Les Piliers de la Terre - Un coup de coeur inattendu

08/06/2015

 Titre : Les Piliers de la Terre

Auteur : Ken Follett

Editeur : Le livre de poche

Parution : Première parution en 1990

Prix : 11,20€

Genre : Roman historique

Résumé : Dans l’Angleterre du XIIe siècle ravagée par la guerre et la famine, des êtres luttent pour s’assurer le pouvoir, la gloire, la sainteté, l’amour, ou simplement de quoi survivre. Les batailles sont féroces, les hasards prodigieux, la nature cruelle. Les fresques se peignent à coups d’épée, les destins se taillent à coups de hache et les cathédrales se bâtissent à coups de miracles… et de saintes ruses. La haine règne, mais l’amour aussi, malmené constamment, blessé parfois, mais vainqueur enfin quand un Dieu, à la vérité souvent trop distrait, consent à se laisser toucher par la foi des hommes.

 

 

 

 

 

J’avais beaucoup entendu parler des piliers de la terre. Tout ceux qui l’avaient lu le conseillaient fortement, mais deux choses s’opposaient à ma lecture : mon esprit de contradiction, qui veut que plus on me pousse à lire quelque chose, moins j’ai envie de le lire, et le fait qu’il s’agisse d’un roman sur fond historique. J’ai parfois un peu de mal à sortir de ma zone de confort SF/Fantasy, mais je me soigne. La preuve ! Lorsque j’ai trouvé Les piliers de la Terre dans une bouquinerie, je n’ai pas attendu bien longtemps avant de commencer à le lire.

 

Le prologue nous plonge en 1123, et nous rend témoins de la pendaison d’un jeune homme. Une jeune femme enceinte, probablement sa compagne, quitte les lieux en maudissant les bourreaux, ce qui déclenche chez eux une peur irrationnelle.

 

L’histoire commence alors, et nous permet de suivre la vie de Tom le bâtisseur, de sa femme et de ses enfants. Tom perd son travail lorsqu’un jeune noble se fait éconduire par la femme qu’il devait épouser, et il se retrouve sur les routes, avec sa famille, espérant trouver n’importe quel travail afin de pouvoir subvenir à leurs besoins, mais espérant secrètement pouvoir prendre part au chantier de construction d’une cathédrale.

 

Leur chemin va croiser celui du prieur Philip, ainsi que celui d’Ellen, une étrange femme aux yeux dorés qui vit dans la forêt avec son fils Jack. En raconter plus gâcherait votre lecture, tant l’histoire est riche en péripéties, mais aussi en détails historiques. Mine de rien, on en apprend plus sur l’histoire de cette époque, ainsi que sur les méthodes de construction des cathédrales. Cette plongée dans le passé, accompagnée d’intrigues et de tensions entre l’Eglise et les rois successifs, est à la fois passionnante et addictive. Moi qui suis habituée à lire plusieurs livres en parallèle, j’ai mis toutes mes autres lectures sur “pause” pour pouvoir lire ce livre d’une traite.

 

Pour ceux qui connaissent Ken Follett via ses autres œuvres, attendez-vous à une surprise : on est bien loin de son style habituel ! Mais ce changement de genre est parfaitement maîtrisé, et le pari est réussi : ce livre a été pour moi un véritable coup de cœur.

 

 

Etudiante de 24 ans, j’ai grandi au milieu des livres, et je me perds régulièrement dans des univers de science-fiction ou de fantasy. Accrochée à mon ordi, je suis aussi accro aux séries TV, et à quelques jeux vidéo.
0 I like it
0 I don't like it

2 Comments

  1. Hello
    Si tu as aimé les piliers de la terre, essaye la suite qui est très bien aussi :) Autre "saga" de ken follet qui est très chouette, c'est la chute des géants. Une bonne petite plongée dans l'histoire du 20ème siècle !
    bises

  2. Un monde sans fin est encore mieux :) et l'adaptation en série est vraiment réussie!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *