L’année solitaire – Plongée dans la vraie vie des ados

05/07/2015

Titre : L’année solitaire

Auteur : Alice Oseman

Editeur : Nathan

Prix : 16,90€

Parution : 14 mai 2015

Nombre de pages : 405 pages

Genre : Young Adult

Résumé : On est censés vivre la plus belle période de notre vie. On est jeunes, on est en train de décider de notre avenir (c’est en tout cas ce qu’on nous répète), on a des amis. Mais en fait, tous, on attend que quelque chose change. Becky, ma meilleure amie avec qui je rigole de moins en moins. Lucas, qui réapparaît dans ma vie après toutes ces années. Mon frère Charlie, la plus belle personne que je connaisse. Michael Holden, avec son sourire trop grand. Et moi, la fille la plus misanthrope et pessimiste du lycée. On attend tous que quelque chose change.

 

 

 

 

Il y a quelques temps, nous avons eu l’occasion de recevoir des romans de la part des éditions Nathan (que je tiens à remercier, d’ailleurs). Mon choix s’est personnellement porté sur L’année solitaire d’Alice Oseman, et ce pour deux raisons : le résumé, qui restait assez vague mais en même temps très intriguant, et le fait que l’auteur n’avait que 18 ans au moment où elle a écrit cette histoire. Au final, j’ai passé un très bon moment de lecture même si L’année solitaire n’est pas un coup de cœur.

 

Dans L’année solitaire, nous suivons Tori (Victoria) Spring dans sa vie de tous les jours, et plus particulièrement sa vie au lycée pour filles de Higgs, où elle semble être à l’opposé de tous ses compatriotes, de par sa personnalité atypique. Il ne se passe pas grand chose pour elle, jusqu’à ce qu’elle rencontre Michael Holden, que son meilleur ami d’enfance, Lucas, refasse surface et qu’elle tombe sur un site web du nom de Solitaire.co.uk dans des circonstances pour le moins singulières…

 

Comment vous dire ? Dès les premières pages, j’ai su que j’allais aimer ce livre. Déjà, de par son nombre impressionnant de superbes références à des personnes et des univers que j’affectionne plus que tout. Citons entre autres Harry Potter, Star Wars, Sherlock Holmes (et pas n’importe lequel, la version BBC avec Benedict Cumberbatch, s’il vous plaît !!), Disney, Bruno Mars, Hunger Games, … Et même si parfois ce ne sont que des petits détails jetés au passage, pour moi c’est super important car ce sont les détails qui font les coups de cœur.

 

Ensuite, Tori, le personnage principal, c’est carrément moi. En dehors de certains points de sa personnalité, je vous jure que l’héroïne de ce livre, ça aurait très bien pu être moi. Elle est très pessimiste, a peu d’amis et des avis bien tranchés et qui sont souvent en contradiction avec l’avis du plus grand nombre. Beaucoup des réflexions qu’elle se fait auraient pu sortir directement de mon esprit. Extraits choisis :

 

« Il ne leur vient pas à l’idée de psychanalyser les scénaristes des films de massacres à la tronçonneuse, qui sont probablement tous de dangereux psychopathes. »

 

« Elles ont toujours l’air contentes. Je les déteste un peu pour ça. Le fait est que je déteste beaucoup de choses. »

 

« Mon ordi, c’est mon âme sœur. »

 

Mais les autres personnages tiennent aussi des rôles très importants dans l’histoire. J’ai également beaucoup aimé Charlie (pour sa personnalité et sa fragilité) et Michael, mais Lucas beaucoup moins. Au final, ce qui est surtout important, c’est que tous les personnages présents dans le roman, on pourrait très bien les croiser n’importe quel jour en rue. Ils sont parfois un peu stéréotypés, mais cela nous permet de nous identifier à eux plus facilement. Ils sont souvent marrants, mais on a aussi parfois envie de les gifler !

 

L’histoire en elle-même a un ton très sombre, et on pourrait même dire que certains questionnements des personnages sont presque philosophiques. L’histoire ne tourne absolument pas autour d’une romance, et pour un livre YA, c’est quand même un grand bol d’air frais ! Le titre du livre colle autant au site web Solitaire.co.uk qu’à la façon dont se déroule l’année scolaire de Victoria.

 

On ressent très, très fort que l’auteur est jeune et surtout qu’elle s’est beaucoup inspirée de Tumblr pour écrire son roman. Pour les utilisateurs de ce site, c’est flagrant dès le début de l’histoire, et tout au long de la première partie du roman. Le fait que l’auteur soit très jeune rend le récit encore plus authentique, car on ressent dans son écriture qu’elle sait clairement de quoi elle parle.

 

Au final, ce qui a freiné mon enthousiasme par rapport à cette lecture, c’est la seconde partie du livre. C’est vrai que le livre est assez « négatif » du début à la fin, mais j’ai vraiment trouvé la seconde partie très déprimante. Je pense que cela était voulu par l’auteur, mais j’ai malheureusement beaucoup moins accroché à cette seconde partie (d’ailleurs, les références en sont quasi absentes).

 

Pour finir, je dirais que je suis quelqu’un de très pessimiste, et ce livre l’est également en grande partie, c’est pour ça que je l’ai beaucoup apprécié. Mais si vous cherchez une histoire banale où tout est rose, je vous le dis, passez votre chemin, car vous n’y trouverez pas votre bonheur !

0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *