Red Queen – Une dystopie aux couleurs rouge et argent

10/09/2015

Titre : Red Queen

Auteur : Victoria Aveyard

Editeur : Editions du Masque (collection MSK)

Prix : 18 €

Parution : 11 mars 2015

Nombre de pages : 444 pages

Genre : Dystopie, Young Adult

Résumé : « Notre armée se lèvera, aussi rouge que l’aube. » Mare Barrow, une Rouge de dis-sept ans, passe ses journées à voler pour subvenir aux besoins de sa famille, jusqu’au jour où elle se découvre un pouvoir extraordinaire digne d’un Argent, et même d’un prince Argent. Dans la prison dorée du palais d’Archeon, elle apprend la duplicité pour tenter de renverser le couple royal et libérer ses semblables…

 

 

 

 

 

 

Est-ce encore nécessaire de présenter Red Queen sur la blogo ? On en a tellement parlé que je pense que ce n’est plus la peine. Dans l’ensemble, le livre était très encensé par la critique. Pour ma part, c’est uniquement la couverture qui m’a fait craquer et m’a totalement donné envie de découvrir cette histoire sans même lire son résumé. J’ai donc sauté sur l’occasion lorsque j’ai pu le recevoir gratuitement des éditions du Masque (collection MSK), que je tiens vraiment à remercier. Dans l’ensemble, j’ai passé un très bon moment de lecture !

 

L’intrigue de Red Queen prend place dans un univers dystopique, où les castes inférieures et supérieures sont déterminées par la couleur du sang : rouge pour les premières, argent pour les secondes. Mais ce n’est pas tout : en plus de la couleur argentée de leur sang, les Argents possèdent tous, sans exception, des pouvoirs (télépathie, téléportation, maîtrise de l’eau, du feu, etc.). Dans cet univers où les Rouges sont traités comme des moins que rien, nous faisons connaissance avec Mare, qui se retrouve malgré elle propulsée à la cour royale lorsqu’elle se découvre un pouvoir, et ce en dépit de la couleur du sang qui coule dans ses veines…

 

Au début de ma lecture, je vous avoue que j’ai eu très peur parce qu’au vu des premières pages, et étant donné que je n’avais pas lu le résumé, j’avais l’impression d’avoir ouvert un livre de fantasy ! Moi qui n’apprécie pas du tout ce genre littéraire, c’était bien ma veine… Heureusement, cette impression s’est très vite dissipée et je me suis retrouvée face à une énième dystopie. J’aime beaucoup ce genre littéraire, que j’ai découvert avec Hunger Games, mais il y a toujours davantage de romans dystopiques qui fleurissent, et il est donc difficile pour les auteurs de trouver quoi faire pour que leur histoire sorte du lot.

 

Au vu de la couverture du livre, je m’attendais à lire une histoire dont l’héroïne serait une reine vampire, quelque peu à la manière de la trilogie « Humaine » de Rebecca Maizel. Cependant, ce n’est pas du tout à cela que faisait référence la couverture, et je me suis retrouvée dans une histoire mêlant à la fois Delirium et Uglies (pour le début, la mise en place de l’histoire), La Sélection (pour tout le côté royal) ou encore Hunger Games (pour un personnage en particulier). Ce mélange a fait que je me suis sentie à la fois « confortable » durant ma lecture car j’étais en terrain connu, mais malheureusement parfois aussi un peu déçue du manque d’originalité.

 

J’ai eu une sensation étrange en lisant Red Queen, je m’explique. Etant habituée aux dystopies, je sais que de manière générale elles suivent un schéma de base plutôt similaire (surtout en ce qui concerne les trilogies), à savoir : le premier tome pour poser les bases de l’histoire, le second pour la mise en place d’une éventuelle rébellion, et enfin le troisième pour l’apogée de la rébellion et le dénouement de l’histoire. Or, dans Red Queen, j’ai eu l’impression de lire les deux premiers tomes d’une trilogie tellement il se passe de choses dans ce premier tome, et ce n’est pas pour me déplaire car grâce à ça, je n’ai pas eu le temps de m’ennuyer ! Cependant, je regrette tout de même un peu que l’auteur n’ait pas pris plus de temps pour poser les bases de l’histoire.

 

Le côté fantastique (les pouvoirs exploités dans l’histoire, le fait qu’il existe du sang de couleur argentée, …) est ce qui m’a le plus plu dans Red Queen. Du côté des personnages, je me suis prise d’affection pour Julian, le mentor de Mare, qui m’a énormément rappelé le personnage de Cinna dans Hunger Games. Quant à Mare, je l’ai également appréciée car c’est une fille forte, déterminée et qui serait prête à faire n’importe quoi pour défendre ses idées. Malheureusement, nous retrouvons une fois de plus dans ce livre l’éternel triangle amoureux dont on commence à se lasser, mais les apparences sont souvent trompeuses car un superbe retournement de situation survient à la fin de ce premier tome !

 

En conclusion, j’ai beaucoup aimé lire Red Queen et je le conseille à tous les fans de dystopie et de fantastique. Vivement la suite, prévue pour février 2016 en VO (et en espérant que la VF sorte peu de temps après, comme ça avait été le cas pour le premier tome !).

 

Petite belge âgée de 26 ans, je passe mon temps à lire, aller au cinéma et regarder des séries. En tant que fan de Disney, je suis une enfant coincée dans un corps d’adulescente. Grande fan de l’art de Tim Burton et accro aux tatouages, j’aime tout ce qui sort de l’ordinaire. Je passe également les 3/4 de ma vie sur mon ordi, j’ai un petit tempérament de geek.
0 I like it
0 I don't like it

2 Comments

  1. On me l'a offert pour mon anniversaire, je l'ai fini très rapidement, et comme toi, j'ai beaucoup apprécié ma lecture.
    Mais j'avoue que j'étais vraiment mitigée sur ce livre. Comme toi j'étais dans un petit "confort" parce que au final je m'attendais à tout ce qui allait se passer (Genre la trahison, le frère etc..) Bref, je voyais tout venir ! Du coup oui, ça manquait carrément d'originalité mais ça m'a vraiment bien plu au final..donc hâte de lire la suite quand même ;)

  2. J'ai fini ce premier tome aujourd'hui même et il est passé à deux doigts du coup de cœur ! :D

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *