Gilmore girls : A Year In The Life - La déception de l'année !

29/11/2016

1

Titre : Gilmore Girls : A Year In The Life 

Créée par : Amy Sherman-Palladino

Avec : Alexis Bledel, Lauren Graham, …

Format :  4 x 1h30

Année : 2016

Diffusion : Netflix 

Synopsis : Trois générations de femmes Gilmore font face au changement et à la complexité des liens familiaux qui les unissent pendant une année à Stars Hollow.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Attention, cette critique comporte des spoilers sur les quatre épisodes qui composent cette « saison 8 ». Si vous n’avez pas encore vu ces épisodes et que vous voulez garder le suspense jusqu’à sa fin, je vous déconseille de lire ce qui suit.

 

 

Fan de la première heure de Gilmore Girls, j’étais plus que ravie quand j’ai appris son retour sur Netflix. Une incroyable nouvelle, qui dans la lignée de Veronica Mars il y a quelques années, pourrait enfin donner une véritable fin à la série, qui s’était vu annulée au dernier moment. 

Quelle joie donc, vendredi, jour de la sortie de ces quatre épisodes spéciaux, que de retrouver les femmes Gilmore. Pourtant, ma déception n’a été que crescendo et j’en arrive à penser que finalement, cette fin n’était pas une si bonne chose. 

 

Lorelai : une nouvelle vie ? 

 

On retrouve les personnages qu’on avait laissés il y a 10 ans, quasiment à l’identique. Lorelai tient toujours son auberge, Luke est toujours aux commandes de son café, et le reste de la ville de Star Hollows n’a pas non plus connu de grand changement. On découvre pourtant que Rory, qui est devenue journaliste, voyage beaucoup entre Londres et les USA. On apprend aussi tristement la mort de Richard, dont la femme Emily a un peu de mal à faire face à sa perte. 

Peu de choses ont finalement changé, mais ces quelques changements ont bouleversé la vie de nos personnages. Lorelai est vraiment à la recherche d’elle-même pendant cette année-là. Ses questionnements vont passer de sa relation avec Luke, les choses qu’elle a peur qu’il ait ratées à cause d’elle, de son travail et bien entendu sur sa relation toujours aussi conflictuelle avec sa mère. Sa relation avec Emily est toujours aussi malsaine à mon goût et j’ai trouvé certains des propos de celle-ci horriblement méchants envers Lorelai. Emily va aussi beaucoup évoluer pendant cette année, mais je trouve malgré tout qu’elle reste un personnage ignoble. Richard était celui qui la faisait réfléchir et la reprenait. Alors bien sûr elle a de bons côtés, et elle nous fait parfois rire, néanmoins je pense que c’est à cause d’elle que Lorelai est proche de la dépression dans cette saison. 

 

Gilmore Girls

 

Comme toujours, malgré cela Lorelai fait toujours les choses à sa manière. Je trouve l’évolution de son personnage dès l’épisode 2 (j’ai trouvé complètement inutile toute la storyline sur la GPA) très intéressante et profonde. Même si celle-ci cache par l’humour ses mal-être, il est évident qu’elle souffre de sa relation avec sa mère et que cela affecte le reste de ses relations : avec Rory et Luke. J’ai beaucoup aimé qu’elle décide d’agir par elle-même et qu’elle se passe de cette psychologue, qui au final ne l’aidait pas vraiment. En décidant de faire comme dans Wild (le livre, pas le film, attention !), Lorelai va se chercher et se (re)découvrir. Il suffit parfois d’un rien et d’une impasse pour voir ce qui a toujours été devant nous. La scène la plus marquante de cette saison reste pour moi Lorelai qui téléphone à Emily pour lui raconter son meilleur souvenir avec Richard. C’est un beau moment, car Lorelai montre à sa mère combien elle l’aime quand même et combien leur relation, bien que houleuse, compte pour elle. C’est un moment très fort avec une magnifique interprétation de Lauren Graham.

 

4

 

Rory et les quatre derniers mots.

 

J’ai commencé à regarder Gilmore Girls quand j’étais jeune ado, ce qui fait que je me suis toujours sentie plus proche de Rory que des autres. Elle était un peu la fille parfaite : elle avait une relation formidable avec sa mère, une intelligence innée et une gentillesse candide. Je l’ai donc vénérée pendant les premières saisons. Puis son personnage a peu à peu évolué vers le mauvais sens. C’est pour moi en grande partie sa relation avec Logan qui va la changer. Il fait ressortir ce qu’il y a de plus mauvais et d’égoïste en elle. Dans l’épisode 8 de la saison 6, Jess, qui revient le temps d’un épisode, rencontre Logan. Cela se passe mal et il va alors dire à Rory combien Logan a une mauvaise influence sur elle et combien elle a changé. C’est pour moi un moment révélateur de la relation qu’entretiennent Rory et Logan. Alors autant dire que je n’étais pas ravie du tout de voir Logan revenir et de voir Rory et lui entretenir une relation adultère.

 

3

 

Appelons un chat un chat : Rory ayant un copain depuis 2 ans, qu’elle ne voit jamais et dont elle se fout complètement, et Logan ayant une fiancée, leur relation est donc adultère. Jamais je n’aurais cru Rory capable de cela. Elle n’a aucun remord et c’est finalement cela qui m’a énervée. Pour moi, elle représentait un personnage sympathique et juste, et non une menteuse adultère. On ne comprend pas son évolution sur ces quatre épisodes. Son seul fait intéressant lui sera suggéré par Jess, qui lui dira qu’elle est faite pour écrire son propre roman et que le sujet le plus évident est sur sa relation avec sa mère. Tandis que Logan la rabaisse, Jess l’encourage et l’inspire. C’est assez dommage de voir qu’Amy Sherman-Palladino, la créatrice, avait dit qu’il fallait arrêter de vouloir voir Rory finir avec un des deux personnages, et plutôt la voir réussir sa vie. Or, quand on voit que les quatre épisodes se concentrent sur sa relation avec Logan, je trouve cela hypocrite de la part de la créatrice.

 

5

 

 

Alors oui, j’étais et je reste #TeamJess, mais je dois avouer que tout ceci dépasse le simple ship… J’étais prête à accepter ce qui se passait dans l’épisode 4 : Rory en finit avec sa relation avec Logan, tandis qu’on se rend compte que Jess a encore des sentiments pour Rory. La série aurait pu finir comme cela, si la créatrice n’avait pas inclus les quatre mots qu’elle voyait conclure définitivement la série : « Maman, je suis enceinte ». Là, ça a été un choc pour moi, je ne vais pas mentir. On comprend vite que c’est une sorte de cercle sans fin qui se répète, comme Lorelai avait l’air elle aussi de l’affirmer un peu plus tôt quand elle demandait un prêt à sa mère. Rory, dont l’enfant est très probablement de Logan, se voit comme sa mère avant elle faire face à une maternité pas vraiment classique. Pourtant, encore une fois, ce n’est pas comme ça que je voyais Rory évoluer et cela m’a fait de la peine de voir qu’on la réduisait à cela…

 

Gilmore Girls

 

Et les autres dans tout cela ? 

 

Là encore, le bât blesse : les personnages secondaires sont passés à la trappe. Mis à part Luke et Michel, les autres ne sont présents que de temps en temps, histoire de combler. On les retrouve avec joie, mais leur évolution est quasi inexistante. Lane n’a pas évolué et c’est bien dommage car elle était intéressante. Paris est toujours aussi marrante, mais encore une fois elle ne sert qu’à faire « joli » dans le scénario et mettre en évidence Rory et ses problèmes. Ne parlons pas de Jess, dont on nous a teasé un retour triomphant et qui n’apparaît pas plus de quelques minutes ! 

Heureusement que les références et guests stars (une partie du cast de Parenthood et de Bunheads, et bien d’autres !) présents nous redonnent le sourire et nous rappellent combien ils sont une des raisons pour lesquelles nous aimons la série. 

Le format en lui-même (1h30 par épisode, qui représente une saison de l’année) était aussi un peu trop dense et donc problématique dans la construction de l’histoire.  Le schéma classique de 42mn aurait permis plus de rythme à mon sens. 

 

Cette « saison » est donc pour moi une déception et quand on a attendu 10 ans une fin potable, croyez-moi on tombe encore de plus haut quand on passe 6h00 à regarder cette débâcle… A savoir si maintenant je souhaite voir une saison 2, je n’en suis plus si certaine. 

 

 

 

5 I like it
1 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *