Si c’est la fin du monde – Une lecture passable

26/03/2016

si-c-est-la-fin-du-monde-704458

Titre : Si c’est la fin du monde

Auteur : Tommy Wallach

Editeur : Nathan

Prix : 17,90 €

Parution : 7 janvier 2016

Nombre de pages : 480 pages

Genre : Jeunesse, Fin du monde

Résumé : Avant, on était définis par des étiquettes : le sportif, l’intello, la salope, le glandeur.
Mais ensuite, tout a changé.
La fin du monde a été annoncée.
Un astéroïde arrivait dans deux mois.
Il avait deux chances sur trois de faire exploser la Terre.
Il ne restait que deux mois.

Deux mois pour renoncer aux étiquettes.
Deux mois pour réaliser ses rêves.
Deux mois pour s’aimer, pour être libres, pour être heureux.
Deux mois pour vivre.

Pour vivre vraiment.

 

Si c’est la fin du monde a clairement été sous les feux des projecteurs sur la blogo il y a quelques temps déjà. Personnellement, ce livre ne m’intéressait pas plus que ça, mais parfois, lorsqu’on parle vraiment beaucoup d’un livre sur la blogo, je finis par céder car je suis curieuse, et je veux me faire mon propre avis. Concernant ce roman, j’aurais mieux fait de suivre mon instinct et m’en tenir éloignée, car ce n’est pas du tout une histoire inoubliable à mes yeux.

 

Dans Si c’est la fin du monde, on apprend qu’un astéroïde nommé Ardor se dirige vers la Terre, et qu’il y a 66% de chances pour qu’il l’atteigne effectivement (dans environ 2 mois), et que la planète explose. En gros, l’arrivée de l’astéroïde signe la fin du monde. On va suivre 4 personnages au cours de ces deux mois : Eliza, Anita, Peter et Andy. On découvrira au fur et à mesure de l’histoire la personnalité de chacun, mais aussi le(s) but(s) qu’ils aimeraient atteindre avant la fin du monde (ces buts étant assez variés, puisque cela va de perdre sa virginité à devenir chanteuse).

 

La fin du monde n’est pas vraiment un sujet qui m’intéresse particulièrement, surtout qu’inévitablement, cela amène des réflexions religieuses et/ou philosophiques sur le tapis. C’est effectivement ce qu’il se passe dans ce livre, et c’est un côté qui m’a personnellement assez dérangée. De plus, je trouve franchement que l’écriture de l’auteur n’a rien d’exceptionnel, elle ne se démarque pas, elle est assez basique et ne m’a fait ressentir absolument rien. Cependant, la contrepartie repose dans les intitulés des chapitres (en « compte à rebours » allant de 10 à 0, ce qui nous donne évidemment envie de connaître le dénouement) et le fait qu’on alterne au sein de ceux-ci les points de vue des différents personnages, ce qui heureusement rend notre lecture plus fluide et rapide (quoique le livre est assez court, mais j’ai quand même mis 10 jours pour le terminer…).

 

Mais le pire dans ce livre, ce sont clairement les personnages, qu’on peut tous décrire en un mot : cliché. Rien qu’en vous les présentant brièvement, je suis sûre que vous comprendrez de quoi je parle. Nous avons donc Peter, le sportif beau gosse dont la petite amie est la fille la plus populaire de l’école, Eliza, l’artiste un peu torturée à la réputation de salope, Andy, le loser skateur défoncé et puceau et enfin Anita, l’intello du lot. Si ça, ce ne sont pas des clichés… Je n’ai su m’attacher à aucun d’entre eux, je n’ai ressenti aucun élan d’affection, je les ai tous trouvés tellement peu crédibles qu’au contraire, ils m’ont énervée tout du long et je n’avais qu’une envie : leur mettre des claques. Alors évidemment, 2 filles, 2 garçons, je vous laisse faire le calcul (même s’il se passe un événement inattendu à la toute fin de l’histoire, bien que personnellement je n’aie pas percuté tout de suite…). Mais bien sûr, j’aurais dû me douter qu’en suivant des adolescents dans une situation de fin du monde, je me retrouverais fatalement face à des intrigues amoureuses désuètes… C’est méchant à dire mais limite, j’espérais que l’astéroïde touche vraiment la Terre !

 

Le dénouement, quant à lui, ne m’a absolument pas surprise. En même temps, seules deux possibilités auraient pu se présenter (quoique, l’originalité c’est pas interdit non plus hein, mais après avoir lu plusieurs chapitres, j’avais perdu tout espoir de ce côté-là…), c’était soit l’une soit l’autre, donc je n’ai pas été étonnée, puisque je m’attendais aux deux dénouements possibles.

 

Pour conclure, malgré énormément d’avis positifs sur la blogo, Si c’est la fin du monde n’a pas du tout bien fonctionné avec moi, je ne vous le recommanderais donc pas.

0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *