5 de mes films préférés (rien que le générique quoi !). Une chose que j’adore chez Fincher est sa façon de nous faire envie rien qu’avec les trailers de ses films. Chose incroyable, parfois je préfère même revoir la bande-annonce en boucle que le film (je sais, je suis bizarre). Pour Gone Girl, j’en attendais beaucoup, car ayant lu le livre j’avais une idée précise de ce que je voulais voir ou ne pas voir. Fincher a su condenser le début assez lent du livre et magnifier la seconde moitié pour rendre l’histoire encore plus folle. C’était aussi un régal de voir la réaction des gens dans la salle, moi qui ayant lu le livre, savait donc ce qui se tramait sous cette « simple » histoire de disparition. Bravo à Rosamund Pike qui vient de décrocher le rôle de *la plus grande psychopathe de l’univers* ! Quant à la polémique comme quoi ce film serait sexiste : huuum étant écrit par une femme à la base et de mon point de vue de femme là encore, je n’ai jamais perçu ni le livre ni le film comme tel…

 

014107.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx4 – Her : Spike Jonze est comme Wes Anderson, une sorte d’ovni qui vous sort un film, qui vous fait rêver et vous bouleverse à jamais. J’en conviens, le film est très particulier : un homme tombant amoureux de l’équivalent de Siri, ce n’est pas commun… C’est donc une histoire à laquelle on adhère complètement ou que l’on déteste aussi facilement. Par chance, j’en suis ressortie bouleversée. La vision de l’amour dans ce film n’est au final pas vraiment une question de relation entre un humain et une intelligence artificielle, mais plus d’amour « interdit » ou mal vu par la société et donc le regard des autres sur celui-ci. C’est en tout cas ce que j’ai ressenti en voyant le film. La poésie et la douceur de la réalisation valent vraiment le détour. Sans parler de la voix de Scarlett Johanson. Moi aussi je serais tombée amoureuse !

 

 

 

Voici donc mon Top 3 ! Chacun de ces trois films m’a bouleversée ou m’a rendue joyeuse.C’est le genre de film qui, quand vous sortez de la salle, vous laisse une emprunte au fer rouge sur votre cœur et esprit. Oui oui.

 

 

394697.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx3 – Pride : Le film m’avait attirée à la base surtout pour son incroyable casting. Bill Nighy, Imelda Staunton, Dominic West, Andrew Scott… oui rien que cela ! Pour tout dire, je crois que je n’avais même pas vu la bande annonce ! Tiré d’une histoire vraie, Pride est plus qu’un hymne à la tolérance et à l’amour, c’est un message que chaque école devrait montrer : ne pas avoir peur de l’autre, des jugements et de la différence. Le film se déroule pendant la grève des miniers sous l’ère Thatcher : c’est donc un film lourd de sens, au niveau historique, qui nous fait réfléchir à l’enfer que cette femme a fait vivre à une partie de sa population (ne mâchons pas nos mots, non !). Quoi qu’il en soit, j’ai rigolé, pleuré et plus encore devant ce film. A voir !

 

 

579120.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx2 – Mommy : On aime ou on n’aime pas Xavier Dolan (certains le trouveront prétentieux, mais bon à 25 ans et 5 films tous sélectionnés à Cannes, il y a de quoi être fier !), mais il est incontestable qu’il a un talent. Un talent rare, celui de faire vivre ses personnages sans même avoir besoin de les faire parler. Pourtant, Dolan a un don pour les belles phrases : il n’y a qu’à écouter son discours à Cannes cette année : une ode à la jeunesse et à l’avenir ! Son film est d’autant plus fort que sa réalisation est soignée : cadrage carré, plans habillement recherchés. On sent que le jeune réalisateur ne laisse rien au hasard. La bande-son est juste d’une incroyable intensité. Cette scène sur « On ne change pas » de Céline Dion est la perfection. Sans parler de la scène des skate avec l’ouverture du cadre sur « Wonderwall » d’Oasis, ou encore la scène finale sur « Born To Die » de Lana Del Rey… A voir autant pour l’histoire que pour tout le reste !

 

 

345859.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx1 – New York Melody : Je dois sûrement être une des seules à l’avoir mis en première position, mais j’en suis fière ! Au départ, Begin Again, de son titre anglophone (ah, cette manie de changer les titres anglais en nouveau titre en anglais moins bien…), est le second film de John Carney, qui en 2005 avait fait sensation avec son petit film indé : Once. Once, qui se passait à Dublin, était une ode à la vie et la musique (d’ailleurs adapté en Musicale à Broadway, rien que cela !). John Carney reprend ici les ingrédients qui ont fait du premier un succès, en se tournant néanmoins un peu plus vers Hollywood. Comme ça, très clairement ça faisait peur. Les sirènes d’Hollywood ne sont pas toujours de meilleure augure ! Pourtant, Carney a su trouver en Hollywood une force pour monter son projet, et a réussi à imposer sa vision, ce qui est rare. Le film est bien entendu plus formaté pour Hollywood que son prédécesseur, mais cela n’enlève rien au charme de son histoire. D’une part, le casting vaut vraiment le coup d’œil : Keira Knightley, Mark Ruffalo, Hailee Steinfeld, Adam Levine, Ceelo Green… La bande son est évidemment une des parties les plus importantes du film. Et comment vous dire que je suis toujours autant obsédée par « Lone Star » (les trois versions) 6 mois après ?! D’une, Keira Knightley a une voix fragile mais tellement sublime. Son sourire vous enchantera tout autant que sa voix ! De deux, même si vous n’aimez pas Maroon 5, je pense que l’autodérision et surtout l’auto-critique d’Adam Levine ne pourront pas vous laisser de marbre (excepté sa barbe…). En plus d’une ode à la musique (les références !), le film est aussi une déclaration d’amour aux comédies romantiques et à la ville de New-York ! Pour avoir été à New-York quelques jours avant de voir le film, je peux vous dire que la ville est réellement comme dans le film, c’est d’autant plus touchant que John Carney n’essaye pas de vous vendre du faux. J’aime vraiment cette idée. Je pourrais vous parler des heures de certaines scènes, de la musique, de tout quoi, mais si je ne devais vous dire qu’une chose ce serait : REGARDEZ-LE !

 

Films bonus ne figurant pas dans ce top : God Help The Girl, Respire, What If, How I Live Now, States Of Grace, Veronica Mars Movie, Night Call, I Wish I Was Here, les Combattants, Snowpiercer, Only Lovers Left Alive, The Edge Of Tomorrow …

 

 

FLOP 2014

Que serait son Top sans son Flop : quelques films qui n’auront pas su me convaincre, loin de là…L’année dernière se trouvait dans ce flop Man Of Steel (terrible déception et désillusion !) ainsi que Only God Forgives (la même).

 

047909.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx5 – Dracula Untold : La genèse de Dracula version Hollywood. Nope. Nope, et encore nope ! Autant vous dire de suite qu’à part voir Luke Evans torse nu, le film n’a aucun intérêt. Ne me demandez même pas pourquoi je suis allée voir ça, je ne me souviens même plus ahah.

 

 

 

21039255_2013091307183507.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx4 – Robocop : Ça sentait le flop à plein nez, mais bon que voulez-vous, j’étais fan de ce flic robot quand j’étais jeune alors bon… Là encore, c’est le casting qui a motivé ma présence dans la salle. Joel Kinnaman, Gary Oldman, Michael Keaton et Abby Cornish ! Autant vous dire que ça envoyait du lourd. Néanmoins, un film peut avoir le meilleur casting au monde mais sans scénario…

 

 

 

258236.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx– Le Septième Fils : Première chose : je n’ai pas lu l’Epouvanteur, donc je ne jugerai pas par rapport aux livres. Néanmoins, je peux dire sans trop me tromper que ce film est une très mauvaise adaptation ! Au début de l’annonce du projet, on parlait en effet d’une adaptation pure et dure des romans. Revirement de situation, sur les affiches il était seulement mentionné que le film était « inspiré » par la saga littéraire… Cela voulait tout dire et même le distributeur français avait compris le flop à venir ! Là encore, le casting est excellent, mais ces acteurs qui sont géniaux dans leurs autres films sont ici mauvais au possible. Ne parlons même pas des effets spéciaux et de la réalisation plus que douteuse…

 

 

096867.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx2 – Noé : Comment vous dire à quel point j’ai détesté ce film ? Déjà, je me demande comment Darren Aronosky a pu réaliser un tel film. Passer de Black Swan à ça, comment est-ce possible ? Le casting était vraiment intéressant et j’avais vraiment envie de voir Emma Watson dans un autre univers que Harry Potter (j’ai vu tous les films dans lesquels elle a joué, mais j’avais vraiment envie de la voir dans quelque chose de différent). Noé se penche sur une histoire plus que connue de la Bible. Sauf que ce n’est clairement pas l’histoire du gentil monsieur qui sauve des animaux dans son arche qui nous est contée ici. Le film est sombre, ce qui aurait été une bonne chose si celui-ci n’avait pas sombré (c’est le cas de le dire) dans une histoire horrible. Certains thèmes abordés m’ont vraiment mise mal à l’aise. Le comportement de Noé ou d’un de ses fils, Ham, m’a assez choquée. Je ne blablaterai pas plus là-dessus mais sachez que ce film ne vaut absolument pas le coup, surtout si vous êtes fan de la liberté d’expression que Darren A. a dans ses autres films…

 

 

120845.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx1-Pompéi : Si je devais mettre une note à ce film ce serait 0.5/5. Le 0.5 ne serait seulement là que pour les abdos de Kit Arrington. Sinon fuyez. Loin. Très loin. Histoire sans fond, acteurs pas terribles, effets spéciaux horribles, ne parlons même pas du manque de moyens (coucou les tatouages de Kit A. que le maquilleur n’avait pas les moyens de camoufler…). Vous l’aurez compris, à éviter à tout prix !

 

 

 

 

 

Pauline, j’ai toujours voulu étudier à Poudlard, mais n’ayant jamais reçu ma lettre, je me suis contentée de vivre par procuration d’incroyables aventures à travers les livres, les films et séries tv. J’aime tout, de la sci-fi, aux comédies romantiques, en passant par les drames ou thrillers. Qu’importe le format ou la manière, le plus important est que l’histoire me touche.
0 I like it
0 I don't like it

9 Comments

  1. Ah, dommage !! Moi j'avais bien aimé Pompeii et Noé ! :)

  2. Je ne suis pas très films mais pourtant j'aime beaucoup ce bel article! Je n'ai vu que peu de films que tu cites mais il y en a plusieurs qui sont dans ma liste de ceux à voir très prochainement ! :D

    • Merci :) Cet article a aussi pour vocation de donner des idées donc je suis contente que cela fonctionne.

  3. je suis tellement tellement daccord pour les flop !! A part le 7e fils que je n'ai pas vu, j'aurais pu rédiger les mêmes avis !

  4. Ton article est vraiment excellent ! Je suis tout à fait d'accord avec ton classement, même si j'aurai rajouté quelques films, comme "Hunger games" par exemple :)
    Par contre, je trouve que Noé ne mérite pas ce si dur jugement ^^Juste pour la prestation de Emma Watson, qui est, notamment à la fin, bouleversante !

    En tout cas encore bravo pour ce magnifique article ! :)

    • J'ai mis Hunger Games avec Divergente :) (tout aussi excellent, mais bon comme je devais me limiter à 15 films c'était plus simple de les mettre ensemble).

      Pour Noé, je ne pense pas que ce soit le pire film réalisé cette année. Néanmoins, j'ai vu beaucoup de chose qui m'ont choquée. Pour moi l'histoire de Noé c'était une histoire d'espoir et de survie face aux comportements de l'Homme. Or, ici, Noé et son fils Ham par exemple ne valent pas mieux que les autres Hommes en l’occurrence. J'ai trouvé le message très maladroit.
      Certaines scènes comme les paysages qui défilent très vite sont sublimes, mais le fond rend le tout mauvais à mon égard :)
      Emma est très bien dedans, là dessus je suis d'accord.

  5. Pour mon top j'ai que 2 films : Mommy qui est en première position (l'énoooooooooooorme coup de coeur) et Interstellar qui m'a ébloui.

    C'est les deux seuls films qui m'ont réellement marqué cette année

    • Au vu de ce top, malheureusement on peut voir que j'ai eu plus qu'un coup de coeur. Pour moi ça n'a pas été facile de trancher, tu as donc de la chance d'en avoir aimé que deux ;-)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *