Phobos² - Une suite passionnante !

08/02/2016

phobos

Titre : Phobos²

Auteur : Victor Dixen

Editeur : Robert Laffont 

Prix : 17,90 €

Parution : 18 Novembre 2015

Nombre de pages : 496 pages

Genre : Young Adult, Science-fiction

Résumé : Reprise de la chaîne Genesis dans 3 secondes… 2 secondes… 1 seconde… Ils croyaient maîtriser leur destin. Ils sont les douze pionniers du programme Genesis. Ils pensaient avoir tiré un trait sur leur vie d’avant pour devenir les héros de la plus fabuleuse des odyssées. En réalité, ils sont les victimes de la plus cruelle des machinations. Elle croyait maîtriser ses sentiments. Sur Mars, Léonor espérait trouver la gloire et, pourquoi pas, l’amour. Elle pensait pouvoir ouvrir son coeur sans danger. En réalité, elle a ouvert la boîte de Pandore du passé. Même si les souvenirs tournent au supplice, il est trop tard pour oublier. Le deuxième tome haletant du thriller spatial de Victor Dixen, double lauréat du Grand Prix de l’Imaginaire.

 

 

 

L’intrigue de ce deuxième tome reprend exactement là où s’arrêtait le premier. Les candidats du programme Genesis ont découvert, grâce à Léonor et au téléphone qu’elle avait en sa possession, que leur mission est vouée à l’échec. La mort qui les attend est prédite depuis des mois par le rapport Noé et Serena McBee les a envoyés sur Mars en sachant très bien qu’ils allaient mourir. Un constat qui met les douze candidats au programme dans une rage folle. Le groupe mène alors des négociations avec Serena, pour qu’elle les laisse vivre et qu’ils aient ainsi le temps de trouver le problème qui a fait mourir les cobayes du projet initial, mais aussi que celle-ci ne décide plus pour eux, auquel cas ils divulgueraient au monde entier le rapport Noé. Acculée, celle-ci n’a d’autre choix que d’accepter, surtout que sa fille et le fils d’un des membres de son équipe qu’elle a fait tuer, sont eux aussi au courant du rapport. C’est donc soudés et en rapport de force que le groupe des douze candidats est prêt à affronter sa descente sur Mars.

J’ai tout autant aimé ce second livre que le premier. Phobos est la première œuvre de Victor Dixen que j’ai lue jusqu’à maintenant. A voir la file gigantesque à ses dédicaces au salon du Livre Jeunesse de Montreuil, il faut croire que le jeune écrivain a déjà un grand et fidèle public. Il faut dire que Phobos est une histoire extraordinaire et très bien pensée. Je me suis toujours dit pendant ma lecture qu’une telle histoire serait tout à fait plausible. Nous vivons dans une société qui nous pousse à consommer via tellement de moyens et la télé-réalité est l’un de ces moyens. La télé-réalité qui est devenue aujourd’hui faiseuse de gloire mais aussi machine à rêves pour beaucoup. Couplé avec une incroyable envolée spatiale, nous avons là un mélange qui ferait frémir d’excitation tout bon producteur de télé-réalités.

Ce deuxième livre marque l’arrivée sur Mars donc, mais aussi le mariage entre les six filles et six garçons. Fini les doutes, Léonor sait enfin ce qu’elle veut, ou plus précisément, qui elle veut. Sans grande surprise, son choix se porte sur l’américain Marcus. Malheureusement, tout ne va pas être facile pour les couples et en particulier Marcus et Léonor, car pendant ces cinq mois de voyage vers Mars, ils ne se sont vus qu’à peine 1h00 en tout. Demeurent donc entre eux des zones d’ombre et de méfiance. J’ai trouvé leur relation intéressante et pas trop mise en avant. Ce qui est autant un bien qu’un mal, car même si j’aime le fait que le livre se concentre sur une multitude de personnages et de points de vue, j’ai trouvé néanmoins dommage de ne pas approfondir plus les moments entre le couple. On comprend que c’est difficile pour eux d’être eux-mêmes, alors qu’ils doivent sans cesse jouer un rôle devant les caméras et cela pour que Serena les laisse vivre, mais le livre aurait pu accentuer un peu plus les moments où les caméras ne filment pas, c’est-à-dire la nuit.

L’arrivée sur Mars marque aussi un tournant historique pour l’Homme, car l’émission n’est pas seulement une télé-réalité d’un nouveau genre, c’est aussi une incroyable avancée qui restera à jamais gravée dans les livres d’Histoire. Un des côtés que j’ai le moins aimés, et cela dans les deux tomes, est cette façon de nous expliquer les choses scientifiques à travers les personnages. J’aime beaucoup l’utilisation des schémas, qui sont à mon sens très parlants et aident à visualiser les choses. Pourtant, quand les personnages expliquent aux téléspectateurs ou à eux-mêmes certains aspects techniques, cela sonne faux. C’est bien de vouloir expliquer aux lecteurs ce genre de choses que nous sommes peu à comprendre, néanmoins la façon de faire est maladroite et beaucoup trop apparente.

Serena est de plus en plus manipulatrice. Je pense qu’on a là un des personnages les plus abjects de la littérature : elle n’a aucune empathie et son comportement est tellement malsain que le lecteur, impuissant de ne rien pouvoir faire, comprend aisément ce que ressentent les six couples sur Mars.

Comme pour le premier, j’ai adoré la mise en scène du roman, façon télé avec ses champs et contre-champs, ses coupures pub ou les multiples points de vue qui en font un récit choral de qualité. Le récit est riche en rebondissements et le livre finit comme pour le premier tome sur un cliffhanger ! Difficile d’attendre la suite de ce récit entre Mars et la Terre, qui s’annonce tout aussi palpitant que les deux premiers tomes !

 

 

Pauline, j’ai toujours voulu étudier à Poudlard, mais n’ayant jamais reçu ma lettre, je me suis contentée de vivre par procuration d’incroyables aventures à travers les livres, les films et séries tv. J’aime tout, de la sci-fi, aux comédies romantiques, en passant par les drames ou thrillers. Qu’importe le format ou la manière, le plus important est que l’histoire me touche.
0 I like it
0 I don't like it

2 Comments

  1. J'ai adoré le premier tome et il me tarde de lire le deuxième ! Je trouve que ta chronique est un poil spoilante par contre ! Quoi qu'il en soit, bon travail, tu m'as quand même donné envie de lire la suite :)

  2. J'ai été très déçu par ce second tome.
    Non j'exagère, mais le fait est que tout les passage sur Andrews et harmony m'ont semblé longuet.
    Autant les deux autres pan de l'histoire maccrochait, comme lors du premier tome
    Autant pour ce cas j'avais le sentiment de longueurs inutile, l'exploitation de la situation jusqu'à son paroxysme, tout ça pour faire bouger les choses à la fin de leur steroline pour ce livre et en bonus le finir en cliff ender.
    Je sais bien que c'est pour accrocher le lecteur, mais bon...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *