Cendrillon - Magnifique mais trop prévisible !

27/03/2015

affiche.Cendrillon.59225

Titre : Cendrillon

Réalisateur : Kenneth Branagh

Acteurs : Lily James, Richard Madden, Cate Blanchett, Helena Bonham Carter…

Genre : Comédie/ Romance

Date Sortie : 25 Mars 2015

Synopsis : Cendrillon, une jeune fille dont le père est parti, vit au service de sa belle-mère et de ses deux méchantes demi-sœurs. Malheureuse et seule, cette belle demoiselle finira par rencontrer un destin merveilleux et plein de magie.

 

 

 

 

 

 

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=JilNFyYmnq0&w=560&h=315]

 

Préambule : Le film, au cinéma, est devancé par le court-métrage de la Reine des Neiges, « Une fête givrée ». On y retrouve Elsa qui prépare un somptueux anniversaire pour sa sœur Ana. Un court-métrage bien sympathique, en attendant le deuxième film qui vient d’entrer en préparation.

 

photo.Cendrillon.169335

 

Kenneth Branagh, acteur et réalisateur du premier Thor et de The Ryan Initiative l’année dernière, nous revient cette année dans un genre qu’il n’avait jamais osé : l’adaptation live du conte Disney : Cendrillon.

 

Dès le départ du projet, on sent que les choses seront grandioses. Comment pourrait-il en être autrement quand on parle du mastodonte qu’est Disney ? La firme a mis les moyens, fort de Maléfique, autre adaptation live avec Angelina Jolie, sortie l’an dernier et qui avait cartonné au box-office mondial. Doté d’un casting plus que prestigieux, cette nouvelle adaptation partait sur de bonnes bases …

 

Pourtant, je suis loin d’avoir été convaincue par cette nouvelle version live. L’idée qui faisait que Maléfique m’avait beaucoup plu, était que le film changeait quelque peu « l’histoire » pour la rendre plus moderne et inédite. Malheureusement, ici c’est loin d’être le cas. L’équipe a fait le choix de copier l’intrigue du Disney original, en y intégrant quelques nouveautés, mais en gardant à 90% l’intrigue de base. Un choix que je n’ai pas trouvé pertinent. Le film d’animation de 1950 collait plus ou moins aux mœurs en rigueur de l’époque. Or, transposer ces mêmes mœurs et thèmes au 21ème siècle est une grave erreur de jugement.

 

photo.Cendrillon.169386

 

Ces dernières années, Disney a multiplié les projets grandioses et prestigieux, entre l’univers Marvel, celui de Star Wars bientôt et le succès de La Reine des Neiges et Les Nouveaux Héros, la firme sait créer l’événement. On remarque que les derniers films de « princesses », genre le plus connu en animation chez Disney, a pas mal évolué lui aussi. Les princesses sont devenues des jeunes filles fortes et courageuses. Elles sont dynamiques et outrageusement modernes. Merida dans Rebelle ou Elsa dans la Reine des Neiges en sont l’exemple : elles n’attendent pas après le Prince Charmant et ont du pouvoir, autant qu’en aurait un homme. Excepté qu’ici, Cendrillon n’a que pour seul objectif d’être gentille et aimante. Quand elle croise le chemin de Kit (alias le Prince qui se tait sur son titre), la jeune fille tombe immédiatement amoureuse. Ce qui est bien, c’est qu’elle se fout qu’il soit Prince ou apprenti, mais bon dès qu’elle va arriver au château, ça va vite changer. Alors je ne sais pas si c’est le jeu de Lily James ou le charisme qu’elle voulait donner à Cendrillon, mais j’ai trouvé qu’elle avait beaucoup trop de mimiques, qui ne la rendaient vraiment pas crédible en « simple » roturière.

 

C’est bien là le problème, car dans mes souvenirs, la Cendrillon de 1950 n’en faisait pas autant. Au lieu d’arriver simplement, certes dans une robe de princesse mais quand même, la Cendrillon du film surjoue ce moment. Elle parait au final très prétentieuse et fait perdre la sympathie qu’on a pour le personnage, dû à l’enfer qu’elle vivait.

 

photo.Cendrillon.169378

 

Contre toute attente, j’ai beaucoup aimé la marâtre jouée par Cate Blanchett, dont je ne suis pas très fan à la base, mais qui est parfaite dans le rôle de cette femme froide et mesquine. Ses filles donnent au film une petite dose d’humour non négligée. Pour ce qui est du Prince, très franchement pour ce qu’on en voit, je ne saurais trop me prononcer. La rencontre entre Cendrillon, de son véritable prénom Ella, et le Prince montre un coup de foudre réciproque, mais sans trop en savoir plus sur l’autre, c’est comme si personne d’autre n’existait à leurs yeux. Ils ne se connaissent pas, mais le Prince veut l’épouser. Le Prince est proche de son père et parle quelques fois de son futur avenir en tant que Roi, mais je pense qu’il aurait été intéressant d’approfondir le fond. Sans cela, le Prince parait vraiment fade et cela malgré ses dents extra bright et son brushing impeccable !

 

photo.Cendrillon.169315

 

Le gros point fort du film reste les décors et costumes, qui sont à mon sens le seul et unique intérêt du film. La réalisation correcte mais sans plus. La maison d’Ella est décorée à merveille et on ne peut que remarquer l’extraordinaire travail qui a été accompli par les designers ! Il en va de même pour les costumes : les robes sont vraiment travaillées et épousent vraiment le caractère des personnages qui les portent. Même si je reste un peu (beaucoup) sceptique face aux tailles (parfois même retouchées) des robes dans le film : surtout celle d’Ella au bal, qui a mon sens envoie un très mauvais message aux jeunes filles quant aux proportions réalistes du corps. Pour ce qui est des effets spéciaux, on remarquera l’incroyable travail fait sur le château du Prince, mais moins sur les souris de Cendrillon.

 

photo.Cendrillon.169342

 

Au final je ne recommande le film qu’aux fans de Disney qui n’attendent pas plus qu’un copier-coller du film animé de 1950. 

0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *